Avertir le modérateur

  • 7 ème édition des Rencontres Tebaldo, le 26 octobre à Paris

    Les 7èmes Rencontres Tebaldo "Papier électronique communicant, stratégies et enjeux" auront lieu le 26 octobre prochain, à Paris. Programme chargé : Participation de Stéphanie Chevrier, Directrice Editoriale chez Flammarion, qui présentera une expérimentation du premier roman à lecture enrichie; retour d'expérience des Echos e-paper; décodage des nombreux projets en cours; présentation des dernières technologies encres et papiers, dont la couleur, et les premiers flexibles. Le programme et les modalités d'inscription seront communiqués ultérieurement.

     renseignement pour programme

    TEBALDO au www.tebaldo.com

    Les 7èmes Rencontres Tebaldo "Papier Electronique Communicant,
    Stratégies et Enjeux", auront lieu le vendredi 26 octobre prochain, 72
    rue du Faubourg Saint-Honoré, à Paris, de 9h30 à 15h00.

    Outre l'actualité, très riche depuis nos dernières rencontres, nous
    aborderons les sujets suivants:

    - La place du roman sur ereader, projets éditoriaux intégrés - Stéphanie
    Chevrier, Flammarion
    - Etat de l'art, nouveaux modèles économiques (cas Les Echos) - Bruno
    Rives, Tebaldo
    - La place des marques sur les projets presse et éditeurs - Anne
    Kieffer, Havas Euromédia
    - Applications affichage au Japon, livre et journaux en Chine - Haruko
    Tsujita/Fanfan Zou, Ganaxa
    - Architectures, préparation et production de contenus - Neil Minkley,
    Ganaxa

    Présentations des déploiements et expérimentations en cours: presse,
    éditeurs et libraires
    Présentation du GeR2 à base de Vizplex, affichage grand format, encres
    couleurs, papiers flexibles (Samsung, Polymervision, Fujitsu, E-Ink...)

    C'est une occasion unique de partager ressources et réflexions sur les
    stratégies et enjeux de cette nouvelle technologie.

    Pour toute information et les modalités d'inscription:
    http://www.tebaldo.com/seminaires.htm

    Au plaisir de vous rencontrer à cette occasion.

  • Martin Masse fondateur du Québecois libre, le magazine Internet indépendant du libertarianisme. Sur Arrêts sur médias le 30 septembre et le 3 octobre

    medium_1024.18.jpgmedium_qltitre.gif
    medium_apmasse.jpgmedium_statue.gif

    Martin Masse fondateur du Québecois libre, un magazine Internet indépendant qui diffuse les idées de liberté individuelles.  Vous pouvez trouver des informations complémentaires sur son site Internet http://www.quebecoislibre.org/

    Il passera sur les ondes de Radio Shalom Montréal au 1650 AM et sur son site Internet www.radio-shalom.ca le dimanche 30 septembre 2007 en différé à 15 h 00 (voir aussi archives de l'émission) et le mercredi 3 octobre dans mon émission "Arrêts sur Médias" à 20 h 00. Pour nous écrire et nous donner des suggestions pour un thème d'émission courriel: arretssurmedias@radio-shalom.ca Éric Le Ray Ph.D. 

     

     

  • Inhand annonce le PDA avec écran e-paper pour militaires

    Inhand annonce le PDA avec écran e-paper pour militaires
    21/09/2007 15:45 par Christian D. | 0 commentaire(s) 0 nouveau(x)medium_0088000000080419.jpg
    Le papier électronique, ou e-paper, est aussi à l'étude chez les militaires américains, intéressés par la très faible quantité d'énergie nécessaire pour l'utiliser.

    L'armée américaine mulitplie les gadgets électroniques pour ses soldats mais doit également trouver le moyen de les faire fonctionner sur le champ de bataille, soit en disposant d'une source d'énergie mobile, soit en optimisant les composants des produits mobiles.

    L'un des éléments les plus gourmands en énergie reste l'écran rétroéclairé des PDA, ordinateurs portables et autres systèmes de navigation embarqués. C'est sur ce point qu'une nouvelle technologie, dont on commence également à parler pour ses usages civils, peut permettre de faire la différence : le papier électronique ou e-paper.

    Celui-ci se distingue par ses caractéristiques physiques de flexibilité, par l'absence de rétroéclairage et par sa qualité de lisibilité, proche de celle d'une feuille de papier. C'est sur cette base que la société InHand Electronics a développé un équipement militaire du nom de Soldier Flex PDA ( SFPDA ).


    L'e-paper version militaire
    Le SFDPA est un PDA multiusages renforcé utilisant un écran e-paper  fourni par la société E-Ink. Sa consommation d'énergie est inférieure à 1 Watt et il utilise une plate-forme Fingertip4 développée par InHand et reposant sur une architecture PXA270.

    Il dispose d'un système de gestion de la consommation d'énergie assurant une autonomie de 6 heures d'utilisation continue pour un appareil ne dépassant pas 450 g. Pour Andrew Girson, CEO de InHand, " la technologie des batteries n'a pas suivi les besoins placés dans les appareils mobiles. Des missions militaires plus longues ont demandé de plus grandes capacités énergétiques, augmentant la taille et le poids des dispositifs. La combinaison d'un affichage souple et de la gestion d'énergie BatterySmart de InHand modifie cet équilibre en permettant le retour à des produits plus légers et plus autonomes. "

     sources: http://www.generation-nt.com/inhand-pda-militaires-ecran-epaper-actualite-45231.html

  • Guy Senbel fondateur de Guysen International News sur "Arrêts sur Médias" le 23 et le 26 septembre

    medium_540_groupe2.jpgGuy Senbel, un des fondateurs de sauveteurs sans frontieres,  redacteur en chef et fondateur de l'agence de presse francophone Guysen  International News passera sur les ondes de Radio Shalom Montréal au 1650 AM et sur son site Internet www.radio-shalom.ca le dimanche 23 septembre 2007 en différé à 15 h 00 (voir aussi archives de l'émission) et le mercredi 26 septembre dans mon émission "Arrêts sur Médias" à 20 h 00. Pour nous écrire et nous donner des suggestions pour un thème d'émission courriel: arretssurmedias@radio-shalom.ca Éric Le Ray Ph.D.medium_1024.17.jpg

  • Le français Ganaxa lance une plateforme de publication pour intégrer le e-paper le 12 septembre. Un processus présenté à Montreal le 25 septembre 2007

    medium_gpp-en.jpgGanaxa lance GPP - Ganaxa Publishing Platform, une plateforme pour l'intégration technique de l'e-paper, à destination de la presse, l'édition de livres et la publicité.Cette plateforme est issue du modèle qui a servi à développer l'offre du quotidien économique français Les Echos et sur lequel travaillent les Editions Flammarion sur deux romans de SF.

    medium_news-IMG_5329_new_GeR2small.jpgGanaxa, dont les deux métiers principaux sont design/R&D et opérateur e-paper, annonce sa plate-forme (GPP, Ganaxa Publishing Platform), intégrant outils de création, de production, de diffusion et de consultation ou d'affichage (avec un format ouvert, GPF, Ganaxa Publishing Format, qui tire parti de l'encre électronique, et dont elle publiera les spécifications de base).Elle est l'architecture de la publication du quotidien français Les Echos e-paper sur e-reader léger (StareRead, GeR2), du magazine e-paper Citroën, et d'une expérimentation menée par Flammarion avec deux de ses bestsellers.

    La GPP devrait être présentée à Montréal le 25 septembre 2007, et au cours des prochaines et maintenant traditionnelles Rencontres Tebaldo de Bruno Rives, le 26 octobre 2007, à Paris.

     http://www.ganaxa.com/home

  • Irex annonce la version 2 de son lecteur e-paper

    medium_00AE000000080026.2.jpgiRex annonce la version 2 de son lecteur e-paper
    16/09/2007 09:10 par Christian D. | 0 commentaire(s) 0 nouveau(x)
    Une deuxième version du lecteur avec affichage en papier électronique est annoncée chez iRex.

    Dans la foulée de l'annonce du lancement de l'offre e-paper du journal Les Echos, dont son lecteur fait partie, la société iRex annonce une nouvelle version de sa tablette iLiad dotée d'un affichage souple en papier électronique, pour lequel la lisibilité est proche de celle d'une feuille de papier ordinaire.

    Si l'aspect général ne change pas énormément, la nouvelle version est annoncée comme beaucoup plus robuste, tant au niveau extérieur qu'intérieur, et elle offre une autonomie 20% supérieure par rapport au modèle initial, assurant maintenant 15 heures de lecture.

    L'appareil est cependant plus petit et plus léger, et donc plus facile à emporter avec soi. Une protection est même prévue pour répondre à un usage mobile. Doté d'un écran 8,1" de résolution 768 x 1024 pixels en 16 niveaux de gris et tactile ( via un système fourni par Wacom ), le lecteur iLiad v2 embarque un processeur Intel XScale 400 Mhz et 64 Mo de RAM.medium_00FA000000080025.jpg

    Plus de flexibilité
    Ses dimensions sont de 217 x 155 x 16 mm pour 389 g, avec une connectivité sans fil WiFi 802.11 b et g et un port Ethernet via un dock de voyage en option. L'appareil comprend également des hauts-parleurs et une prise casque 3,5 mm.

    Il supporte les formats PDF, HTML, TXT, JPG, BMP et PNG, mais également avec les fichiers Mobipocket. L'application PC fournie permet de convertir la plupart des documents en un fichier lisible sur le nouveau lecteur iLiad, qui dispose maintenant d'une version logicielle 2.11.

    Le stylet permet d'annoter les fichiers PDF ou de prendre des notes. Enfin, le gestionnaire de connexion sans fil a été amélioré pour afficher directement les réseaux sans fil accessibles et s'y connecter rapidement.

    Le prix du lecteur e-paper iLiad d'iRex reste un frein à son adoption de masse. Il faudra en effet compter 649 € pour goûter au plaisir de la lecture sur papier électronique.

    Sources:http://www.generation-nt.com/iliad-tablette-e-paper-version-2-actualite-45163.html

    medium_00AE000000080026.jpg

  • Le journal les Echo lance son Epaper ce 12 septembre 2007

    12_septembre_07_Echo_Epaper.pdf

    medium_logo-epaper.2.gif

    Les Echos first French electronic newspaper edition daily on iRex iLiad
     
    Eindhoven/Paris, September 12, 2007
     
    Les Echos, the French leading newspaper in electronic newspaper publishing and iRex Technologies, the Dutch
    pioneer in electronic paper solutions would like to announce their cooperation in introducing the Les Echos
    electronic paper edition on the iRex iLiad for the French market by September 2007.
    Subscribers of Les Echos newspaper and interested new subscribers will get an attractive offer from Les Echos to
    enjoy their daily newsmagazine on an iLiad electronic paper device. Two different editions: Les Echos and AFP,
    updated every hour (7am – 9pm) from Monday to Friday via the WiFi delivery direct into the electronic paper
    device, without the need for a PC. 
     
    Statement Philippe Jannet: “This will introduce a new era of newspaper publishing. It is a tradition of Les Echos to
    be the first to bring innovative solutions to their readers. With the subscription our readers will get an attractive
    offer of a year subscription of Les Echos with multiple editions, two free e-paper editions (one dedicated to
    Personal Finance information and one to Stock Exchange information), an extra AFP edition, some free e-books and
    the electronic paper device at a great bargain.”
     
    On behalf of iRex Technologies BV, Willem Endhoven, VP of marketing and Business development comments: “We
    have envisioned for some time the potential of electronic paper solutions for the newspaper industry. We are very
    pleased that, in cooperation with Les Echos, we have the opportunity to demonstrate the whole system of content
    delivery of multiple editions per day over Internet. Together with Les Echos we made it attractive to their
    readers to receive this advanced portable device that reads like paper for your books, notes, documents and now
    also: your newspaper. This will set the trend in the newspaper industry.”
     
    About iRex Technologies
    iRex Technologies BV, located on the High Tech Campus in Eindhoven, the Netherlands, is a spin-off company from
    Royal Philips Electronics. iRex provides electronic-paper based solutions for reading written digital content with
    the ease and comfort of print on paper, combined with the interactivity, flexibility and up-dating ability of digital
    information. iRex has a Business-to Business focus: supporting organizations in bringing their content (newspapers,
    books, documents) to their members, customers and employees, wherever they are, whenever they want it.
     
    Press contact iRex Technologies: 
    Loeki van der Lee
    loeki.van.der.lee@irextechnologies.com 
    Phone:  +31 40 8514 650
    For the latest on iRex Technologies see http://www.irextechnologies.com
    High-resolution pictures are available from:  http://www.irextechnologies.com/press/downloads
     
    About Les Echos
    Founded in 1908, the French daily newspaper Les Echos is the paper of reference for business leaders. 
    Les Echos has a circulation of 140,313 (OJD 2005) and is read by 486,000 business leaders and decision-makers
    (IPSOS FCA 2007). The editorial staff is made up of 190 journalists (with 12 foreign correspondents) and
    approximately 40 regional correspondents.
    Created in 1996, Lesechos.fr is the leading French business and financial web site. It provides all the up-to-date
    financial news and related date, including the markets and business information. Lesechos.fr is the first
    information website in Europe, exploring a hybrid model (free content paid by advertising and content reserved to
     
    website subscribers). Today Lesechos.fr have more than 25,000 subscribers, more than 1.5 million unique
    visitors/month and is one of the rare information website to be profitable.
     
    Providing the ideal complement to the paper edition and the lesechos.fr website, this new mobile e-paper reader
    combines the reading quality of the paper, the advantages of mobility, instantaneous updating and the rich content
    of the internet. 
    http://www.lesechos.fr
     
     
    Press contact Les Echos:
    Sonia Khatchadourian 
    skhatchadourian@lesechos.fr
    Phone : +33 1 49 53 65 47 / 66 12
    Fax: +33 1 43 59 00 02
    For more information about the e-paper offer of Les Echos see http://www.lesechos.fr/epaper/inscription.htm
     
    medium_logo-epaper.gif source: http://www.eink.com/

  • Histoire du papier électronique. l'expérience suédoise

    E-Paper et encre électronique
    La Suède dans les starting-blocks

    source: http://www.campusxml.org/news/fullstory.php/aid/605/E-Paper_et_encre_%E9lectronique.htmlmedium_605.photo.gif

     
    Valérie Arnould
    techniques de presse

    Décembre 2003 - Directeur de Ifra Nordic, Stig Nordqvist a présenté à Rome en octobre dernier, à l’occasion de la conférence Beyond the Printed Word, le projet E-reader 2003 qui associe quatorze quotidiens suédois et le constructeur Philips Electronics aux Pays-Bas. L’objectif est d’élaborer un nouveau support pour la presse associant encre électronique et écran mobile. Le prototype de ce nouvel outil est actuellement à l’épreuve des lecteurs à Malmö. Après ces tests, fin 2003, un nouveau cadre de travail sera élaboré afin de poursuivre l’expérience à plus grande échelle.

    Qu’il se nomme Digital Newsprint (papier journal digital) ou “E-Paper”, le projet sur lequel travaillent Ifra Nordic, les quotidiens suédois et Philips n’a pas pour vocation de proposer une nouvelle alternative à l’Internet. L’idée n’est donc pas de fournir le quotidien dans sa maquette originale pour une lecture sur Internet à l’image de ce que proposent les quotidiens utilisant les logiciels E-Paper de Olive Software ou Comyan. Il existe déjà plusieurs modèles de E-Paper utilisant des supports connus : Avant-Go fournit des solutions pour les PDA et autres plates-formes mobiles ; nous pratiquons dans certains journaux l’abonnement à des versions PDF que les clients reçoivent par Internet (voir ce qui est proposé par Newsstand) ; le Los Angeles Times utilise des Tablet-PC comme support de E-Paper. Enfin on connaît aussi le mix PDF et impression digitale commercialisé par PEPC ou News Direct. « Le projet E-reader utilisant l’encre électronique nous semble plus prometteur », explique Stig Nordqvist, « il ne s’agit pas d’un nouveau canal de distribution à disposition des éditeurs pour servir leurs clients. Ce projet a une dimension beaucoup plus ambitieuse puisqu’il vise réellement à remplacer l’impression sur papier. Nous ne sommes pas en train de prédire le futur, mais nous le préparons. Les coûts de distribution de la presse quotidienne, ses coûts de fabrication et l’achat du papier sont des postes tellement importants dans l’économie des journaux qu’il est vital de réfléchir au moyen de les réduire. L’encre électronique est un moyen radical d’achever cet objectif. »

    En 2004 les outils seront prêts
    Depuis des années maintenant, l’Ifra invite régulièrement les acteurs de l’encre électronique à Beyond (essentiellement Xerox et E-Ink). Ce qui était une sorte de projet fantaisiste il y a quelques années encore est considéré de plus en plus sérieusement par les éditeurs. On sait que, un peu partout dans le monde, les lecteurs jugent la presse trop chère. La presse payante est dos au mur et malgré d’énormes efforts dans les méthodes industrielles, la production d’un quotidien papier ne pourra baisser dans des proportions suffisantes pour permettre un prix de vente qui reflète essentiellement le coût de « réalisation » de l’information.
    Une partie importante des frais de production était couverte par les rentrées publicitaires. On connaît les limites de ce modèle lors des cycles de récession économique. Plus simplement, la multiplication des médias a fortement fragmenté les audiences et les investissements publicitaires.
    Une grande partie des technologies nécessaires à la création d’un E-Paper utilisant de l’encre électronique seront sur le marché dès l’année prochaine. Et la presse quotidienne payante est loin d’être la seule à s’intéresser à des futures applications.
    Ceux qui suivent le développement des quotidiens gratuits, et en particulier celui de Metro, savent que pour les actionnaires de Metro International, issus des télécommunications et de l’audiovisuel, l’imprimerie est un cauchemar économique. Un scénario dans lequel ils seraient les premiers séduits par l’idée d’un e-metro ne relève pas de la science-fiction. Même s’il faut pour cela « donner » aux lecteurs l’écran de lecture. La fourniture gratuite ou à un prix symbolique d’un terminal de réception/consultation est une stratégie qui a dopé le développement de la téléphonie mobile et qui a fait le succès du Minitel en France (encore 350 millions d’euros de chiffre d’affaires annuels vingt ans après sa création).

    Monochrome, couleur et vidéo : les progrès sont spectaculaires
    L’idée de l’encre électronique remonte à 1977 et c’est au sein du groupe Xerox qu’elle a pour la première fois été développée. Le concept a dormi dans les cartons des services recherche et développement de Xerox pendant des années et c’est finalement à la société américaine E-Ink (www.eink.com) que l’on doit un aboutissement de ce procédé. En 2001, le constructeur Philips s’est associé avec la société E-Ink et a injecté quelques millions de dollars pour la mise au point d’un processus industriel d’utilisation de l’encre électronique.
    Le procédé mis au point par E-Ink est d’insérer dans un film de plastique des millions de micro capsules ayant le diamètre d’un cheveu humain et immergées dans un liquide. Ces billes minuscules contiennent des pigments de couleur et sont chargées positivement pour les particules blanches et négativement pour les noires. En appliquant un champ électrique négatif, les particules blanches se déplacent vers le haut de la capsule et deviennent donc visibles. On obtient ainsi un point blanc. Une décharge de courant positif ramène les particules blanches au fond de la capsule et tire les particules noires à la surface. En manipulant les courants on peut ainsi programmer des textes et obtenir un affichage de niveaux de gris.
    L’encre électronique ne serait pas une révolution potentielle sans la conjonction d’autres évolutions technologiques qui affectent les écrans et les modes de transmission de l’information. Les supports d’affichage proposés par E-Ink et Philips font 0,3 mm d’épaisseur alors que des affichages classiques sur écrans LCD à matrice active font environ 2 mm d’épaisseur. Ils sont souples et très résistants. En 2002, E-Ink a présenté des prototypes d’écrans monochromes de petite taille (1,6 et 3 pouces de diagonale), mais aussi couleur (5 pouces, avec 320 x 234 pixels de résolution). Les premiers produits manufacturés arriveront sur le marché vers 2004.
    Les écrans qui serviront à l’affichage de l’encre électronique ont le double avantage d’une meilleure lisibilité dans toutes les conditions de lumière et d’une consommation d’énergie très faible. La différence essentielle avec les écrans classiques est que l’énergie électrique n’est utile que pour la modification d’un affichage, aucune énergie n’est nécessaire pour maintenir un affichage statique contrairement aux autres écrans. La lisibilité est excellente car, au lieu de devoir apporter de la lumière pour créer l’effet de contraste (rétro-éclairage classique), c’est un mode réflectif, une sorte de réutilisation de la lumière ambiante. Enfin, le lecteur n’est pas limité par un angle de vision comme sur les écrans à cristaux liquides et le confort de lecture est infiniment meilleur pour les yeux. Le chargement de ces écrans se fait en mode Wifi via les portails de connexions de Philips mais d’autres technologies de transmission sans fil peuvent s’appliquer.
    En septembre dernier, l’un des chercheurs de Philips, Robert Hayes, annonçait dans la revue anglaise Nature la mise au point d’une méthode d’électromouillage permettant un affichage de couleurs et même de vidéo. On retrouve le principe de micro capsules. Elles sont chargées cette fois d’un petit réservoir contenant de l’eau et une goutte d’huile colorée. En appliquant un champ électrique, l’huile se comprime sur un bord, laissant apparaître le fond blanc du réservoir et elle s’étale pour montrer sa couleur quand le champ est coupé. Le contrôle précis de la tension électrique permet d’agir sur l’intensité de la couleur. Tout cela nous rappelle quelque chose, mais ce qui est assez stupéfiant est la possibilité de changer l’affichage d’un point en 10 millisecondes. Un écran basé sur ce principe pourrait donc afficher cent images par seconde, largement de quoi fournir de la vidéo. Ce procédé est encore trop récent pour nous permettre d’obtenir des informations précises mais il absorberait moins d’énergie et restituerait quatre fois plus de lumière, notamment parce que la couleur est obtenue par la teinte de l’huile et non par des filtres teintés comme ceux utilisés pour les écrans plats.
    La définition des nouveaux écrans (également ceux proposant des niveaux de gris) est annoncée par Philips d’une résolution de 160 points par pouce (ppp), là où un écran électronique affiche 90 ppp.
    Selon Willem Endhoven, chef de projet au sein du New business consumer market de Philips, il est probable qu’à l’avenir les gens demanderont des écrans de visualisation plus larges pour une utilisation chez eux, la taille actuelle étant perçue comme idéale pour les déplacements. Les consommateurs voudront vraisemblablement faire plus que lire le journal sur ces nouveaux outils : « Nous sommes très concentrés sur les aspects techniques et sur l’efficacité de ces écrans, mais nous ne voulons surtout pas oublier la dimension ludique afin que les futurs utilisateurs s’intéressent aux possibilités de ces nouveaux écrans. » Pour les journaux, il reste du pain sur la planche : il faut travailler à un flux de production permettant d’intégrer le chargement de l’information sur ces support E-Paper. Il faut aussi revoir le design des journaux afin qu’il s’adapte à la taille des écrans. Stig Nordqvist et les quotidiens partenaires de ce projet pensent qu’il est possible de surmonter ces difficultés. Ils nous tiendrons au courant de leurs avancées dès le début de l’année prochaine.

  • Encre électronique histoire et définition

    Définition de e-Paper
         
    encre électronique    Évaluationmedium_005256.jpg

    Equivalents ou assimilés : e-ink, e-Paper, electronic ink

    Technique utilisée dans certains types d'affichage. Elle consiste en microcapsules qui contiennent des pigments noirs et blancs flottant dans une teinture limpide. Ils montent ou descendent dans le liquide en fonction d’une charge électrique. De nombreuses microcapsules sont insérées entre une feuille d'acier et un élément de plastique transparent. Contrairement aux écrans à cristaux liquides (LCD), elles n'ont donc pas besoin de rétroéclairage pour que l'image soit visible, l’impulsion électrique qu’elles reçoivent leur suffisant pour l’affichage, sans avoir besoin d’énergie supplémentaire.

    L’idée de l’encre électronique remonte à 1977 et c’est au sein du groupe Xerox qu’elle a pour la première fois été développée. Le concept a dormi dans les cartons des services recherche et développement de Xerox pendant des années et c’est finalement à la société américaine E-Ink que l’on doit un aboutissement de ce procédé. En 2001, la société Philips s’est associé avec la société E-Ink en investissant plusieurs millions de dollars pour la mise au point d’un processus industriel d’utilisation de l’encre électronique. Le procédé mis au point par E-Ink consiste à insérer dans un film de plastique des millions de micro capsules d'un diamètre de l'ordre de celui d'un cheveu humain et immergées dans un liquide. Ces billes contiennent des pigments qui sont chargées positivement pour les particules blanches et négativement pour les noires. En appliquant un champ électrique négatif, les particules blanches se déplacent vers le haut de la capsule et deviennent donc visibles. On obtient ainsi un point blanc. Une décharge de courant positif ramène les particules blanches au fond de la capsule et tire les particules noires à la surface. En manipulant les courants on peut ainsi programmer des textes et obtenir un affichage de niveaux de gris.

    Sources: http://www.alaide.com/dico.php?q=e-Paper&ix=5256 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu