Avertir le modérateur

- Page 2

  • LIVRE: "L'ENTREPRISE MOBILE, COMPRENDRE L'IMPACT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES" PAR CHARLES-HENRI BESSEYRE DES HORTS

     5731e4b41cd81f07c1d1840b0c04d208.jpg

    Technologies, informatique, logiciels

    25-01-08 

    Vient de paraître : “L’entreprise mobile, Comprendre l’impact des nouvelles technologies” par Charles-Henri Besseyre des Horts  

    Depuis l’avènement d’internet, les technologies de l’information et de la communication (TIC) tiennent une place considérable dans le développement des entreprises. Téléphone et ordinateur portables, réseau sans fil et Internet haut débit permettent aujourd’hui aux salariés de travailler sans contrainte de lieu ni de temps. Or, cette évolution ne va pas sans un profond bouleversement des modes de fonctionnement de l’entreprise.
    Fruit de trois années de recherche, ce livre analyse avec précision les conséquences organisationnelles et humaines du développement des TIC mobiles. Il en décrit dans un premier temps les avantages évidents –autonomie et flexibilité, réduction des « temps morts », rationalisation des processus opérationnels, diminution des coûts de structure, etc.- pour nous dévoiler dans un second temps l’inévitable revers de la médaille : remise en cause des valeurs traditionnelles de l’entreprise, dégradation de la qualité des processus de décision, éclatement progressif du collectif, rupture des frontières entre travail et non travail…
    Charles-Henri Besseyre des Horts montre combien il est important, dans un processus de changement vers l’entreprise mobile du futur, de mettre en place une stratégie claire de développement des nouvelles technologies, tant pour les organisations que pour les individus. Charles-Henri Besseyre des Horts est professeur associé au département Management et Ressources Humaines de HEC Paris. Il est titulaire de la chaire HEC-Toshiba « Mobilité et Organisation » et directeur scientifique du MS Part-Time Management stratégique des RH.

  • LIVRE: LA RÉVOLUTION "INHUMAINE" d'Ollivier Dyens, Éditions Flammarion

     654433a50668c8d8a5a41d59f759aa2a.gif

     

    ENTRETIEN.
    La révolution "inhumaine"
    LE MONDE | 26.01.08 | 14h53  •  Mis à jour le 26.01.08 | 14h54


    rofesseur au département d'études françaises de l'université Concordia (Montréal), vous étudiez depuis quinze ans l'impact des nouvelles technologies sur la société. La foudroyante montée en puissance du numérique va-t-elle nous transformer en profondeur ?
    Il y a quelques années, je pensais que la technologie changerait l'être humain. Aujourd'hui, je pense qu'elle va changer la perception qu'on a de l'être humain. Je crois de moins en moins au fantasme du cyborg, de l'homme-machine. Mais la vision que l'on a de nous-mêmes va devoir changer pour s'adapter à la réalité technologique de demain.



    Votre dernier ouvrage s'intitule "La Condition inhumaine". Pourquoi ce titre ?

    Le terme "inhumain" n'est pas employé ici au sens de cruauté, mais de ce qui est au-delà de l'humain. Aux questions essentielles que l'homme se pose depuis la nuit des temps - Qui suis-je ? D'où venons-nous ? -, la science et la technologie apportent des réponses qui, de plus en plus, contrarient ce que disent nos sens et notre esprit. C'est cette tension croissante entre notre réalité biologique et notre réalité technologique qui provoque ce que je qualifie de "condition inhumaine". Depuis toujours, nous avons considéré les outils et les langages comme des structures qui existaient pour répondre à nos besoins. Il est vital de repenser cette relation.
    Pourquoi l'imbrication croissante de ces deux réalités, biologique et technologique, nous trouble-t-elle tant ?

    Pour expliquer ce malaise, un roboticien japonais a créé une image, celle de "la vallée de l'Etrange". Tant que les robots restent bien distincts de nous, ils ne nous dérangent pas. Mais qu'ils deviennent trop proches, et l'on tombe dans la vallée de l'Etrange. La main artificielle devient inquiétante le jour où elle ressemble trop à une vraie main, où on peut la toucher, la serrer comme si elle était naturelle. Nous en sommes là, désormais, avec le numérique, qui devient de plus en plus "intelligent", de plus en plus "vivant"... C'est cela qui nous inquiète, parce que cela nous ressemble trop.

    La prise de possession de la civilisation par les machines, dites-vous, est née avec ce millénaire.

    Souvenez-vous du 31 décembre 1999 et de la fameuse peur du bug de l'an 2000. Cette peur était réelle, y compris au sein des plus grandes compagnies informatiques. Ce jour-là, l'humanité entière, le souffle court, attendait le verdict des machines, pour savoir si, oui ou non, elles parviendraient à "comprendre" les trois zéros de la nouvelle date. Et que s'est-il passé ? Les logiciels, partout dans le monde, ont réussi à s'adapter. Dans les pays où peu avait été fait pour les y aider comme dans ceux où beaucoup avait été fait, aucune catastrophe n'a eu lieu.
    La morale de l'histoire, c'est que les systèmes informatiques sont devenus trop enchevêtrés, trop puissants pour qu'on soit capable de déterminer ce qui les rend efficaces ou inefficaces. Un peu comme l'environnement météorologique, que l'on sait trop complexe pour pouvoir le prédire au-delà de quelques jours.

    Etre ainsi dépassé par l'autonomie de machines que nous avons créées, c'est objectivement angoissant, non ?

    Pour certains, oui. Mais d'autres estiment qu'il s'agit d'un processus normal de l'évolution. Que l'important est la dynamique de la vie, que celle-ci soit dans l'ADN ou dans le silicium. Quoi qu'il en soit, la technologie nous force désormais à redéfinir notre place dans la hiérarchie planétaire. A nous situer non plus au sommet de la pyramide, mais dans une dynamique prenant en compte les machines comme une part intégrante de l'espèce humaine.
    Et si nous n'y parvenons pas ?

    Alors nous risquons d'aboutir, dans un avenir plus ou moins proche, à un monde polarisé, manichéen, violent, dans lequel la majeure partie de l'humanité se retrouvera en décalage complet avec le monde des représentations, des idées, des théories et de la culture. Un monde de frustrations et de désespoir issu d'une nouvelle aliénation : celle de la connaissance.
    Ce risque est déjà à l'oeuvre : nous avons une difficulté grandissante à distinguer clairement l'information de sa synthèse - autrement dit de la connaissance. Pourquoi ? Parce que la culture générée par les machines nous dépasse. Pour utiliser une image maritime : la quantité d'informations présentes sur le Net est un océan, mais nous ne connaissons pas l'art d'y naviguer. Il apparaît de plus en plus que rester à la surface de cet océan - "surfer" - est devenu une question de survie. Mais l'humain navigue encore à l'ancienne, tant la connaissance nous semble liée à l'idée d'approfondissement. La surface et le fond : il va nous falloir apprendre à concilier ces deux notions.

    La "condition inhumaine" aura-t-elle des conséquences positives ?

    Moins de guerres, peut-être. Plus les pays sont enchevêtrés économiquement et culturellement, moins il y a de raisons de voir l'autre comme un étranger, et donc de le combattre. Les technologies numériques et le Web suscitent un rapprochement entre les êtres. Le courriel, les "chats", les blogs insistent sur ce qui nous lie, au-delà de la géographie, du corps, de la couleur de la peau. Dans notre histoire, jamais nous n'avons passé autant de temps non seulement à communiquer, mais aussi à nous enrichir et à débattre par l'entremise des réseaux.

    Internet va-t-il générer de nouvelles formes d'intelligence collective ?

    J'en suis convaincu. Les moyens de communication qu'offrent à l'humanité les réseaux numériques instantanés semblent posséder un objectif principal : nourrir, ou créer une cohérence globale. Un blog acquiert sa légitimité s'il est recensé dans d'autres blogs, et le premier site qui apparaît dans Google est celui qui est "hyperlié" par le plus grand nombre de sites... Cette légitimation par la collectivité porte ses dangers : elle se défend contre l'individuel et fait peu de cas de ce qui est hors norme ou marginal. Mais elle représente aussi un potentiel formidable, qui change profondément notre relation au monde. L'humain de la condition inhumaine est bien plus proche de la fourmi - qui vit, existe et comprend l'univers par l'entremise de sa collectivité - qu'il ne l'est d'un individu autonome, conscient et singulier.

    Propos recueillis par Catherine Vincent
    À LIRE
    "La Condition inhumaine" d'Ollivier Dyens. Editions Flammarion, 208 p., 21 euros.

    À ÉCOUTER

    Pour le Collège de France, le temps est venu d'enseigner la science du numérique. Telle est la mission du professeur Gérard Berry, à qui a été confiée, pour l'année 2007-2008, la chaire d'innovation technologique-Liliane Bettencourt de ce prestigieux lieu du savoir.

    Créateur du langage de programmation Esterel, ce chercheur émérite exposera en huit cours "Pourquoi et comment le monde devient numérique" (algorithmes, circuits, langages de programmation, systèmes informatiques embarqués, images, réseaux, sécurité).

  • QUÉBEC: LES 20 ANS DE L'ASSOCIATION QUÉBÉCOISE POUR L'ÉTUDE DE L'IMPRIMÉ (AQÉI). 33e journée d'échange de l'AQÉI à l'Université McGill LE VENDREDI 11 avril 2008

    L’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI) fête cette année ses 20 ans d’existence. La prochaine journée d’échanges scientifiques, qui aura lieu à l’Université McGill le vendredi 11 avril prochain, nous permettra de souligner l’événement.
     
    Comme vous le constaterez à la lecture du programme joint en document attaché, un vin d’honneur sera servi en fin d’après-midi à l’occasion de cet anniversaire. De plus, pour cette événement, Yvan Lamonde, de l’Université McGill, prononcera la conférence d’ouverture en traçant un bilan historiographique de l’histoire du livre et de l’imprimé au Canada et Marcel Lajeunesse, de l’Université de Montréal, clôturera cette journée en retraçant les principales activités de l’AQÉI au cours des 25 dernières années. Cinq autres conférences seront présentées par des étudiants, des professeurs ou des chercheurs s’intéressant à l’histoire du livre et à l’imprimé.
     
    Au plaisir de vous y rencontrer.

    PROGRAMME:Programmedela33ejournéed_échangesdel_AQÉI.doc

     
    Isabelle Gagnon

    Secrétaire adjointe
    Association québécoise pour l'étude de l'imprimé
    igagnon_aqei@yahoo.ca

  • QUÉBEC / MÉDIAS: REACTION DE LA FPJQ À LA NOUVELLE POLITIQUE ADOPTÉE PAR LE CRTC

                             1207ab918925b8ba547f0f9265cd9d7a.jpg               

     

    semaine du 14 janvier 2008 

    La FPJQ a réagi négativement mardi à la nouvelle politique adoptée par le CRTC qui devait assurer la diversité des voix dans le monde de la radiodiffusion privée.
    Le Conseil a reconnu, comme la Fédération le demandait, que la diversité des voix signifie avant tout à la diversité de l’information originale produite par les médias traditionnels. Certains radiodiffuseurs tendaient à la confondre avec la diversité de la programmation et des genres musicaux. D’autres évoquaient l’existence d’internet pour plaider qu’il n’y a pas de problèmes de diversité puisque l’univers regorge d’information.

    La politique du CRTC se gâte cependant quand vient le temps de prendre des mesures concrètes pour garantir cette diversité. 1. Le Conseil laisse un organisme privé formé par l’industrie de la radiodiffusion, le Conseil canadien des normes de la radiodiffusion, gérer la diversité, un rôle que le CRTC aurait dû assumer. 2. Le Conseil a entériné pour l’essentiel de code d’indépendance rédactionnelle proposé par le CCNR. Or ce code précise qu’il ne s’applique pas à la collecte d’information. Tous les médias appartenant à un même propriétaire pourront donc collecter ensemble l’information. Pour les journalistes, il y a là une menace la diversité. 3. En conséquence, le Conseil supprime la condition de licence imposée à TVA et qui l’obligeait à maintenir sa salle de nouvelles séparée de celle du Journal de Montréal. 4. Pour la première fois, le CRTC impose un seuil maximum de contrôle découlant d’une transaction. Celle-ci ne sera pas approuvée si le radiodiffuseur contrôle plus de 45% de l’auditoire dans son marché, un seuil que n’atteint aucun radiodiffuseur 5. Le Conseil interdit à un même propriétaire de contrôler un journal local, une radio et une télévision dans le même marché: il n’y a aucun cas de ce genre au Canada. 6. Le CRTC n’a pas profité de l’occasion pour imposer certaines exigences aux radiodiffuseurs comme un minimum de nouvelles locales et régionales.

    La nouvelle politique sur la diversité des voix va moins loin que ce que proposait le comité sénatorial sur les médias; elle ne corrige pas les problèmes actuels de concentration; elle consacre certains reculs et elle ne répond pas aux préoccupations maintes fois exprimées par les organisations de journalistes.

  • ELECTRONIQUE IMPRIMÉE: UN INVESTISSEUR DE PLUS POUR LE PIONNIER DE L'ÉLECTRONIQUE IMPRIMÉE

     

    eec8e53d9aea4f3a714655c7291bf0c0.gif 

      e72d98f1da3855d9e653ab7fe68a0565.gif

     

    Un investisseur de plus pour le pionnier de l'électronique imprimée

    Par Françoise Grosvalet, le 23/01/08

    La société autrichienne Nanoident Technologies, première au monde à avoir lancé la production de volume de capteurs organiques par impression en avril 2007, vient de recevoir le soutien financier du groupe d'investissement turc MV Holding. Ce dernier a pris une participation ''significative'' mais non précisée dans la société autrichienne qui devrait ainsi pouvoir accélérer la mise sur le marché de solutions semiconducteurs imprimées sur les marchés du médical et de la biométrie. Deux filiales ont été créées à cet effet Bioident Technologies et Nanoident Biometrics.

  • CHINE: UNE POPULATION DE 210 MILLIONS D'INTERNAUTES

    ee67ef271c60693b1f6b55711a977dfe.pngPubliée par Mathieu le lundi 21 janvier 2008

    Relayée par l'AFP, une annonce du China Internet Network Information Center indique que la population des internautes chinois a franchi la barre des 200 millions pour s'établir à 210 millions d'internautes avec plus de 73 millions de nouveaux Chinois connectés au web en 2007 contre 25 millions de nouveaux en 2006.

    Cette croissance permet au CINIC d'estimer que dans quelques mois, la population d'internautes chinois devrait dépasser celle des Etats Unis, qui s'établit pour le moment à 215 millions d'individus. Le Bejing Business Today estime quant à lui la croissance en 2008 à 34%, ce qui devrait permettre à la Chine de compter près de 244 millions d'internautes en fin d'année.

    Une volumétrie impressionnante mais qui reste à relativiser sur le plan des affaires puisque qu'avec près de dix fois moins d'internautes (environ 29 millions selon comScore), le marché français devrait générer un chiffre d'affaires publicitaire de 1,5 milliard d'euros (16 milliards de Yuans), équivalent à celui des principaux portails chinois.

  • MÉDIAS: BENOIS XVI INDIQUE UN "TOURNANT" À PRENDRE, UNE "MUTATION DE RÔLE"

    SOURCE: ZENIT http://www.zenit.org/article-17123?l=french

    MÉDIAS: BENOIS XVI INDIQUE UN "TOURNANT" À  PRENDRE, UNE "MUTATION DE RÔLE"

    Message annuel pour la Journée mondiale des communications sociales

    ROME, Jeudi 24 janvier 2008 (ZENIT.org) - « L'homme a soif de vérité, il est à la recherche de la vérité », rappelle le pape Benoît XVI dans son message 2008 pour la Journée mondiale des communications sociales. Le journaliste aussi doit toujours la chercher, recommande-t-il. Pour cela le pape signale un « tournant » à prendre, une « véritable mutation de rôle » à réaliser, au service du bien de la personne et du bien commun de la société « globalisée ».

    Défi crucial du troisième millénaire 

    « Les médias : au carrefour entre rôle et service. Chercher la Vérité pour la partager », c'est le titre de ce message du pape qui a été présenté ce matin au Vatican par le président du Conseil pontifical ad hoc, Mgr Claudio Maria Celli, comme c'est la tradition en la fête de saint François de Sales, saint patron de la presse catholique (cf. Zenit du 23 janvier 2008).

    Benoît XVI cite d'emblée son Message pour la Journée mondiale de la Paix du 1er janvier 2008 : « Les moyens de communication sociale, par les potentialités éducatives dont ils disposent, ont une responsabilité spéciale pour promouvoir le respect de la famille, pour illustrer ses attentes et ses droits, pour mettre en évidence sa beauté » (n. 5).

    Pour le pape, le rôle des moyens de communication sociale constitue « un défi crucial du troisième millénaire ».

    Benoît XVI diagnostique à l'heure actuelle un « carrefour » pour l'humanité, dans le domaine des communications. Il cite « Spe salvi » où il signale « l'ambiguïté du progrès ». Cela vaut aussi, souligne le pape « pour les médias, qui offrent des potentialités inédites pour le bien, mais qui ouvrent en même temps des potentialités abyssales de mal n'existant pas auparavant » (cf. n. 22).

    Manipulation des consciences

    « Il est par conséquent nécessaire de se demander s'il est sage de laisser les moyens de communication sociale être assujettis à un fonctionnement aveugle ou finir par être à la merci de qui s'en sert pour manipuler les consciences. Ne devrait-on pas plutôt faire en sorte qu'ils restent au service de la personne et du bien commun et qu'il favorisent "la formation éthique de l'homme, pour la croissance de l'homme intérieur" (ibid.) ? », interroge le pape.

    « Il arrive par exemple que, dans certaines situations, les médias soient utilisés non pas pour remplir correctement leur rôle d'information, mais pour ‘créer' les événements eux-mêmes », relève le pape, qui en sait quelque chose.

    C'est devant ce qu'il appelle une « périlleuse mutation de leur fonction », que le pape invite à « réaffirmer que tout ce qui est techniquement possible n'est pas éthiquement praticable », il invite à « des choix et des réponses qui ne peuvent être renvoyés à plus tard ».

    Ancrages éthiques

    « Lorsque la communication perd ses ancrages éthiques et échappe au contrôle social, fait observer le pape, elle finit par ne plus tenir compte du caractère central et de la dignité inviolable de l'homme, risquant de peser négativement sur sa conscience, sur ses choix, et de conditionner en fin de compte la liberté et la vie même des personnes ».

    Car, si les médias « ont contribué de manière décisive à l'alphabétisation et à la socialisation, ainsi qu'au développement de la démocratie et du dialogue entre les peuples », écrit Benoît XVI, cependant « le risque n'est malheureusement jamais absent qu'ils se transforment au contraire en systèmes destinés à soumettre l'homme à des logiques dictées par les intérêts dominants du moment ».

    « C'est le cas, explique le pape, d'une communication utilisée à des fins idéologiques ou pour la diffusion de produits de consommation au moyen d'une publicité insistante. Sous prétexte de représenter la réalité, on tend de fait à légitimer et à imposer des modèles distordus de vie personnelle, familiale ou sociale. En outre, pour favoriser l'écoute, ce qu'on appelle l'audimat, on n'hésite pas à recourir parfois à la transgression, à la vulgarité et à la violence. Il y a enfin la possibilité que soient proposés et soutenus, à travers les médias, des modèles de développement qui augmentent plutôt que réduisent la fracture technologique entre pays riches et pays pauvres ».

    Un tournant à pendre

    Il parle d'un « tournant » à prendre, et plus encore, d'une « véritable mutation de rôle », que les médias ont à « réaliser ».

    Benoît XVI indique la direction du respect de la personne et du bien commun en disant : « Il est indispensable que les communications sociales défendent jalousement la personne et respectent pleinement sa dignité. Un certain nombre de gens pensent qu'une « info-éthique » est aujourd'hui nécessaire dans ce domaine, de la même façon qu'il existe la bioéthique en médecine et dans la recherche scientifique liée à la vie ».

    La vocation de la communication sociale 

    « Il convient d'éviter, explique Benoît XVI, que les médias deviennent le mégaphone du matérialisme économique et du relativisme éthique, véritables plaies de notre temps. Ils peuvent et doivent par contre contribuer à faire connaître la vérité sur l'homme, en la défendant devant ceux qui tendent à la nier ou à la détruire ».

    Plus encore, écrit le pape, « la recherche et la présentation de la vérité sur l'homme constituent la vocation la plus haute de la communication sociale ».

    « Utiliser à cette fin tous les langages, toujours plus beaux et plus raffinés, dont les médias disposent, tel est le devoir exaltant confié en premier lieu aux responsables et aux personnes travaillant dans ce secteur », encourage le pape.

    Responsabilité de tous

    Et de souligner la responsabilité de tous, y compris des « consommateurs » des médias : « A l'époque de la mondialisation, nous sommes bénéficiaires et agents de communications sociales », fait remarquer le pape.

    « Les nouveaux médias, la téléphonie et Internet en particulier, sont en train de modifier, note le pape, la physionomie même de la communication et c'est peut-être une occasion précieuse pour la redessiner, pour rendre plus visibles, comme l'a dit mon vénéré prédécesseur Jean-Paul II, les aspects essentiels et inaliénables de la vérité sur la personne humaine (cf. Lettre apost. Le progrès rapide, n. 10) ».

    « Invoquons l'Esprit Saint, pour qu'il y ait des hommes de communication courageux et d'authentiques témoins de la vérité » conclut Benoît XVI en citant le discours de Jean-Paul II, à la Rencontre Paraboles médiatiques (9 novembre 2002).

    Anita S. Bourdin

    AUTRE ARTICLE: Benois VXI et les médias 24-01-08.pdf

  • TÉLÉPHONE MOBILES: 1,12 MILLIARD DE TÉLÉPHONE MOBILES VENDUS EN 2007

     1,12 MILLIARD DE TÉLÉPHONE MOBILES VENDUS EN 2007

     a5e586053e07b343b99821b9c98e47a2.png

    Publié par Alex le 25 janvier 2008 

    En admettant que vous puissiez encore en douter, voici quelques chiffres qui vous convaincront de l'omniprésence du téléphone mobile. D'après les chiffres tout juste publiés par le cabinet londonien Strategy Analytics, 332 millions de téléphones mobiles ont été vendus dans le monde sur le seul quatrième trimestre 2007, une progression de 13% sur un an.

    Pour 2007, les livraisons globales se montent à 1,12 milliard d'unités, un volume sur lequel Nokia s'arroge la part du lion, avec plus de 437 millions d'appareils. Samsung prend la place de numéro deux, avec 161,2 millions de combinés livrés sur 2007. Viennent ensuite Motorola, qui cède sa place de second au sud-coréen, avec 159 millions, Sony Ericsson avec 103,4 millions et LG Electronics avec 80,5 millions.

    D'après Strategy Analytics, Apple aurait vendu 2,3 millions d'exemplaires de son iPhone en 2007, ce qui confère à la firme 0,6% des parts de marché au niveau mondial. La firme revendique quant à elle 4 millions de ventes en 2007.

    Pour 2008, le cabinet londonien s'attend à ce que le marché des mobiles enregistre une croissance d'environ 10%, pour un volume global de 1,24 milliards de combinés sur l'année. Confrontés à une certaine saturation, les marchés occidentaux devraient essentiellement profiter des opérations de renouvellement. La croissance viendra principalement de marchés en plein essor comme la Chine, l'Inde ou l'Afrique.

  • QUÉBEC: ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL LA DÉPÊCHE DU 23 JANVIER 08 SUR LES ÉTUDIANTS À L'AEC EN PÂTES ET PAPIERS

    ARTICLE:AEC-articleladépêche-23-01-08.pdf

  • MÉMOIRE DE RECHERCHE FORESTIÈRE N° 151. ÉTUDE DE LA MORTALITÉ DES ÉRABLIÈRES TOUCHÉES PAR LE VERGLAS DE JANVIER 1998 PAR GABRIEL ROY

    La Direction de la recherche forestière du MRNF vous invite à prendre connaissance de cette nouvelle publication qui vient de paraître.

    En espérant que ce document répondra à certains de vos besoins.
     
     

    Mémoire de recherche forestière no 151
    Étude de la mortalité des érablières touchées
    par le verglas de janvier 1998
     par Gabriel Roy
     
     

    Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec est le gestionnaire des forêts au nom de la collectivité québécoise. Un des éléments de son mandat est d’assurer la pérennité et la santé des forêts au bénéfice des générations à venir. Les conséquences d’une tempête de verglas, la plus intense de toute l’histoire, qu’aient connue les forêts de l’est du Canada, constituent une préoccupation majeure du Ministère, dans les contextes d’aménagement écosystémique et de rendement soutenu. Par l’intensité et l’ampleur des dommages causés aux arbres sur de vastes superficies forestières, cette tempête de verglas est demeurée gravée dans notre mémoire collective. Le paysage de dévastation et de désolation engendré par la multitude de débris des arbres écimés a suscité de nombreuses inquiétudes et interrogations. Il était donc de la responsabilité du Ministère d’évaluer les effets de cette perturbation naturelle sur le devenir des forêts de feuillus endommagées à la suite de cet évènement exceptionnel. Les activités de mesure de la mortalité de nos forêts ont, entre autres comme objectif, de connaître l’évolution des peuplements de feuillus et, le cas échéant, d’orienter les mesures sylvicoles correctives adaptées à ces écosystèmes complexes de manière à léguer des forêts en santé aux générations suivantes.

    Cliquez ici pour accéder à ce document (424 Ko) Memoire151.pdf


    Toutes les publications produites par la Direction de la recherche forestière, du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, sont protégées par les dispositions de la Loi sur le droit d'auteur, les lois, les politiques et les règlements du Canada, ainsi que par des accords internationaux. Il est interdit de reproduire, même partiellement, ces publications sans l'obtention préalable d'une permission écrite.

    Si vous souhaitez changer votre adresse de courrier électronique, veuillez nous en aviser sans tarder.
    De cette façon, vous serez encore en mesure de recevoir les prochains avis de parution.

    Si vous voulez que votre nom soit retiré de notre liste d'envois, veuillez nous en aviser en cliquant ici.
     
     

  • ARTICLE SUR GNT et BRANCHEZ VOUS.COM: TEST DU LECTEUR E-PAPER CYBOOK GEN 3 DE BOOKEN PAR CHRISTIAN D. ET LE DERNIER MACBOOK AIR D'APPEL DU 16-01-08

    524358ecf52f71e4475de0b048187f70.gif

    Test du lecteur e-paper Cybook Gen 3 de Booken 16-01-08 par Christian D. sur GNT.pdf

    Le Macbook Air 16-01-08.pdf

     

     

     f208e649a6b2c174e4ad5b7f58181efb.gif

     

     

    Lancement d'office 2008 pour Mac . 15-01-08.pdf

     

     

  • FRANCE: ARTICLE DES ÉCHOS SUR "LES PAPIERS FRANçAIS S'INQUIÈTENT DE L'ENVOLÉE DES COÛTS

     

    d7edd31577214c768838afb585571245.gif

     LES ÉCHOS DU 24-01-08

    Les papetiers français s'inquiètent de l'envolée des coûts - PAPIER.pdf

  • FRANCE / ANCIEN D'ESTIENNE: TRAITDUNIONGRAPHIQUE RECHERCHE DE FORMATEUR POUR WISIBILITY ET LE CLUB PHOTOSHOP

     AE Dominique .doc

    Bonjour toutes -tous

    Ce message s'adresse aux présents (ou non) à notre rencontre au Café  du Pont Neuf jeudi passé.
    L'objectif, réussi, était de réunir du monde (du bô monde !) qui ont  à faire et affaire ensemble (et entre eux) en participant à  l'aventure de Wisibility et du Club Photoshop.

    Pour les absents (et les mal-entendants), je résume l'histoire.

    Créé en septembre 2006 à Apple expo, le blog wisibility.com compte, à  ce jour, plus de 3000 visiteurs uniques par jour, bientôt un million  de wisiteurs depuis la création, 300 tutoriaux gratuits qui auront  été vus 1 500 000 fois au total (voir la table des matières), 3400  abonnés RSS… Bref, ça marche plutôt bien (voir nos statistiques sur  sitemeter en bas de page du blog).

    Le principe d'abonnement à 40 € l'année qui a généré 700 abonnés, va  être modifié afin de proposer des tutoriaux spécialisés par  profession qui seront vendus à l'unité ou par pack et  téléchargeables. Un gros contenu de formations complètes à chaque  logiciel va également être mis en ligne dans les mois à venir.
    Les séquences vidéo "trucs et astuces", qui assurent le trafic,  restent gratuites, bien entendu.

    Autre projet, la création d'un service de hotline nommé SOSwIsi : des  professionnels dépannent des professionnels.
    L'idée vient d'un constat : les hotlines actuelles, même quand on y  met les moyens, ne répondent pas aux besoins. Pouquoi ?
    Quand on appelle ce type de service, c'est après avoir essayé soi- même de débrouillé le problème et ça devient urgent. L'interlocuteur  est un salarié très rarement professionnel du sujet, insuffisamment  formé, qui comprend difficilement la question et qui recherche une  solution dans une base de données. Si cette formule fonctionne pour  des cas très courants, elle n'est pas du tout adaptée à la vraie vie  en production.

    Le plan SOSwisi est de créer un réseau de compétences constitué de  formateurs et/ou professionnels spécialisés dans leur domaine,  capable de libérer une part de temps pour répondre à des demandes en  ligne ou "téléassister" d'autres professionnels dans leur production,  voire réaliser le travail en sous-traitance.

    Imaginons la scène : je suis en production, bloqué sur un problème  technique et, bien sûr, urgent. Je me connecte sur SOSwisi, mon écran  affiche un réseau de "formateurs" (on va les appeler comme ça) avec  leur photo, leurs coordonnées et spécialités. Si la lumière est  allumée, le formateur est disponible, je clique dessus et je rentre  en contact téléphonique, en visu, et avec capacité que le formateur  prenne les commandes de mon poste à distance.

    Je pose ma question. Si le formateur est en mesure d'y répondre, un  décompte de temps payant est mis en œuvre. Sinon, le formateur  recherche la solution et me rappellle ou bien la question est  diffusée dans le réseau à l'attention des autres formateurs. Si la  question génère une réponse trop longue ou trop complexe, le  formateur peut me proposer ses services en formation ou même réaliser  mon travail en sous-traitance.

    Le profil du "formateur" est typiquement un statut d'indépendant qui  pratique à la fois la production et la formation. Il est spécialisé,  voire "expert" dans une activité. Sera concerné également le  professionnel, non formateur, mais qui présente les talents  pédagogiques requis.
    L'indépendant est trop souvent considéré comme concurrent plutôt que  partenaire. Pourtant il représente la matière première en formation,  il s'engage seul en prenant des risques, il assure ses  responsabilités. Reconnaissant ces valeurs comme sources d'engagement  et de succès, Wisibility met à disposition de ses formateurs des  espaces sur un site, telles que des vitrines dans un centre commercial.

    Wisibility se charge de remplir les allées par du buzz sur son blog  et dans la blogoshère, ses réseaux d'informations et autres méthodes  courantes de communication. Le concept intéresse également une  entreprise qui souhaite proposer son savoir-faire en présentant ses  formateurs et/ou experts.

    L'entrée pour occuper une vitrine est gratuite, l'accès est très  libre, il n'y a pas de contrat ni de contraintes, le locataire ouvre  sa boutique quand il veut et à toute heure, il paie la location en  pourcentage de son chiffre d'affaires et uniquement si il fait des  affaires. En pratique, SOSwisi facture le client et le formateur en  touche une bonne part (à préciser). Attention, il ne s'agit pas de  postes salariés.

    De plus, le formateur est libre de proposer ses services en direct au  client sans que wisibility intervienne. Une formule qui peut assurer  l'action commerciale d'un indépendant qui n'a ni l'envie, ni le  temps, ni les facultés d'aller tirer les sonnettes en prospection.  Dans le schéma proposé, c'est le client qui est demandeur et pas  l'inverse. Ces clients potentiels peuvent être des grands comptes car  nous avons l'intention, chez Wisibility, de faire connaître et  proposer ce service le plus largement possible.

    A notre connaissance, il n'y a pas de concurrents sous cette forme  (sinon, on est preneur d'infos). Le manque de recul laisse des  questions en suspend : le public concerné est-il prêt à payer pour ce  service ? Combien ? à quel prix (à préciser) ?…

    Mais chez Wisibility, plutôt que de parler et ne pas faire, nous  avons un principe inconcevable en technocratie : on agit, on  réfléchie après.

    Si vous voulez jouer avec nous, répondez à cet mail avec votre CV (si  ce n'est déjà fait). N'hésitez pas à diffuser ce message de  recrutement et à dénoncer vos voisins !
    (http://www.wisibility.com/blog.php/2007/12/21/697-denoncez-vos-voisins)

    A bientôt pour une prochaine soirée de bô monde (mieux organisée et  bien fructueuse !)

    A dispo par téléphone pour plus d'infos : 04 90 61 35 11

    La wisiteam, Dominique, Antony, Bertrand


    PS : tapez dans Google "formation vidéo Photoshop" et testez avec  Illustrator, InDesign, Lightroom, Aperture…. Essayez aussi : "trucs  et astuces vidéo Photoshop" et testez avec Illustrator, InDesign, CS3  et la suite…

    Et quelques images de Peter Gabor : http://picasaweb.google.com/ peter.gabor/WisibilityClubPhotoshopJanvier2008?authkey=JE8aYx4l79s

     

     

  • FRANCE: EXPOSITION SUR "LES RÊVES MÉCANIQUES DE LÉONARD DE VINCI; DES CROQUIS AUX MACHINES" DU 20 JANVIER AU 20 AVRIL 2008 À L'ESPACE CULTUREL DE LA VILLE DE ROMBAS (57)

     0ee0a2916b2aa35e3e356f57859d7ae4.jpg

    L'Office Municipal de la Culture de Rombas (commune mosellane de 11000 habitants, située entre Metz et Thionville, 57) prépare actuellement une exposition de haut niveau historique, scientifique et éducatif intitulée :
    "Les rêves mécaniques de Léonard de Vinci ; des croquis aux machines".

    L' Espace Culturel de Rombas accueillera cet événement organisé en collaboration avec la Ville de Rombas et le Conseil Régional de Lorraine sous le haut patronage du Ministère Italien pour les Biens et Activités Culturels
    du 20 janvier au 20 avril 2008.

    Conçue en partenariat avec des institutions italiennes renommées telles que le Musée Léonardien de Vinci et le Palazzo Vecchio de Florence ou françaises comme le Centre d'Études Supérieures de la Renaissance de Tours ou le Château du Clos Lucé d’Amboise, cette exposition a également fédéré d’autres soutiens prestigieux, tels que Le Conservatoire National des Arts et Métiers, la Chambre de Commerce Italienne pour la France, le Musée du Textile des Vosges et les Fnac de la région.

    Imaginé par Pascal Brioist, membre du Centre d'Études Supérieures de la Renaissance et spécialiste français des machines de Léonard de Vinci, ce cheminement scénographique ne saurait vous laisser indifférent.

    « Les rêves mécaniques de Léonard de Vinci…des croquis aux machines »
    du 20 janvier au 20 avril 2008 à l’Espace Culturel de ROMBAS (57).
    Ouvert tous les jours de 9h à 12h et de 13h30 à 18h30.

    Conférences et animations autour de l’expo : + d’Infos sur www.exporombas.com

    L’entrée de cette exposition est gratuite
    pour les étudiants de la Société des Elèves du CDHTE !

    Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à me contacter ou à prendre contact directement auprès de l'Espace Culturel de Rombas aux coordonnées ci-dessous.
    Espace Culturel de Rombas (Aurore Marty)
    place de l'Hôtel de Ville - 57120 ROMBAS
    www.rombas.com/espace-culturel
    bureau-culture@rombas.com
    tél : 03.87.67.86.30 / fax : 03.87.67.92.37


  • POLYMER LANCE SON MOBILE /EBOOK À ÉCRAN SOUPLE

     POLYMER LANCE SON MOBILE/EBOOK À ÉCRAN SOUPLE

     84664f9f3b6fc504b4e8db84c1542529.png

     Publié par Alexandre H le mardi 22 janvier 2008

    Alors que les livres numériques sont déjà commercialisés depuis quelques années, notamment avec le Reader de Sony, le Kindle d'Amazon ou le Gen3 de Cybook, ce sont prochainement des livres numériques à écran souple qui vont s'inviter dans les poches de mobinautes.

    Présenté déjà en février 2007, il aura d'ailleurs fallu près d'une année à la société Polymer Vision, spin off de Philips Electronics, pour lancer son Readius, un concept de livre numérique à écran souple faisant également office... de téléphone. Avec son écran une fois déplié de 5 pouces capable d'afficher 16 niveaux de gris via une résolution QVGA de 320 x 240 pixels, le Readius possède également des fonctions de téléphonie.
    Tribande GSM et HSDPA, le terminal devrait ainsi permettre de se connecter à l'internet mobile pour télécharger par les airs les derniers journaux électroniques mis sur le marché. Mais malheureusement, il semble que ce mobile hybride n'a pas véritablement évolué en an sur le plan technique, ne disposant par exemple en tout et pour tout de seulement huit boutons ! C'est dire si la fonction de téléphonie devrait être compliquée à utiliser. A cela, Thomas van der Zijden, le vice-président des ventes et marketing de la société, répond qu'il sera possible de synchroniser les numéros de contacts en passant par sa prise USB 2.0 ou sa connectique Bluetooth 2.0.

    Détail intéressant, le Readius sera également équipé d'un lecteur de courrier électronique compatible IMAP et POP3 et pourra exploiter les documents MP3, PDF, HTML et ASCII via son système d'exploitation interne dérivé de Windows CE. Polymer Vision prévoit de commercialiser son Readius auprès des partenaires tiers à la fin du second trimestre 2008. Il devrait donc voir le jour dans le courant du troisième trimestre 2008. L'opérateur Telecom Italia (via TIM) devrait être l'un des premiers à le commercialiser à un prix qui ne devrait pas dépasser celui des smartphones haut de gamme Nokia N95 ou Apple iPhone.

    ac1bd017be4e11440f073ab8a82a589e.jpg325fbb4edff7342f655f81829a0dbd05.jpg5761a29265af66db890b6013c7645aa6.jpg

  • QUÉBEC & SHERBROOKE: LE COMMERCE ET L'ÉDITION: VENDRE DES LIVRES AU XIXE SIÈCLE. RENCONTRE AVEC YANNICK PORTEBOIS ORGANISÉE PAR LE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ÉDITION LITTÉRAIRE AU QUÉBEC DE L'UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

    Le GRÉLQ recevra Yannick Portebois le vendredi 25 janvier 2008 dans le cadre de ses séminaires de recherche. Professeure à l’Université de Toronto, Yannick Portebois est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et directrice du Centre d’études du XIXe siècle Joseph Sablé. Elle s’intéresse aux romans français en traduction anglaise ainsi qu’à l’histoire culturelle de la langue, comme en témoigne l’ouvrage qu’elle a publié récemment chez Droz, Les arrhes de la douairière. Histoire de la dictée de Mérimée ou l’orthographe sous le Second Empire.

    Dans cette conférence, elle s’intéresse aux stratégies de mise en marché des livres au XIXe siècle, alors que la production de l’imprimé augmente considérablement grâce à un ensemble de facteurs techniques et sociaux (introduction du papier continu, de la presse à vapeur et du chemin de fer, internationalisation des systèmes postaux et bancaires, etc.). Or, qui dit augmentation de la production, dit également nécessité d’augmenter proportionnellement les ventes. La chercheuse présentera quelques-unes des stratégies de collaboration et de « marketing » mises en oeuvre, entre 1838 et 1851, par un groupe d’éditeurs français et les imprimeurs londoniens Vizetelly & Co.

    Date:
    Le vendredi 25 janvier 2008, 14 heures
    Lieu :
    Université de Sherbrooke
    Faculté des lettres et sciences humaines
    Salle A3-113

    INFORMATION

    Marie-Ève Riel
    Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec
    Université de Sherbrooke
    819-821-8000 poste 62994 

  • ARTICLE DANS LA TRIBUNE: NOUS ENTRONS DANS L'ÈRE DE LA DÉMATÉRIALISATION DE CHARLES DU BOULLAY, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE CDC ARKHINÉO

    7d2f16961d9caf3a88617bc163c9af01.png

     

     

    http://www.latribune.fr/info/ID0FC40CE1593F057FC12573D700365DD8

    Filiale de la Caisse des Dépôts, CDC Arkhinéo propose en mode ASP sa solution de Coffre-fort électronique, qui permet à ses clients de donner une valeur probante à tous leurs documents. 

    http://www.cdcarkhineo.com

  • AU QUÉBEC : COLLOQUE MÉDIAS ET DÉMOCRATIE ORGANISÉ PAR LA FÉDÉRATION NATIONALE DES COMMUNICATIONS À QUÉBEC LES 1, 2 ET 3 FÉVRIER

    Dernier rappel - Colloque Médias et démocratie

    Vous avez jusqu’au 25 janvier pour vous inscrire au colloque Médias et démocratie organisé par la Fédération nationale des communications à Québec les 1, 2 et 3 février.

    Outre l’ex-rédactrice en chef du quotidien The Gazette, l’honorable Joan Fraser, qui a accepté la présidence d’honneur du colloque, seront également présents :  le secrétaire général de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), Aidan White, le secrétaire général du Syndicat national des journalistes de France, Alain Girard, et la présidente de la Newspaper Guild of America, Linda K. Foley, Bernard Landry, Michel Nadeau, Liza Frulla, Jean-Pierre Charbonneau, Jici Lauzon, Stanley Péan, les professeurs Henry Milner, Isabelle Gusse, François Demers, Marc-François Bernier, Gilles Lesage, Daniel Marsolais, Gilles Normand, Louise Blanchard, Jacques Plante, Jean Thivierge et Anne-Marie Voisard.

    C'est au colloque que seront rendus publics les résultats d'une enquête menée l'automne dernier par le professeur Marc-François Bernier auprès des journalistes du Québec Le colloque n'est pas ouvert au grand public ni aux journalistes qui occupent actuellement un poste de direction dans les médias.
    Infos
    courriel
    Téléphone 514-598-2132
    Site

  • ALLEMAGNE, LEIPZIG: TROISIÈME COLLOQUE HISTOIRE DE L'IMPRIMÉ DANS LES LANGUES ET PAYS DU MOYEN-ORIENT DU 25 AU 27 SEPTEMBRE 2008

     

        « Third Symposium on the History of Printing in the Languages and Countries of the Middle East, Leipzig, Germany »


    CALL FOR PAPERS

    This Symposium will cover the history of printing and publishing in all Middle Eastern languages and scripts: Arabic, Armenian, Berber, Coptic, Georgian, Hebrew, Kurdish, Persian, Syriac, Turkish, etc., anywhere in the world, as well printing in other languages in Middle Eastern countries.

    Some of the specific themes which may be discussed and developed in the conference papers are the following (but other suggestions are most welcome):

    - Middle Eastern printing before Gutenberg
    - The origins and developments of European typography in Middle Eastern scripts
    - The arrival and development of typography in the Middle East
    - The aesthetic and practical dimensions of Middle Eastern typography (design, cognitive effects, etc.)
    - Lithography in the Middle East
    - The printing, publishing and readership of newspapers and magazines [but not their journalistic, intellectual or literary content]
    - Aspects of descriptive and analytical bibliography of early and rare Middle Eastern printed material
    - The history of Middle Eastern publishing, and its social, economic, and literary consequences
    - The history of publishing in Middle Eastern languages outside the Middle East
    - The art and techniques of illustrations in printed books and periodicals

    The working languages of the Symposium are English, French and German. Papers should not exceed 20 minutes. Please send proposals, as soon as possible, and not later than 31 January 2008, using the Registration Form for the UEAI Congress (of which this Symposium is part), available at http://www.hpplcme.ovh.org . As well as sending it to the Congress organisers, please copy it to the three Symposium conveners below:

    Ulrich Marzolph (Göttingen) umarzol@gwdg.de
    Geoffrey Roper (London) gjr2@cam.ac.uk
    Sara Yontan (Paris), sara.yontan@bnf.fr

    Visit the website at http://www.hpplcme.ovh.org

      DÉLAI POUR PROPOSITION ARTICLE LE 31 JANVIER 2008

  • USA: RETOUR SUR LES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI D'ACCÈS À L'INFORMATION

    dd90d79976bbdfa2d29b4e60966f8948.gif

     

     

     

    Article du 8 janvier 2008 sur la ratification des modifications apportées à la loi d'accès à l'information aux États-Unis 

    'accès à l'information - Consultation.pdf

    Freedom of information Act (FOIA) wikipedia.pdf

    'accès à l'information - Consultation.pdf

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu