Avertir le modérateur

QUEBECOR WORLD INC - IMPRIMERIE

 c6e4a3025fe1c9519bab046f0e9abc6b.jpeg

 

58a809c0bd349c5f76555d5f66610d56.gif

 

 b752d32ea3b66b8c5db468db22afe940.gif

404f4a78b7d7fe14852b32deab6e62fd.gif

 

 

 

 25-01-08 Les syndiqués de Quebecor Word exigent des réponses.pdf

24-01-08 Des analystes croient que Quebecor va prospérer.pdf

24-01-08 Quebecor World obtien l'accord de la cour aux États-Unis.pdf

24-01-08 Quebecor World a gagné 220% jeudi en bourse.pdf

23-01-08Quebecor World comparaît aujourd'hui devant un tribunal américain.pdf

22-01-08 Les employés de Quebecor World encore confiants.pdf

22-01-08 Quebecor Word se présentera devant un tribunal américain.pdf

 21-01-08 Quebecor se protège de ses créanciers.pdf

Quebecor demande la protection contre la faillite 21-01-08.pdf

21-01-08 Intenses négociations - Quebecor World réussira-t-il à sortir de l'impasse .pdf

19 JANVIER 2008 journée importante pour quebecor world.doc

Quebecor à la merci de ses banquiers 17-01-08.pdf

TSX songe à délister Quebecor World 17-01-08.pdf

Quatre jours de sursis pour Quebecor World.pdf

17-01-08Quebecor World_ la débandade continue.pdf

quebecor 17-01-08.doc

 Quebecor world rate un échéance bancaire 16-01-08.pdf

L'action de Quebecor a perdu 63% mercredi 16-01-08.pdf

Quebecor plonge 50% 16-01-08.pdf

Quebecor chute de 40% 15-01-08.pdf

 

744503fc967b3969550cdad7f3ab382a.gif

 

 

QUEBECOR AVANCE 200 MILLIONS POUR QUEBECOR WORLD

Article de Gérard Bérubé

Édition du samedi 12 et du dimanche 13 janvier 2008

Quebecor et un fonds de placement géré par Brookfield Asset Management ont proposé de venir à la rescousse de Quebecor World en injectant, à parts égales, un total de 400 millions dans l'imprimeur en difficulté sous forme d'une nouvelle dette, mais convertible en actions. En retour, le principal actionnaire exige plus de temps de la part du syndicat bancaire de Quebecor World. 

A la fin de décembre, ce syndicat bancaire avait haussé d'un cran la pression  sur Quebecor, actionnaire à 36% ( et retenant 85% des droits de vote) de Quebecor World, en donnant à l'imprimeur jusqu'au 15 janvier pour dénicher un premier financement de 125 millions $US. Le syndicat acceptait alors de retirer les critères financiers encadrant ses facilités de crédit octroyées à Quebecor World à condition que l'imprimeur ramène cette marge de 750 millions à 500 millions d'ici le 29 février, puis à zéro à la fin de juin.

Quebecor a répondu hier avec un plan de sauvetage de 400 millions appuyé par Tricap Partners. L'injection salvatrice prendrait la forme d'une dette convertible qui viendrait modifier radicalement l'actionnariat de Quebecor World, le cas échéant. Cette proposition est sujette à certaines conditions, dont le consentement du syndicat bancaire de Quebecor World, des autres créanciers (notamment les détenteurs de billets garantis) ainsi que de certains autres intervenants (dont les détenteurs d'actions priviélgiées convertibles).

En clair, on propose de recapitaliser l'imprimeur, mais on attend du syndicat bancaire, qui exerce une mainmise sur les comptes recevables de l'entreprise, qu'il prolonge ses échéances, rappelant que les difficultés de refinancement de Quebecor World s'inscrivent dans un contexte de crise du crédit en Amérique du Nord.

Mais nous sommes loin du compte. "Nous avons besoin d'une prolongation de l'échéancier. Nous pensons que nous devrions avoir plus de temps. Nous pensons également que cette proposition s'inscrit dans l'intérêt de toutes les parties concernées, en commençant par les banques. Surtout si on y oppose le scénario du pire", a commenté Luc Lavoie, vice-président exécutif aux affaires corporatives de Quebecor.

On prend soin d'ajouter que, si la proposition est acceptée par Quebecor World et que les consentements requis sont obtenus, Quebecor et Tricap rendront immédiatement  disponible à l'imprimeur une somme de 200 millions afin qu'il dispose des liquidités suffisantes jusqu'au 31 mars, date de la clôture de ce financement.

Quebecor World a répondu qu'"après un examen préliminaire avec ses conseillers, la proportion présentée mérite considération compte tenu des circonstance et de la situation financière actuelle de la société"

 Quebecor World a comptabilisé une perte d'exploitation de 276 millions $ US (une perte nette de 374 millions $US) après neuf mois en 2007, sur des revenus de 4,2 milliards. L'entreprise affichait un fonds de roulement déficitaire de 73 millionsau 30 septembre dernier. Elle avait à son passif une dette à long terme de 2,2 milliards et 175 millions $US sous forme d'actions privilégiées convertibles à dividende cumulatif.

Précisons que Tricap Management a été créée par Brookfleld Asset Management afin d'offrir une source de capital patient et de l'aide stratégique aux entreprises connaissant des difficultés financières ou opérationnelles. Brookfield Asset Management gère actuellement un portefeuille d'une valeur approximative de 80 milliards de dollars. 

 

c81e732b2fddd0e0100656b860dba7cd.gif

 

QUEBECOR WORLD MAGOG MET 90 TRAVAILLEURS À PIED

11 janvier 2008 - 07h54
La Tribune
Jean-François Gagnon
MAGOG

Les difficultés financières de la multinationale Quebecor World (IQW)suscitent des interrogations dans le milieu magogois, où existe une imprimerie appartenant à la multinationale depuis de nombreuses années. 

Ces interrogations sont également alimentées par le fait qu'un groupe d'un peu plus de 90 travailleurs a récemment été mis à pied par Quebecor World Magog.  

À cette période de l'année, il n'est pas rare que des employés de cette division soient invités à demeurer temporairement à la maison, mais habituellement le nombre touché est beaucoup moindre.

«Ça tourne plus autour de 20 à 40 mises à pied normalement, indique le représentant des 320 employés de l'imprimerie magogoise, Pierre Goulet. Par contre, il n'est pas impossible que plusieurs soient rappelés au travail dès la semaine prochaine.»

M. Goulet déclare que ses collègues, de manière générale, conservent un «assez bon moral. On a fait des réunions avec les travailleurs et le climat est resté bon».


Le représentant syndical affirme toutefois ignorer si l'avenir de Quebecor World Magog est compromis à l'heure actuelle.

«Tout ce que je sais, c'est que de nombreux travailleurs de l'imprimerie ici ont entre 20 et 30 ans d'ancienneté. L'expérience est là et, un jour, ça pèsera sûrement dans la balance», note-t-il.

Le directeur général de la MRC de Memphrémagog, Ghyslain Goulet, affirme quant à lui n'avoir aucune indication tendant à prouver que l'imprimerie de Magog est particulièrement à risque.

Toutefois, il espère pouvoir rencontrer des représentants de Quebecor World ces prochaines semaines afin de discuter de l'avenir de l'imprimerie locale.

«On pourrait par la même occasion voir si on peut leur venir en aide», dit-il.

La Tribune a tenté d'obtenir un son de cloche de la part du responsable des communications chez Quebecor World, mais il n'a jamais retourné les appels du quotidien.

Quoi qu'il en soit, le titre boursier de la multinationale a été particulièrement malmené durant les dernières semaines, à tel point qu'on le retrouvait sous la barre d'un dollar à la Bourse de Toronto mercredi.

Éventuellement, il est possible que la multinationale choisisse de vendre des actifs à des concurrents pour se renflouer. Rien n'indique pour le moment que l'imprimerie de Magog ne pourrait pas être incluse dans ce genre de transaction.
 

 

UN PLAN DE 400 M$ POUR QUEBECOR WORLD

11 janvier 2008 - 16h38
LaPresseAffaires.com
Didier Bert

Quebecor (QBR.B) et Tricap Partners, un fonds de capital d'investissement de Brookfield Asset Management (BAM.A) ont soumis un plan de sauvetage financier à hauteur de 400 M$ pour Quebecor World (IQW). 

 Ce plan doit permettre à l'imprimeur québécois «de faire face à ses problèmes de liquidité et d'assurer sa recapitalisation», indiquent les parties.

Quebecor et Tricap contribuent à parts égales à ce montage financier.

Ce plan de sauvetage est conditionné à l'accord du syndicat bancaire de Quebecor World, à celui des promoteurs de son programme de titrisation nord-américain. D'autres intervenants non identifiés devraient aussi apporter leur consentement.

Quebecor et Tricap précisent que 200 M$ seront mis à la disposition de l'imprimeur dès l'obtention de ces différents accords.

Quebecor World devrait ainsi disposer de de liquidités suffisantes jusqu'au 31 mars prochain, date de la clôture de ce financement, précise le communiqué conjoint de Quebecor et Tricap.

 

Quebecor 10-01-08.pdf

 7c27ebfe465419ade5c5b25680541df2.gif

 

Le titre de Quebecor World rebondit
10 janvier 2008 - 11h04
LaPresseAffaires.com
Didier Bert

L’action de l’imprimeur Quebecor World (IQW) est largement passée au-dessus du dollar, jeudi matin, en grimpant de près de 35% à 1,23 $, alors qu'elle avait perdu 20% mercredi. 

En cours de matinée, l’action a même touché 1,30 $, soit une progression de plus de 40%.

Le rebond survient alors que l’imprimeur serait près d'une entente de financement menée par la Banque Royale, indique le Globe and Mail dans son édition de jeudi.

L’imprimeur avait annoncé, il y a quelques jours qu'il disposait de deux semaines pour trouver un financement de 125 M$ US. Le délai expire mardi prochain.

 

56414ce806c1d040c5f7a2004c132e63.gif

 

 

PERSPECTIVES - QUEBECOR À L'HEURE DES CHOIX

Article de Gérard Bérubé

Jeudi 10 janvier 2008  

Ce qui fut jadis la vache à lait de Quebecor agonise. À moins d'une semaine d'un important rendez-vous avec ses créanciers, Quebecor World voit sa survie dépendre d'une injection salvatrice de son principal actionnaire, qui faisait toujours le mort hier. Dans cete partie de pocker qui se joue présentement entre Quebecor et les banquiers de sa filiale imprimerie, les investisseurs misaient hier sur un abandon de la part de la société holding. 

la suite dans Le Devoir 

 

Quebecor 9-01-08.pdf


cd79dccb1047d9ffc1c72f70c4e6aab2.gif

 

L'ACTION DE QUEBECOR WORLD A PERDU 17% MERCREDI

9 janvier 2008 - 12h40

LaPresseAffaires.com

La descente infernale de Quebecor World (IQW) s’est accentuée, mercredi.

L’action de la filiale de Quebecor est descendue en-dessous du dollar et a clôturé à 91 cents en baisse de 19 cents ou 17%.

Il y a quelques jours, l’imprimeur en difficulté avait annoncé qu'il disposait de tout juste deux semaines pour trouver un financement de 125 M$ US.

Quebecor World avait obtenu, de la part de son syndicat bancaire, des renonciations qui lui permettrait de ne pas respecter, jusqu'au 31 mars, certains critères financiers.

Mais en échange de ces renonciations, le syndicat exigeait que Quebecor World obtienne, au plus tard le 15 janvier, 125 M$ US en nouveau financement.

L’imprimeur devait également conclure, d'ici à la fin du mois, une opération de refinancement visant à réduire sa facilité de crédit à 500 M$ d'ici le 29 février et son remboursement intégral avant la fin juin.

Depuis plusieurs mois, l’action de Quebecor World s’est totalement dégonflée. En un an, le titre a perdu plus de 85% de sa valeur à la Bourse de Toronto. En février, il s'échangeait à 17,25 $.

La filiale de Quebecor traîne notamment une importante dette et connaît des problèmes avec ses imprimeries européennes. Le groupe tente d’ailleurs depuis plusieurs mois de s’en départir.

 82284eb13bde8ab99884d98c99b155e9.gif

 

 

Quebecor World a reçu des avis de conversion pour 3,9 millions d'actions privilégiées 29-30-12-07.pdf

 8f032c62f24cf902d120bfb7f69c5be2.png

 

 

 

Antoine Gaillard

WWW.Graphiline.com

22-12-2007 

REBONDISSEMENT DANS LE DIVORCE ROTO SMEETS - QUEBECOR WORLD EUROPE 

Selon notre confrère britannique PrintWeek, le néerlandais n'aurait pas abandonné son projet de rachat des activités européennes de Quebecor World.

Rejetté à 85% par les fonds d'investissement contrôlant Roto Smeets (RSDB), le principe du rapprochement entre les deux géants de l'imprimerie ne serait pas abandonné pour autant.

S'il apparaît qu'une reconsolidation du secteur des industries graphiques européennes fasse l'unanimité, le montant de la transaction prévue, près de 341 millions de dollars, aurait été le principal point d'achoppement du projet.

Le vif intérêt suscité ces derniers jours par Quebecor World auprès de repreneurs éventuels, a sans doute été de nature à faire réfléchir les actionnaires de Roto Smeets sur l'éventuelle erreur stratégique qu'ils pourraient commettre.

Toujours est-il que les semaines à venir devraient être riches en rebondissements, entre une éventuelle reprise des négociations de fusion sur de nouvelles bases ou la présentation d'offres de rachat pures et simple sur Quebecor World, de la part de fonds d'investissement voire d'acteurs comme le leader mondial de l'imprimerie, R.R. Donnelley ou le canadien Transcontinental.

e666e1f06db3bbab4786b88528aa5852.gif

 

UNE NOUVELLE OFFRE POSSIBLE POUR QUEBECOR WORLD EN EUROPE

21 décembre 2007 - 17h31

Presse Canadienne

Après que ses actionnaires eurent rejeté à très forte majorité une première proposition, l'imprimeur RSDB pourrait revenir à la charge pour acquérir les installations européennes de Quebecor World (IQW) .

C'est ce qu'a indiqué vendredi une porte-parole de l'entreprise néerlandaise au site Web du magazine spécialisé PrintWeek. RSDB est à se demander si elle peut en venir à un «arrangement qui recevrait l'approbation» de ses actionnaires. Selon la porte-parole, que PrintWeek ne nomme pas, les actionnaires de RSDB étaient presque unanimement en faveur de sa stratégie de consolidation du marché européen de l'imprimerie. Le seul désaccord, selon elle, portait sur le montant de la transaction, évalué à 341 M$ US, dont 213 M$ US en espèces. RSDB et Quebecor World pourraient reprendre les contacts dès janvier, a précisé la porte-parole. Depuis l'annonce de l'échec de la transaction, des firmes d'investissement privé, dont Cerberus et Kohlberg Kravis Roberts, encercleraient l'entreprise en difficulté. À la Bourse de Toronto, l'action de Quebecor World a clôturé à 1,72$ en hausse de 3%.

 

 dee107dc46ee6cc0b279e1ffd8f0f441.png

 

 

 

LE GROUPE D'IMPRIMERIE QUEBECOR WORLD RECAPITALISE SA FILIALE FRANçAISE 

18-12-07 

Antoine Gaillard © www.Graphiline.com

Quebecor Wordl inc. vient de confirmer la recapitalisation de sa filiale française à hauteur de 113 millions d'euros. Celle-ci est effective depuis aujourd'hui même.

En parallèle, nous venons d'apprendre que cette même filiale, présidée par Yvan Lesniak, avait conclu un accord avec BNP Paribas Factor, mettant en place immédiatement un programme de cession de créances, à hauteur de 160 000 000 € par an. Le programme permettra de financer le besoin en fonds de roulement de Quebecor World France et de ses filiales.

Ces deux mesures importantes permettent à la filiale française du géant canadien de l'imprimerie, de maintenir sa position stratégique en France et de demeurer entend l’acteur majeur de la chaîne graphique au service de ses clients.

 

autres articles sur Quebecor du mois de novembre et décembre 2007 à télécharger en word 

Quebecor 2007.doc

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu