Avertir le modérateur

FRANCE: LA CONSTITION S'OUVRE ENFIN AUX LANGUES RÉGIONALES COMME LE BRETON

79855456.pngL'amendement voté hier par les députés était attendu depuis longtemps en Bretagne. Il doit encore être adopté avec l'ensemble de la réforme.

Article du 23 mai dans Ouest France 

Les députés ont complété l'article 1 de la Constitution, ajoutant : « Les langues régionales appartiennent à son patrimoine ». Cet amendement surprise, lors de la discussion sur le projet de loi en cours d'examen à l'Assemblée, est passé comme une lettre à la poste, alors que cette reconnaissance des langues régionales fait l'objet d'une revendication de longue date, notamment en Bretagne.

« La langue de la République est le français » et le reste (article 2). Au nom du gouvernement, Rachida Dati a préféré une insertion à l'article 1, après « L'organisation de la République est décentralisée ».

On estime à moins de 300 000, soit moins de 10 % de la population, les locuteurs bretonnants. Et à 5 millions ceux qui parlent l'une des autres des principales langues régionales : occitan, alsacien, corse, catalan, basque et flamand. La ministre de la Culture, Christine Albanel, a promis une loi pour leur promotion. Au moins ne sera-t-elle plus anticonstitutionnelle.

 

219455546.jpg


Pour entériner le nouveau texte comme les autres mesures en discussion, encore faut-il que le projet de loi soit adopté dans son ensemble par l'Assemblée, le Sénat et le congrès du Parlement. L'amendement sur les langues régionales peut aussi dissuader certains élus de l'opposition de voter contre la réforme. Déjà, quatre députés socialistes de l'Ouest ont signé un appel en faveur de la réforme constitutionnelle, qu'ils jugent « prometteuse » et dont ils évalueront les avancées au terme des débats. C'est le cas de Patricia Adam et Jean-Jacques Urvoas (Finistère), de Dominique Raimbourg (Loire-Atlantique) et Guillaume Garot (Mayenne) qui ont joint leur voix à celles de Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis, Gaëtan Gorce, Didier Migaud ou Jean-Marie Le Guen, au total dix-sept députés socialistes. Le compte n'est plus loin pour atteindre les 3/5 des parlementaires.



L'assemblée a entériné une disposition du projet de réforme des institutions interdisant au président de la République d'effectuer plus de deux mandats consécutifs. Plusieurs initiatives de la gauche ont été rejetées : la prise en compte du temps de parole du président de la République ; le vote des non-Européens aux élections locales.

610066720.gifARTICLE DU TÉLÉGRAMME DU 23 MAI 2008

 Le Télégramme et la langue bretonne.pdf

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu