Avertir le modérateur

- Page 3

  • ARTICLE DE FUTURA-SCIENCES: UN PAPIER ÉLECTRONIQUE INNOVANT CHEZ BRIDGESTONE PAR JEAN ETIENNE

    16034a7db4814a28796da614605447ce.gifPapier électronique Jean Etienne Futura Sciences.pdf

  • LES DIRECTEURS DES SYSTÈMES D'INFORMATIONS D'AFRIQUE SERONT À MARRAKECH DU 21 AU 23 FÉVRIER 2008

    MarrakechNewsLes directeurs des systèmes d'informations d'Afrique.pdf

  • CANADA: SONDAGE SUR LA SENSIBILITÉ À LA PUBLICITÉ DANS LES MÉDIAS IMPRIMÉS

    a59462eb8f086e346fc08f5b1241699c.gif

    Canada- sondage sur la sensibilité à la publicité dans les médias imprimés.pdf

  • IMPRESSION: HP FRANCE PARIE SUR LA GESTION DES FLUX DOCUMENTAIRES COMMES RELAIS DE CROISSANCE SUR LE MARCHÉ DE L'IMPRESSION PROFESSIONNELLE

    4d49f9821e645227a2217de0f584203b.gif

    HP impression variable 18-02-08.pdf

  • PRESSE FRANCE: DIFFUSION ENHAUSSE EN 2007 POUR LA PLUPART DES QUOTIDIENS NATIONAUX

    28474cc315c61f7877a5ee108214e76e.png

     

     

    Diffusion en hausse des quotidiens nationaux.pdf

  • EDITION FRANCE: PLUS DE 60 000 NOUVEAUTÉS ONT ENVAHI LE MARCHÉ FRANCçAIS DU LIVRE EN 2007. UNE PROGRESSION DE 4,6% PAR RAPPORT À 2006

    0f9baff0b0800a748de65358ad2a5834.png

     

     

    Plus de 60.000 nouveautés ont envahi le marché français du livre en 2007 - La Tribune.fr.pdf

  • LIVRE: L'ORDINATEUR NEURONAL

    NONFICTION.FR

    Le portail des livres et des idées 

    Article de Philippe Ravanas 16-02-08

    En 1983, Jean-Pierre Changeux publie L'homme Neuronal. Il ancre alors l’esprit dans la matière – au grand dam de tous ceux qui défendent une vision plus romantique de l’humanité et qui refusent d'admettre l'enracinement de la psyché dans le cerveau biologique.

    Le psychisme, écrit Changeux, a une anatomie et une biologie. La pensée est le fruit de l’interaction entre neurones, où l'influx nerveux emprunte un chemin qui serait idéalement objectivable. Les différentes structures élémentaires du cerveau peuvent être analysées comme serait démontée une machine. Cependant, il ne peut pas être comparé à un ordinateur tant son organisation intime ainsi que ses modalités de fonctionnement sont complexes. En outre, il est capable de s'adapter à son environnement en s'auto-organisant et de s'autoprogrammant . Même s’il détruit bien des illusions sur la nature humaine, Changeux assoit la supériorité de l’esprit sur la machine en affirmant qu’un ordinateur, tout puissant qu’il soit, ne remplacerait jamais notre intuition.


    Le "Super Broyeur"

    Ceci n’était qu’affaire de temps : vingt-cinq ans après la publication du livre, le surgissement de l’intelligence artificielle est en passe de reléguer le cerveau humain au rang de vestige analogique.

    Avec Super Cruncher, Ian Ayre livre l’assaut final. Un assaut d’autant plus pernicieux qu’il n’est ni l’intention de l’auteur ni l’objet du livre. Ayres, Professeur d’économétrie et de droit à l’université de Yale (Etats-Unis), s’intéressent plus en effet à l’évolution des technologies de l’information qu’à la nature de la relation entre l’esprit et la matière.

    Dans ce livre surprenant, Ayre décrit l’extraordinaire précision des outils informatiques de prévision. Le titre, qui se traduit littéralement par "Super Broyeur", fait référence à l’énorme puissance de calcul d’un ordinateur. Le livre s’ouvre sur une série d’anecdotes illustrant un point commun : de même que l’ordinateur Deep Blue d’IBM arriva à battre le grand maitre Garry Kasparov grâce à une énorme base de données contenant les mouvements de 700.000 parties d’échec, l’analyse informatique se révèle souvent plus fine que celle des experts. Avec son immense capacité d’enregistrement et de synthèse de l’expérience collective, la machine bat l’intuition humaine.

    Ayre prend état de la révolution informatique (en particulier la combinaison de l’Internet, de bases de données et d’outils de calcul) qui depuis une dizaine d’année dote l’ordinateur de trois pouvoirs extraordinaires  :

    1. le pouvoir de mémoire: Les sociétés de pointes peuvent maintenant accumuler des informations sur des millions d’individus – non seulement des données sociodémographiques (noms, adresses, âges, genres, situations familiales…) mais également de précieuses informations sur leurs habitudes de consommation.

    2. Le pouvoir de recherche : L’accès à ces bases de données est extrêmement rapide et on peut en extraire instantanément toutes sortes d’informations.

    3. Le pouvoir de comparaison : On peut effectuer de multiples tris croisés qui permettent de comparer et grouper ces millions d’individus selon n’importe quels critères.

    Ces pouvoirs croissent exponentiellement. Ayre fait allusion - curieusement sans la nommer - à la fameuse loi de Moore (édictée en 1965 par Gordon Moore, co-fondateur d’Intel), qui prédisait que la capacité de stockage des nouvelles puces informatiques allait doubler tous les dix-huit mois. Cette prédiction n’a pas été démentie depuis plus de quarante ans. En la projetant sur la décennie à venir, on peut estimer que cette capacité sera multipliée par cent - de quoi stocker toute information imaginable. D’autre part, l’Internet permet de mettre à jour cette information de façon plus rapide et moins couteuse.

    Ayre s’emploi ensuite a démontrer que l’application de méthodes statistiques et de probabilité à ces bases de données constitue un outil d’aide à la décision extrêmement précis et précieux. L’auteur fait l’apogée des calculs de régression, qui synthétisent en équation la relation entre des groupes de données apparemment dissociées et qui permet de projeter cette relation dans le futur. Par exemple, un calcul de régression peut permettre de prédire précisément la qualité et la valeur d’un millésime de Bordeaux dès la récolte en fonction de l’ensoleillement, de la pluviométrie et des températures des mois précédents.

    Ces calculs de régressions ne sont pas nouveaux : ils ont été formalisés au 19eme siècle. Mais leur application à d’énormes bases de données multiplie leur puissance de prévision. En effet, selon la loi des grands nombres, plus on augmente la taille d’un échantillon, plus les caractéristiques statistiques de cet échantillon se rapprochent des celles de la population entière.

    L’analyse de notre comportement passé couplé à celle d’une multitude d’individus qui nous ressemblent permet de prédire nos décisions futures de manière assez précise. Amazon.com peut ainsi prévoir nos goûts à venir et nous proposer les livres que nous sommes susceptibles d’acheter. De même, un docteur peut prédire nos futures maladies en fonction de nos antécédents familiaux, un proviseur l’évolution académique de nos enfants, le gouvernement notre réaction à telle ou telle mesure d’incitation et un cinéaste quelle trame dramatique suscitera l’intérêt du plus grand nombre.

    Ayre nous plonge ensuite en pleine science fiction : grâce au progrès de la programmation neuronale, qui permet à un ordinateur de fonctionner comme un cerveau et de corriger lui-même ses erreurs en fonction des nouvelles informations qu’il reçoit, la machine va bientôt s’affranchir complètement de l’homme.

    Enfin, l’auteur fait allusion à la nature intrusive de ces outils d’aide à la décision, et des problèmes de respect de la vie privée qu’ils risquent d’engendrer. Mais son point de vue est essentiellement positif : cette évolution technologique nous permettra de baser nos décisions sur une analyse objective et systématique de toute information disponible.


    L'inhumain

    Pourtant, le ton enjoué du livre ne peut masquer la sourde inquiétude que provoque sa lecture. Si, comme Changeux l’affirmait, notre cerveau fonctionne à peut près comme un circuit imprimé, n’est-il pas en train d’être dépassé par l’autonomie des machines qu’il invente ? Le remplacement de l’expertise et de l’intuition par des calculs informatiques va t-elle dévaloriser l’expérience professionnelle dans les métiers qui font appel au jugement, et nous réduire tous au rang de preneurs d’ordre ?

    "La technologie va changer la perception qu'on a de l'être humain" affirme Ollivier Dyens, Professeur de l'université Concordia (Montréal), dans une récente interview du Monde. "Elle nous force désormais à redéfinir notre place dans la hiérarchie planétaire, à nous situer non plus au sommet de la pyramide, mais dans une dynamique prenant en compte les machines comme une part intégrante de l'espèce humaine." 

    Au fond, le livre d’Ayre fascine moins par l’information qu’il livre que par les questions que sa lecture soulève – sans y répondre. Il rend tristement prémonitoire le faire-part Orwellien que Pink Floyd nous lançait déjà en 1975:

  • GRAPHORAMA: LE TOP 2500 DE L'IMPRIMERIE FRANçAISE ! À QUAND CELUI POUR LE QUÉBEC ?

     dbde19cbc8c19b292b793ea7d1732612.png

     

     

     

    Graphorama.com, le Top 2500 de l'imprimerie française

    Thematique : Communication, PAO - Prépresse, Multimédia, Impression, Emballage

    Le 15-02-2008

    Unique en son genre, découvrez Graphorama.com, le classement des 2500 premières imprimeries. Un outil d'information et de sourcing nouvelle génération.

    Par Antoine Gaillard

    Premier lectorat des industries graphiques, notre magazine en ligne  innove en lançant le GraphoRama, le classement des 2500 premiers imprimeurs français.

    Unique en son genre, le GraphoRama les répertorie selon leur métier et leur localisation, en fonction de 4 critères : chiffre d'affaires, résultat net, chiffre d'affaires export et nombre de salariés.

    Cette classification, accessible gratuitement en ligne au travers d'un moteur de recherches multicritères, affiche un objectif simple mais encore jamais envisagé : rendre le secteur de l'imprimerie lisible sur la base d'indicateurs objectifs et faciliter l'étude de ses acteurs par l'édition de ratios indiscutables, appliqués à chaque entreprise et remis en perspective.
    Le Graphorama fournit ainsi une grille de lecture précise du secteur et en modifie l'analyse et la compréhension en profondeur :

    • En consolidant par exemple des imprimeries appartenant à un même propriétaire, le classement donne une vision exacte du poids des différents acteurs du marché.
    • En positionnant chaque entreprise du classement dans son environnement national, régional et départemental et en présentant son évolution sur plusieurs années.
    • En présentant un classement des région et départements en fonction du chiffre d'affaires, du résultat, du CA export et du nombre de salariés, le Graphorama met en avant l'enracinement du secteur dans les territoires et le dynamisme de certaines régions.
    Simple d'utilisation, basé sur des graphiques, schémas et tableaux de synthèse, exploitant des photos satellites des imprimeries et permettant de définir leur plan d'accès à partir de n'importe qu'elle adresse, le GraphoRama se positionne comme le nouvel outil de sourcing de référence de l'imprimerie et des Industries Graphiques, tant pour les professionnels du secteur que pour les donneurs d'ordres.

    Innovant et unique en son genre, le GraphoRama n'a pas fini d'étonner et de surprendre.

    A peine lancé, le site devrait s'enrichir de nouvelles fonctionnalités d'ici quelques semaines....
  • ANTOINE CHAR SUR ARRÊTS SUR MÉDIAS POUR PARLER DE SON DERNIER LIVRE DEADLINE AMÉRICA LE 10 ET LE 13 FÉVRIER 2008

    f9720e6cfaf7e45b0f15350a4fa097ed.jpg

     Aujourd'hui notre invité est Antoine Char, professeur de journalisme au département des communications de l'UQAM depuis 1995. Il est l'auteur du livre Deadline América aux éditions Hurtubise à l'automne 2007, un livre qui cherche à raconter cinq années dans la vie des États-Unis, de 2000 à 2005, à travers dix récits à partir de la une de ses grands et petits quotidiens. Antoine Char est aussi l'auteur d'un livre sur Le Devoir, reflet du XXe siècle (Éditions de l'Homme, co-auteur en 1996), de la guerre mondiale de l'information (éditions PUQ en 1999) et de la Communication en temps de crise (2001 aux PUQ), Comme on fait son lead on écrit (2002, éditions PUQ), Communication Horizons de pratiques et de recherche (co-auteur, PUQ 2005).

     

    b23ba841b151c0991824bff83c315c7f.jpg
    e6f622b566f13d2a1ff63d597109668f.jpg

      

    Son interview passera dans "Arrêts sur médias", sur les ondes de Radio Shalom Montréal au 1650 AM et sur son site Internet www.radio-shalom.ca, le dimanche 10 février 2008 en différé à 14 h 00 et le mercredi 13 février à 20 h 00.

     

    c0bec8e8f57dac2135eabb6f19ca08b9.jpg

     

  • ARTICLE DANS LE DEVOIR: LOUIS POUZIN LE GRAND PÈRE D'INTERNET

    38df367289643c42fb43c5e4e1d4aa63.gif Le Devoir du 9 et du 10 février 2008

     

    Internet de faire face à l'avenir.pdf

  • ARTICLE DANS LE DEVOIR: THÉRAPIES D'UN TROISIÈME TYPE: LA RÉALITÉ VIRTUELLE PEUT SOIGNER LES VRAIES PHOBIES

     91d48bd244c4760839cfc4568312e22b.gif

     Le Devoir du 9 et du 10 février 2008

     

    Thérapies d'un troisième type_ la réalité virtuelle peut soigner les vraies phobies.pdf

  • ARTICLE DANS LE DEVOIR: INTERNET DÉPASSÉ. VERS LA 7 EME DIMENSION

    2a7b0f8ceedaf2176c5f8b88fe3e1078.gif

    Le Devoir du 9 et du 10 février 2008 Internet.pdf

  • HITACHI W61H: UN MOBILE AVEC UN ÉCRAN DE LIVRE ÉLECTRONIQUE

     sources Mobinaute. L'actu mobilité pour les décideurs

    http://www.mobinaute.com/93228-hitachi-w61h-mobile-ecran-livre-electronique.html 

    Hitachi W61H : un mobile avec écran de livre électronique

    * Publié par Alexandre Habian le Lundi 4 Fevrier 2008 
    Hitachi W61H
    La technologie d'écran e-ink était jusque là utilisée dans des livres électroniques ou « e-paper ». Mais cette fois, elle est également en passe de faire son apparition dans un écran de téléphone mobile. En témoigne la sortie prochaine au japon auprès de l'opérateur KDDI du mobile Hitachi W61H.

    Ce téléphone à clapet est compact (51 x 107 x 16,9 mm) et léger (137 grammes) et intègre en effet deux écrans, le premier d'une taille de 2,8 pouces capable d'afficher une résolution de 240 x 400 pixels pour 262 000 couleurs et le second équipé de la technologie e-ink. Cet écran externe non rétro éclairé possède pour sa part une taille de 2,7 pouces et permet d'économiser la batterie du terminal lorsqu'il est utilisé. Son défaut principal sera situé en revanche son impossibilité de l'utiliser la nuit.

    Pour le reste, le prochain mobile de Hitachi intègre un appareil photo numérique de 2 megapixels, 100 Mo de mémoire interne, un port pour carte mémoire Micro SD et une compatibilité avec les systèmes de TV Mobile (One seg), GPS et de paiement électronique (Felica). Le Hitachi W61H sera commercialisé en mars en japon.
  • LA PUBLICITÉ, MOTEUR DE CROISSANCE

     12cdb592d56c5f1cb35471d8b11fc9dd.png

    La publicité, moteur de la croissance 06/02/08

    Plus la part des investissements publicitaires dans le PIB d'un pays est élevée, plus le taux de croissance moyen de ce pays est élevé, souligne Maximilien Nayaradou, économiste à l'Institut de finance de Dauphine.

    La publicité est-elle source de croissance économique ? Cette question s'inscrit dans les mutations profondes que connaît l'économie et qui sont liées à l'investissement immatériel (R&D, logiciels, brevets, formation...). La publicité est l'investissement immatériel des entreprises quantitativement le plus important, largement avant la R&D. Mais, alors que les économistes ont largement exploré l'impact de certains investissements immatériels sur la croissance, la publicité n'avait jamais été étudiée sous cet angle.

    Première constatation empirique : plus la part d'investissements publicitaires dans le PIB est élevée, plus le taux de croissance moyen est élevé. L'utilisation du concept d'efficacité productive (rapport entre le taux de croissance du PIB et le taux d'investissement matériel) permet d'aller encore plus loin dans l'analyse. Cet indicateur rend bien compte de l'effet des investissements immatériels sur la croissance. Pour prendre un exemple, un pays comme l'Australie, qui a une efficacité productive élevée, valorise mieux les investissements matériels qu'il effectue puisqu'il obtient de meilleures performances économiques avec moins d'investissement matériel.

    L'hypothèse théorique est que, pour obtenir de telles performances avec un faible montant d'investissement matériel, ce pays les utilise mieux grâce aux investissements immatériels. L'idée est ainsi de considérer l'investissement publicitaire comme un facteur d'amélioration de l'utilisation des moyens de production préexistants.

    Beaucoup des modèles utilisés pour expliquer la croissance s'ancrent dans l'idée que le principal facteur limitant la capacité d'expansion d'une économie est sa capacité technique à produire. C'est négliger que les économies contemporaines n'utilisent à plein ni leur capacité en travail, ni leur capacité en capital. La croissance peut donc venir aussi de l'amélioration de l'utilisation des moyens de production. La publicité peut être l'une des sources d'augmentation de l'utilisation des moyens de production. Une économie qui recourt massivement à la publicité fait tourner à plein régime ses capacités de production, et valorise donc mieux ses investissements matériels.

    Seconde constatation empirique importante : la corrélation entre taux d'investissements publicitaires médias et efficacité productive est très significative et surtout très fiable. Il n'existe pas de contre-exemple. Aucun pays faisant peu d'investissements publicitaires médias n'atteint une efficacité productive élevée, et tous les pays ayant un fort montant d'investissement publicitaire média atteignent des niveaux élevés d'efficacité productive.

    Il faut souligner que ces résultats sont plus fiables en matière d'investissements immatériels publicitaire médias que les résultats empiriques validant l'impact de la R&D et de l'innovation sur la croissance. Par exemple, vérité constatée et pourtant méconnue : il n'y a pas de corrélation entre croissance économique et nombre de brevets déposés.

    Troisième constat : en matière de consommation, plus la pression publicitaire média est forte, plus la propension à consommer est forte. En France, durant les années 1990, ce sont les secteurs où la pression publicitaire (par rapport à leur poids dans la consommation) est la plus forte qui, dans leur grande majorité, ont connu la croissance de la consommation (ou de la valeur ajoutée) en volume la plus élevée. La publicité est donc un facteur d'activation de la consommation.

    Enfin, quatrième et dernier constat : la publicité dans l'industrie accélère la diffusion de l'innovation. Les secteurs où l'effort d'investissement est supérieur à la moyenne à la fois en publicité et en innovation-R&D sont aussi ceux où la croissance de la valeur ajoutée est la plus élevée. Ce résultat est clair, il permet de montrer que la publicité n'a pas de pouvoir magique. C'est la combinaison avec les autres investissements immatériels qui la rend efficace en termes de croissance économique.

    La publicité peut donc avoir un rôle dans la croissance économique à travers au moins trois mécanismes différents : la mobilisation des capacités de production, la dynamisation de la consommation et la diffusion de l'innovation. Reste qu'il faut toujours ramener l'investissement publicitaire aux autres investissements immatériels, car le lien n'est pas seulement causal, il est aussi et surtout interactif.

    Maximilien Nayaradou, économiste à l'Institut de finance de Dauphine. Auteur de la thèse de doctorat "L'Impact de la régulation de la publicité sur la croissance économique", Université Paris-Dauphine. Sous la direction de Jean-Hervé Lorenzi.

  • COLLOQUE: NOUVEAUX MÉDIAS DANS LE MONDE ARABE

     f4a7e205152cef6244111990da6480ce.jpg

    Un colloque intitulé « Nouveaux médias dans le monde arabe : des télévisions satellitaires à Internet » se tiendra à Lyon (France) le 8 et 9 février prochain.

    Le développement des télévisions satellitaires, puis l'essor d'internet, ont profondément modifié le « système médiatique arabe ». Adoptant de nouveaux modèles économiques (dénationalisation et libéralisation des industries de la communication), les nouveaux médias arabes intègrent également davantage les modèles internationaux de la communication.

    Pendant deux jours, le Grand amphithéâtre de l'Université Lumière Lyon 2, sur les bords du Rhône, accueillera une vingtaine de chercheurs et de professionnels des médias arabes. Venus du Maghreb et du Moyen-Orient, d'Europe et d'Amérique du Nord, ils étudieront les conséquences du développement de « nouveaux médias » dans le monde arabe :

        * Offrent-ils davantage de liberté par rapport aux médias traditionnels ?

        * Contribuent-ils à la création d'un espace arabe d'information ?

        * Permettent-ils plus d'expression de la société civile ?

        * Seront-ils ou non un facteur de cohésion dans la région ?

        * Accroissent-ils les risques d'incompréhension entre le monde arabe et les opinions occidentales ?

    Autant de questions seront abordées à travers l'observation des programmes d'actualité mais aussi de divertissement ou de téléréalité proposés par les grandes chaînes satellitaires comme Al-Jazeera, mais également à travers les innombrables sites d'information et de discussion d'une Toile arabe largement méconnue...

    Cette manifestation est organisée par  le GREMMO (Groupe de Recherche et d'Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient) et le CEMAM (Centre d'Étude sur le Monde Arabe Moderne) avec le soutien de l'Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC), de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée, de l'Université Lumière Lyon 2 et de l'Institut d'études politiques de Lyon (IEP).

    Horaires
    Vendredi 8 février : 9h-13h et 14h30-18h - 18h30 Cocktail
    Samedi 9 février : 9h30-13h
    Accès libre

    Pour de plus amples informations, visitez http://www.univ-lyon2.fr/1195027751398/0/fiche___actualite/

  • LE CYBERSEXE STIMULE LE DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE

     Source Vnunet.com5a8e591de57c1ba736ad785adb70fd28.gif

    LE CYBLe cybersexe stimule le développement technologique

    Selon un expert universitaire, la culture du cybersexe favorise le développement des technologies innovantes.

    Selon le Dr Barber, le fétichisme et les déviations sexuelles font évoluer la manière dont les personnes utilisent les nouvelles technologies et peuvent influencer l'invention de nouvelles technologies. "Les gens s’inspirent de leurs propres penchants sexuels, ce qui conduit à des utilisations innovantes de la technologie", explique-t-elle."Rien ne me choque à présent, mais je m’étonne souvent des comportements ingénieux qu’adoptent certaines personnes pour atteindre l’épanouissement sexuel."

    Le Dr Barber, qui organise des conférences sur les études multimédias, les cybercultures et la théorie sociale à la Portsmouth's School of Creative Arts and Media, définit le cybersexe comme un "contact sexuel par l’intermédiaire d’un ordinateur" ou "une liaison par l’intermédiaire de la technologie".

    Cette définition englobe aussi bien le sexe par téléphone via un dispositif connecté à un ordinateur personnel que tout autre moyen disponible sur le cyberespace susceptible de donner du plaisir sexuel. "La technologie informatique affecte tant d'aspects de notre vie que c’est sans surprise qu’elle s’infiltre et influence notre vie sexuelle", ajoute le Dr Barber."Dans la société occidentale contemporaine, le sexe est synonyme de plaisir et de divertissement ; les ordinateurs y jouent donc un rôle de plus en plus important".

    La recherche menée par le Dr Barber l’a conduite sur des sites tels que Second Life, où elle a eu l’occasion de rencontrer des personnes disposées à reproduire les pratiques sexuelles de leur vie réelle dans la vie de leur personnage."Le rôle de la déviation comme facteur d’innovation ne doit pas être négligé car il nous aidera à mieux comprendre la nouvelle intimité, la culture et l'avenir du développement des technologies de l'information et de communication", conclut-elle.

    Traduction de l'article Cybersex stimulating high-techn development de Vnunet.com en date du 5 février 2008

  • RAPPORT SUR L'ÉCONOMIE DE L'INFORMATION 2007-2008 DE LA CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT VU PAR LE JOURNAL SUISSE LE TEMPS

    d0cd9fb6eed6bb9fead1235cfc363145.gif
     
     
     
     
    La fracture numérique se réduit
     
     

     
    RAPPORT. Internet et la téléphonie mobile progressent, mais lentement.
    Anouch Seydtaghia
    Jeudi 7 février 2008

    Les pays en voie de développement rattrapent leur retard dans les technologies de l'information, mais lentement. Les 350 pages du rapport 2007/08 sur l'économie de l'information, publié par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) affichent un optimisme prudent. Certes, l'accès à Internet progresse. Le nombre d'internautes par habitant dans les pays en voie de développement est passé de 4,1 à 9,7 entre 2002 et 2006. Mais les pays développés sont encore très loin devant, avec 58,2 en 2006. La situation est très disparate en Afrique: ainsi, 4 pays sur 53 (Nigeria, Maroc, Egypte et Afrique du Sud) représentent à eux seuls 60% des internautes du continent.

    L'accès au haut débit est très faible: inexistant en 2002 dans les pays en voie de développement, il ne concernait que 1,3% des habitants en 2006, contre 18,4% des habitants des pays développés.

    La situation est logiquement meilleure du côté de la téléphonie mobile, avec un taux de pénétration qui a triplé en quatre ans dans les pays en voie de développement (de 10,6 à 29,5%), alors que les pays riches atteignaient les 90,8% en 2006.

    Echanges en hausse

    Le rapport s'intéresse aussi aux échanges commerciaux liés aux nouvelles technologies. Et là, petite surprise, les échanges entre les pays en voie de développement explosent. Ils représentaient 100 milliards de dollars en 1996, et 410 milliards en 2005. Dans le même temps, les exportations entre pays développés passaient de 350 à 450 milliards de dollars. Une tendance qui montre l'importance de la production de biens et de services dans les pays du Sud.

    La Chine est bien sûr l'usine du monde électronique: elle employait en 2004 35% de la main-d'œuvre du secteur (24% en 1997), et en 2006 31% de ses exportations concernaient les technologies. En Inde, le secteur technologique pesait 21,6 milliards de dollars en 2004. En 2007, le chiffre est passé à 47,8 milliards.

    Plus d'infos:: http://www.unctad.org

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu