Avertir le modérateur

VILLE DE QUÉBEC, COLLOQUE: MÉDIAS ET DÉMOCRATIE

 815a42ee950a76bc7d42257769fa777e.gif

 

Le dimanche 03 février 2008

Les journalistes et la liberté de presse: la menace viendrait de l'intérieur

Daphnée Dion-Viens

Le Soleil

Québec

À l’ère de la convergence et de la concentration des médias, la plus grande menace à la liberté de presse vient de l’intérieur. À un point tel que la majorité des journalistes demandent une intervention gouvernementale.

 Voilà une des conclusions tirées d’une grande enquête réalisée par le professeur Marc-François Bernier, de l’Université d’Ottawa. Les résultats ont été présentés hier à Québec dans le contexte du colloque Médias et démocratie, organisé par la Fédération nationale des communications (FNC-CSN).

«Beaucoup de journalistes estiment que la première menace à la liberté de presse, ce sont les médias eux-mêmes, par leur organisation, la concentration et la convergence», explique M. Bernier en entrevue au Soleil. Ils demandent d’ailleurs au gouvernement d’agir pour limiter la concentration de presse. «Il n’y a pas si longtemps, c’était péché de parler d’intervention gouvernementale. L’ennemi, pour la liberté de presse, était en dehors de la salle de rédaction. Maintenant, le loup est dans la bergerie. C’est une transformation importante», souligne-t-il.

Pour réaliser son enquête, M. Bernier a fait parvenir un questionnaire à 1780 journalistes syndiqués du Québec. De ce nombre, 385 ont répondu à l’appel. En raison de contraintes techniques, les journalistes pigistes et non syndiqués n’ont pu participer à l’enquête. Parmi les sondés, 45 % sont des journalistes de Radio-Canada, 31 % de Gesca, 15 % de Quebecor et 9 % proviennent d’autres médias. La marge d’erreur est de 4,4 %, 19 fois sur 20.

La grande majorité des sondés considèrent que la concentration et la convergence des médias nuisent à une information de qualité et à la diversité des points de vue, en plus de menacer la liberté des journalistes et la libre circulation des idées. Ce sont d’abord les actionnaires et les propriétaires des médias qui en profitent, jugent les journalistes interrogés.

Intervention

La majorité des sondés (66 %) estiment d’ailleurs que «les gouvernements devraient agir pour limiter la concentration de la propriété des médias au Québec». Cette affirmation récolte un fort consensus chez les journalistes de Quebecor, «où il existe un important malaise professionnel» qui peut être perçu comme un «appel de détresse», écrit M. Bernier dans son rapport. Ces derniers sont particulièrement insatisfaits de leur emploi et très critiques par rapport aux effets de la convergence et de la concentration des médias. Les résultats détaillés de cette enquête sont disponibles à l’adresse suivante : www.fncom.org.

Environ 200 personnes ont participé hier au colloque Médias et démocratie, qui se termine aujourd’hui à Québec.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu