Avertir le modérateur

colloque & Recherche et développement Scientifique - Page 2

  • QUEBEC: 3e CONGRÈS MCETECH 2008 SUR LES TECHNOLOGIES DE L'INTERNET DU 23 AU 25 JANVIER 2008 À L'HÔTEL HYATT REGENCY DE MONTRÉAL

    LE LABORATOIRE DE RECHERCHE SUR LES TECHNOLOGIE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE (LATECE) DE L'UQAM

    Le Laboratoire de recherche sur les technologies du commerce électronique (LATECE) de l’UQAM organise le 3e Congrès international Montreal Conference on e-Technologies (MCETECH 2008) du 23 au 25 janvier prochain à l’Hôtel Hyatt Regency de Montréal. Des coûts d’inscription préférentiels de 395 $ pour les étudiants et de 575 $ pour le grand public sont en vigueur jusqu’au 11 janvier 2008.

    Le formulaire d’inscription en ligne et le programme complet du congrès se trouvent à : www.mcetech.org/2008/index_fr.html.

    MCETECH 2008 vise à réunir des décideurs, des praticiens et des chercheurs intéressés par les aspects technologiques et organisationnels des applications de l'Internet. MCETECH2008 est le plus international des trois congrès avec son comité scientifique issu de sept pays (Allemagne, Angleterre, Australie, Canada, États-Unis, France et Suisse). Le congrès compte également sur une forte présence de l'industrie avec la participation de Cognos, Microsoft, SAP, Siemens et Vauban Technologies.

    Parmi les activités qui se dérouleront dans le cadre de MCETECH 2008, mentionnons :

    • Une conférence d'ouverture intitulée « Business Software for the Connected Enterprise » prononcée par Paul Hohmann, directeur au Centre de recherche de SAP à la Silicon Valley;
    • Dix tutoriels d’une demi-journée sur différents thèmes, dont le marketing par Internet, le développement avec AJAX et Google Web Kit, Ruby on Rails, la réingénierie de processus d’affaires pour le Web, la sécurité et l’ergonomie des applications Web;
    • Trois ateliers d’une journée sur les architectures orientées services, la sécurité et les bonnes pratiques d’adoption du logiciel libre;
    • Vingt-neuf présentations de recherche portant sur les affaires électroniques, les architectures orientées services, la sécurité des applications, le forage de données sur le Web et la collaboration en ligne.


    Événement spécial grand public
    MCETECH2008 présentera un événement spécial portant sur l'utilisation des logiciels libres (Open Source Software) dans les administrations publiques.

    Quand : le 25 janvier de 14 à 17 heures

    Lieu : Amphithéâtre SH-2800 du pavillon Sherbrooke, UQAM (200, rue Sherbrooke Ouest)

    Entrée libre

    INFORMATION

    Jenny Desrochers
    Service des communications
    UQAM
    514 987-3000, poste 7730 

     

  • QUEBEC: 3e COLLOQUE ÉTUDIANT DU GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ÉDITION LITTÉRAIRE AU QUÉBEC SUR "LA LECTURE: AGENTS, PRATIQUES, USAGES ET DISCOURS" LE VENDREDI 29 FÉVRIER 2008 À L'AGORA DU CARREFOUR DE L'INFORMATION À L'UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

    Chère membre, cher membre,
     
    Le 29 février prochain se tiendra, au Carrefour de l'information de l'Université de Sherbrooke, le 3e colloque étudiant du Groupe de recherche sur l'édition littéraire au Québec intitulé "La lecture : agents, pratiques, usages et discours".

    Dans le cadre de cet événement, des étudiant(e)s affilié(e)s tant à des
    universités québécoises qu'européennes prononceront des communications
    sur l'histoire du livre et sur la lecture. Nous accueillerons également
    Jean-Yves Mollier, professeur en histoire culturelle à l'Université de Versailles
    Saint-Quentin-en-Yvelines, dont la communication clôturera la journée
    et aura pour thème l'avenir de la lecture et des bibliothèques à l'heure du
    numérique.

    Vous trouverez, en pièce jointe, le programme définitif du 3e colloque étudiant du GRÉLQ.
     
    Bien cordialement,


    Isabelle Gagnon

    Secrétaire adjointe
    Association québécoise pour l'étude de l'imprimé
    igagnon_aqei@yahoo.ca

     

    PROGRAMME

     Programmefinal.doc

     

     

  • QUÉBEC: LES 20 ANS DE L'ASSOCIATION QUÉBÉCOISE POUR L'ÉTUDE DE L'IMPRIMÉ (AQÉI). 33e journée d'échange de l'AQÉI à l'Université McGill LE VENDREDI 11 avril 2008

    L’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI) fête cette année ses 20 ans d’existence. La prochaine journée d’échanges scientifiques, qui aura lieu à l’Université McGill le vendredi 11 avril prochain, nous permettra de souligner l’événement.
     
    Comme vous le constaterez à la lecture du programme joint en document attaché, un vin d’honneur sera servi en fin d’après-midi à l’occasion de cet anniversaire. De plus, pour cette événement, Yvan Lamonde, de l’Université McGill, prononcera la conférence d’ouverture en traçant un bilan historiographique de l’histoire du livre et de l’imprimé au Canada et Marcel Lajeunesse, de l’Université de Montréal, clôturera cette journée en retraçant les principales activités de l’AQÉI au cours des 25 dernières années. Cinq autres conférences seront présentées par des étudiants, des professeurs ou des chercheurs s’intéressant à l’histoire du livre et à l’imprimé.
     
    Au plaisir de vous y rencontrer.

    PROGRAMME:Programmedela33ejournéed_échangesdel_AQÉI.doc

     
    Isabelle Gagnon

    Secrétaire adjointe
    Association québécoise pour l'étude de l'imprimé
    igagnon_aqei@yahoo.ca

  • AU QUÉBEC : COLLOQUE MÉDIAS ET DÉMOCRATIE ORGANISÉ PAR LA FÉDÉRATION NATIONALE DES COMMUNICATIONS À QUÉBEC LES 1, 2 ET 3 FÉVRIER

    Dernier rappel - Colloque Médias et démocratie

    Vous avez jusqu’au 25 janvier pour vous inscrire au colloque Médias et démocratie organisé par la Fédération nationale des communications à Québec les 1, 2 et 3 février.

    Outre l’ex-rédactrice en chef du quotidien The Gazette, l’honorable Joan Fraser, qui a accepté la présidence d’honneur du colloque, seront également présents :  le secrétaire général de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), Aidan White, le secrétaire général du Syndicat national des journalistes de France, Alain Girard, et la présidente de la Newspaper Guild of America, Linda K. Foley, Bernard Landry, Michel Nadeau, Liza Frulla, Jean-Pierre Charbonneau, Jici Lauzon, Stanley Péan, les professeurs Henry Milner, Isabelle Gusse, François Demers, Marc-François Bernier, Gilles Lesage, Daniel Marsolais, Gilles Normand, Louise Blanchard, Jacques Plante, Jean Thivierge et Anne-Marie Voisard.

    C'est au colloque que seront rendus publics les résultats d'une enquête menée l'automne dernier par le professeur Marc-François Bernier auprès des journalistes du Québec Le colloque n'est pas ouvert au grand public ni aux journalistes qui occupent actuellement un poste de direction dans les médias.
    Infos
    courriel
    Téléphone 514-598-2132
    Site

  • ALLEMAGNE, LEIPZIG: TROISIÈME COLLOQUE HISTOIRE DE L'IMPRIMÉ DANS LES LANGUES ET PAYS DU MOYEN-ORIENT DU 25 AU 27 SEPTEMBRE 2008

     

        « Third Symposium on the History of Printing in the Languages and Countries of the Middle East, Leipzig, Germany »


    CALL FOR PAPERS

    This Symposium will cover the history of printing and publishing in all Middle Eastern languages and scripts: Arabic, Armenian, Berber, Coptic, Georgian, Hebrew, Kurdish, Persian, Syriac, Turkish, etc., anywhere in the world, as well printing in other languages in Middle Eastern countries.

    Some of the specific themes which may be discussed and developed in the conference papers are the following (but other suggestions are most welcome):

    - Middle Eastern printing before Gutenberg
    - The origins and developments of European typography in Middle Eastern scripts
    - The arrival and development of typography in the Middle East
    - The aesthetic and practical dimensions of Middle Eastern typography (design, cognitive effects, etc.)
    - Lithography in the Middle East
    - The printing, publishing and readership of newspapers and magazines [but not their journalistic, intellectual or literary content]
    - Aspects of descriptive and analytical bibliography of early and rare Middle Eastern printed material
    - The history of Middle Eastern publishing, and its social, economic, and literary consequences
    - The history of publishing in Middle Eastern languages outside the Middle East
    - The art and techniques of illustrations in printed books and periodicals

    The working languages of the Symposium are English, French and German. Papers should not exceed 20 minutes. Please send proposals, as soon as possible, and not later than 31 January 2008, using the Registration Form for the UEAI Congress (of which this Symposium is part), available at http://www.hpplcme.ovh.org . As well as sending it to the Congress organisers, please copy it to the three Symposium conveners below:

    Ulrich Marzolph (Göttingen) umarzol@gwdg.de
    Geoffrey Roper (London) gjr2@cam.ac.uk
    Sara Yontan (Paris), sara.yontan@bnf.fr

    Visit the website at http://www.hpplcme.ovh.org

      DÉLAI POUR PROPOSITION ARTICLE LE 31 JANVIER 2008

  • REVUE D'ANTHROPOLOGIE DES CONNAISSANCES. APPEL À CONTRIBUTIONS POUR UN NUMÉRO SPÉCIAL (NUMÉRO 6 - DÉCEMBRE 2008)

    Revue d’Anthropologie des Connaissances

    Appel à Contributions pour un Numéro Spécial (Numéro 6 – décembre 2008)

    TICs, Mobilité et Développement des Suds

    Un numéro coordonné par Dana Diminescu, Paul de Guchteneire, Jean-Baptiste Meyer et William Turner

    La mobilité des personnes hautement qualifiées a longtemps été désignée négativement comme une fuite de cerveaux responsable de l’appauvrissement des pays des Suds. Est-il légitime maintenant, avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, de prétendre le contraire ? Les personnes qui se déplacent ont toujours eu le souci de rester en contact, d'être présent à la famille, aux autres, à ce qui est en train de leur arriver, là bas, au pays ou ailleurs. Cependant, cette culture du lien est devenue visible et très dynamique avec l’usage massif par les migrants des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Est-elle de nature à renforcer le rôle des Diasporas dans le développement des Suds ?

    Ce numéro spécial de la Revue d’Anthropologie des Connaissances vise à explorer la dimension cognitive de cette question. Son objectif est de mieux comprendre le lien qui existe entre la connectivité apportée par les TIC, le développement d’un sens d’appartenance communautaire plus aigu parmi les membres des Diasporas et l’engagement de ces derniers en faveur des pays et régions d’origine. Trois orientations sont proposées pour la soumission d’articles. Elles concernent les problèmes méthodologiques liés à l’analyse de la connectivité apportée par les TIC, les problèmes conceptuels liés à l’émergence de systèmes d’action transnationaux et les problèmes liés à la démonstration de l’impact réel des TIC sur notre compréhension du lien entre mobilité et développement.

    Les TIC : vers une nouvelle représentation de la mobilité et de son influence sur le développement des Suds ?
    Les TIC permettent de construire des nouveaux outils de représentation des relations entre mobilité et développement des Suds. Il s’agit d’une activité pluridisciplinaire réunissant des équipes en SHS et en sciences de l’ingénieur. C’est ainsi que des techniques informatiques sont utilisées pour fabriquer au fil de l’eau des archives de traces d’interactions médiatisées par ordinateur. Des nombreuses méthodes sont employées pour exploiter ces archives, allant des analyses de réseaux sociaux aux algorithmes d’apprentissage, en passant par la visualisation des nouveaux territoires numériques de la migration. Et les résultats obtenus sont de plus en plus utilisés pour préciser des actions de recherche qualitative (enquêtes, interviews, observations participatives, etc.) en vue de contrôler des hypothèses engendrées. Cependant, malgré l’intérêt réel qu’ils suscitent, l’apport de ces nouveaux outils à la recherche sur la mobilité et le développement doit être confirmé. D’une part, ils exploitent des indicateurs rudimentaires utilisant, par exemple, la consultation de sites Web, la participation aux forums ou l’échange de Emails comme des mesures de connectivité. Or, en SHS, la perception des liens sociaux dépasse le simple échange d’informations pour être ancrée dans les normes de réciprocité, de respect et d’entraide génératrices de confiance. D’autre part, le fait d’être capable de représenter les nouveaux territoires transnationaux de la migration donne consistance au discours sur la mondialisation, le multiculturalisme et la fin de l’ordre national. Mais ce discours ne tient peut-être pas suffisamment compte de l’emprise des structures nationales et régionales sur le développement. Empiriquement, l’apport des compétences et des connaissances venant de l’extérieur est très variable selon des structures politiques, économiques et sociales des pays et régions d’origine.

    On voit bien que l’appel aux propositions d’articles vise ici à encourager une discussion critique de l’assistance que peuvent apporter les techniques informatiques à la compréhension des relations entre mobilité et développement. Cette assistance est ancrée dans une démarche technique et dans un discours d’interprétation qui doivent être évalués par rapport à d’autres types d’étude. Nous souhaiterions recevoir des articles qui s’engagent dans cette voie comparative.

    Les TIC : vers la mobilisation des compétences et des connaissances dans des systèmes d’action transnationaux ?
    Nous constatons l’émergence des systèmes d’action transnationaux dans les domaines tels que l’économie, la recherche, l’éducation et la santé, la protection sociale et la lutte contre la pauvreté, etc. Ces systèmes ont un certain nombre de traits qui nous intéressent tout particulièrement : ils réunissent des acteurs localisés géographiquement dans des pays d’accueil, d’origine ou qui sont en transit ; les communications entre ces acteurs sont médiatisées par ordinateur ; cette connectivité induit un sens développé de l’appartenance communautaire ; et forte de ce sentiment d’appartenance, des actions collectives sont entreprises visant à capter, mobiliser et articuler des compétences et des connaissances locales et distantes pour monter des projets d’intérêt reconnu pour les pays d’origine. Ce concept de systèmes d’action transnationaux est intéressant à plusieurs titres. D’abord, il permet de contester l’image du migrant comme la figure d’une personne en rupture avec son passé ; il est là-bas dans un pays d’accueil, mais il est également ici, connecté à son histoire, à ses amis, à ses réseaux. Ensuite, il permet d’insister sur le rôle des TIC dans la fabrication d’identités communautaires. Certains auteurs n’hésitent pas d’affirmer que les TIC sont constitutives des diasporas, dont elles rendent possible l’existence. Enfin, il permet d’envisager un nouveau cadre théorique pour penser le développement qui n’est pas formulé en termes de transfert des compétences et des savoirs mais, au contraire, en termes de leur co-développement ici et là-bas. Cela dit, le concept de systèmes d’action transnationaux recouvre des réalités bien complexes. Par exemple, vus de la théorie politique, ces systèmes soulèvent la question de leur gouvernance : comment trouver des ressources de leur fonctionnement ? Comment partager les résultats ? Comment inciter les expatriés à travailler pour leurs pays d’origine sans ingérer dans les affaires d’Etats souverains ? Vus de la théorie de la communication, une grande diversité de canaux explique le développement de ces systèmes dont, par exemple, les sites officiels créés par les gouvernements pour l’usage de leurs diasporas, les sites propres à des organisations diasporiques spécifiques et, surtout, les blogs, wikis et téléphonie IP qui rapprochent les individus. Vus, enfin, de la sociologie, une hétérogénéité de situations est désignée par le concept de système qui doit être démêlée.

    En invitant les auteurs à soumettre des articles sur ce thème, l’objectif est d’engager un débat critique sur la possibilité de transformer la fuite des cerveaux (brain drain) en un capital de compétence et de savoirs pour les pays et régions d’origine (brain gain). Une telle hypothèse ne saurait être ramenée à une déterminisme technologique : si la culture du lien est actuellement plus visible et dynamique en raison des TIC, les TIC n’explique certainement pas cette culture du lien. Son activation suppose les procédures complexes de gestion collective de connaissances pour identifier et donner la signification de compétences et de savoirs en émergence ; une capacité socio-politique de se faire entendre et d’agir au sein des structures d’action collective déjà établies dans leurs pays et régions d’origine ; et, enfin, une réflexion plus théorique sur ce qui est l’action transnationale dans un contexte de co-développement. D’un tel débat émergeront les critères d’évaluation des TIC comme facteur d’émergence et d’efficacité des systèmes d’action transnationaux pour le développement.

    Les TIC : vers les études d’usages ?
    Les systèmes statistiques nationaux produisent des informations sur leurs populations expatriées qui sont peu comparables. Les problèmes sont multiples liés, entre autres, à la diversité des objectifs politiques poursuivis, à l’ambiguïté des catégories statistiques (c’est quoi un expatrié ?) et aux techniques de collecte des données (comment estimer les facteurs d’erreur ?). C’est donc à l’intérieur d’un paysage national à contours flous que prend place le débat spécifique sur l’usage des TIC pour le développement. Or, ce débat soulève lui-même des questions conceptuelles et méthodologiques complexes. Comme nous l’avons vu, il s’agit de savoir comment intégrer les résultats obtenus en faisant interagir entre elles des méthodes issues de l’informatique (traitement des traces, fouille de données) et celles qui concernent la recherche qualitative sur le terrain. Deux axes d’investigation qualitatives semblent particulièrement nécessaires : une approche ergonomique permettant de tester l’accessibilité aux résultats, leur utilité par rapport aux autres méthodes d’analyse et leur utilisabilité pour forger des discours nouveaux ; et une approche plus sociologique pour élaborer des entretiens, des scénarios et des sessions d’observation participatives permettant de contrôler la qualité des hypothèses dérivées des traitements de traces.

    En invitant les auteurs à soumettre des articles sur ce thème, l’objectif est de rendre compte des études d’usage qui adoptent une approche spécifique qu’elle soit statistique, informatique, ergonomique, sociologique ou anthropologique. A plus long terme, une batterie de tests intégrée devrait permettre de démontrer l’impact réel des TIC sur l’organisation des relations entre mobilité et développement. Des études de cas seront nécessaires pour atteindre cet objectif.

    Modalités pratiques

    Les propositions sont à envoyer à la revue ou directement aux coordinateurs du numéro 2008-6.
    dana.diminescu@msh-paris.fr
    p.deguchteneire@unesco.org
    jmeyer@mpl.ird.fr
    william.turner@limsi.fr

    Le calendrier est le suivant:

    Sortie du Numéro 2008-6 prévue en décembre 2008

    • fin juin 2008 : limite pour la remise des textes
    • les auteurs recevront les évaluations en septembre 2008.
    • Novembre 2008 - limite pour la remise des textes en version finale.

    Présentation de la Revue d’Anthropologie des Connaissances

    La Revue d’Anthropologie des Connaissances se propose d’explorer un champ de réflexion formé de nombreux travaux à la fois théorique et pratiques qui visent à montrer comment la connaissance se forme et se diffuse. Notre revue publiera des articles en provenance de nombreuses disciplines des sciences sociales qui s’attachent à l’étude des connaissances réalisées comme discours, comme pratiques, ou comme dispositifs techniques; sur les conditions de leur production, de leur utilisation, de leur transmission et, plus largement, de leur mobilisation par les collectifs d’humains. Le terme ‘anthropologie’ est pris ici non pas dans son sens particulier, mais au sens général d’enquête multidisciplinaire sur les pratiques et les conduites, sur les représentations et les idéologies, sur les professions, les organisations et les institutions, sur les techniques et les productions dans leurs singularités historiques. La revue se doit de satisfaire à deux critères essentiels:

    • Explorer, avec rigueur et de manière informée, les dimensions des savoirs, sans exclusive, tout en maintenant un débat actif sur les concepts, les méthodes, les enquêtes, les thèmes et réflexions;
    • Satisfaire aux exigences académiques les plus strictes en ne publiant d’articles qu’une fois acceptés par le comité de rédaction de la revue mais aussi par des lecteurs anonymes qui proviendront des domaines académiques auxquels appartiennent les auteurs des articles.

    Afin de garantir son indépendance et assurer son caractère multidisiplinaire, il a été décidé de ne pas rattacher la Revue à une institution particulière. La revue est donc publiée par la Société d’Anthropologie des Connaissances qui a été fondée en Mai 2006.
    http://www.ird.fr/socanco

    La Revue d’Anthropologie des Connaissances est uniquement publiée en ligne. Sa mise en ligne correspond aux critères des revues de type académique entièrement on-line.
    http://www.cairn.info/revue.php?ID_REVUE=RAC

    L’ensemble des articles est accessible au format HTML ou PDF.

    Contact: Marc Barbier, secrétaire de rédaction de la RAC,
    email: barbier@grignon.inra.fr

  • FRANCE: ATELIER TIC ET MIGRATIONS - 10 JANVIER 2008

    Atelier TIC et Migrations - 10 janvier 2008
    L’atelier « analyse sémantique, visualisation et usages par les acteurs sociaux », organisé par le groupe de recherche TIC-Migrations(1) et VECAM, se tiendra le jeudi 10 janvier, de 09h30 à 17h30, à la Maison Suger (16-18 rue Suger, 75006 Paris, Métro Saint-Michel ou Odéon).

    Une rencontre d’utilisateurs et de chercheurs
    Cette journée de travail vise à faire se rencontrer des chercheurs, des ingénieurs et des acteurs de terrain qui tentent de comprendre le fonctionnement des communautés ou des réseaux à travers leurs usages d’Internet et des outils de communication numérique.
    L’atelier prendra appui sur deux cas d’étude en chantier au groupe TIC-Migrations : l’analyse de la blogosphère des migrants marocains et d’une liste de discussion du Réseau Education sans Frontières. Ces études, et plus généralement les travaux basés sur l’analyse sémantique, exploitent les liens hypertextes entre sites web, le contenu de textes publiés sur des sites internet, sur des blogs, les masses de messages échangés à travers des listes de discussion, voir les interactions sur des forums ; qui forment autant de corpus à mettre en forme et en carte pour donner à voir l’état d’un champ, d’un domaine donné. Les recherches en sciences humaines tentent, par ces différentes approches méthodologiques et technologiques, d’analyser les mécanismes sociaux en jeu.

    La maitrise des usages et des pratiques de communication permettent aussi aux acteurs concernés de constituer les champs stratégiques de leur action. Dans celui de la mobilité, les techniques sont mobilisées dans le cadre de politiques publiques nationales et internationales aussi bien qu’elles sont intégrés au quotidien des migrants, de leurs familles et de leurs communautés. Mais c’est la capacité de ces acteurs à développer un usage stratégique de l’information qui transforme le champ lui-même.

    Les sciences du langage, de la communication, la sémiotique, la sociologie, les sciences économiques et politiques, etc, produisent ensemble et séparément les instruments qui leur sont nécessaires. Ceux-ci sont élaborés patiemment en composant avec des techniques, des méthodes et des pratiques. L’élaboration d’instruments pour faciliter la maitrise stratégique de l’information et les processus collaboratifs pose quant à elle un ensemble de problèmes spécifiques. Quelle est la nature de ces instruments ? S’intègreront-ils aux dispositifs de communication ou donneront-ils lieu à un appareillage distinct ? Quelle partie est-elle automatisables et laquelle doit faire l’objet d’une médiation humaine ? Et aussi, quelle part de connaissance méthodologique, technique et éthique sera-t-elle requise pour en développer la pratique ? Autant de questions que nous espérons explorer au cours de cette journée.

    Programme de la journée
    La journée se déroulera en quatre temps. Deux "tables de discussion" alterneront avec deux "tables de dissection" consacrées à l’exploration critique des problématiques à l’oeuvre dans les travaux du groupe TIC-Migrations. Une présentation de M.-M. Bertucci complètera ce programme. Le temps alloué à chaque intervention sera limité à 20 minutes afin de permettre une discussion collective.
     09h30 - 10h00 : Introduction de Dana Diminescu et présentation des participants

     10h00 - 11h30 : Table de discussion n°1 :

    . M. Zacklad (UTT) : Réseaux et communautés d’imaginaire documédiatisé dans les collectifs distribués

    . N. Auray (ENST) : Visualisation des réseaux collaboratifs en ligne : apports pour une sociologie de la collaboration et des conflits

    . S. Nugier (SOAD/EDF)

     11h30 - 11h45 : Pause

     11h45 - 12h15 : M.-M. Bertucci (Université de Cergy-Pontoise) : Parlers métissés et configurations identitaires. Mots des migrants et français circulant

     12h15 - 13h00 : Table de dissection n°1

    . Matthieu Renault (TIC-Migrations) : Problématiques d’une analyse sociolinguistique des listes de discussion du Réseau Education Sans Frontières

     14h30 - 16h00 : Table de discussion n°2 :

    . V. Calame (Exemole) : Présentation du logiciel Desmodo de cartographie de concepts

    . C. Poudat (Sinequa) : Exploration linguistique de communautés sociales : des corpus aux hypothèses

    . D. Cardon (France Télécom) : Quelques propriétés de la force des liens faibles. Un essai d’interprétation du Web 2.0

     16h00 - 16h15 : Table de dissection n°2

    . Mathieu Bastian, Sebastien Heymann, Mathieu Jacomy, Matthieu Renault (TIC-Migrations) : Cartographie de la blogosphère des migrants marocains en Europe

     16h15 - 17h30 : Discussion et conclusion


    (1) Le programme TIC-Migrations est un programme thématique de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Ce programme explore l’impact des nouvelles technologies sur le monde des migrants : occupation des territoires numériques par les diasporas, politiques de gestion numérique à l’égard des migrants, perspectives épistémologiques renouvelées d’analyse des migrations à l’âge des TIC.

    Mise en ligne: 8 janvier 2008
    http://www.vecam.org/article1021.html

  • QUÉBEC: APPEL À COMMUNICATION: WEB PARTICIPATIF: MUTATION DE LA COMMUNICATION, 6,7 ET 8 MAI QUÉBEC

    Le Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur (LabCMO), le Groupe de recherche et d’observation sur les usages et cultures médiatiques (GRM) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) vous invitent au colloque «  Web participatif : mutation de la communication ? » qui se tiendra les 6 et 7 mai 2008 à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Québec (Canada) dans le cadre du 76e congrès de l’ACFAS (Association francophone pour le savoir).

    Le Web participatif (ou Web 2.0) désigne les récents développements d’Internet visant à favoriser des pratiques de collaboration et de partage d’informations entre internautes via l’utilisation d’outils tels que blogues, wikis, sites de réseaux sociaux (Facebook), chats, peering, métaverses (Second Life)... Le Web de seconde génération n’est plus seulement une modalité d’accès à des documents : il devient une plateforme d’applications librement accessibles. L’usager ordinaire devient créateur d’information. Ces nouveaux outils mettent de l’avant la figure d’un usager désormais au centre de la création de « contenus générés par l’utilisateur » (UGC). Ils évoquent un usage « démocratisé » fondé sur des modèles d’accès ancrés dans la mouvance des cultures du libre et de l’open source.

    Phénomène aujourd’hui fort médiatisé, le Web participatif reste peu connu du point de vue d’une analyse fine de ses pratiques, que ce soit dans les domaines de l’information et de la communication, du jeu, du travail, de l’éducation et de la science. Toutefois, les recherches concernant ces nouveaux usages se multiplient et interpellent différentes communautés scientifiques -intéressées par les rapports entre technique, communication et société. Ce colloque cherchera à rendre compte de la prolifération des réflexions et des travaux sur ce thème, à partir d’une description des usages, c’est-à-dire l’étude détaillée de ce que les individus et les groupes font effectivement avec ces nouveaux outils.

    Quels sont les défis théoriques et méthodologiques pour l’observation et l’analyse de ces nouveaux usages du Web participatif ? En suscitant la discussion autour de travaux récents concernant les « usages 2.0 » dans les domaines du journalisme, de l’éducation, de la science, du jeu ou du travail, ce colloque répond à deux objectifs scientifiques. D’une part, une reconsidération des approches et catégories scientifiques mobilisées jusqu’ici par la sociologie des usages. D’autre part, une interrogation critique de l’amalgame parfois trop facile entre principes techniques et enjeux sociaux liés à l’utilisation de ces nouveaux outils. L’usage de ces nouveaux médias participe-t-il effectivement d’une mutation de la communication

    Ce colloque vise trois objectifs :

    • La production et la diffusion de nouvelles connaissances sur le Web participatif à travers la mise en commun de travaux récents (études de cas, conceptualisations théoriques, innovations méthodologiques, notamment l’ethnographie en ligne) ;
    • L’interrogation des boîtes à outils théoriques et méthodologiques de la sociologie des usages à la lumière de nouvelles problématiques (transformation des relations entre usagers et développeurs, nouveaux modèles de développement sociotechnique, gestes collectifs de coopération ancrés dans la bénévolat et la libre participation, nouveaux rapports à l’information et aux savoirs…) ;
    • La réunion, à l’échelle internationale, de chercheurs francophones, professeurs et étudiants travaillant sur ce thème au sein des études en communication et d’autres disciplines.

    Les propositions pourront aborder les rubriques suivantes (liste non exhaustive) : Société 2.0 – Culture 2.0 – Démocratie 2.0 – Usages 2.0… Date limite de soumission des propositions : vendredi 1er février 2008. Adresses d’envoi des propositions : millerand.florence@uqam.ca ou proulx@enst.fr

    Site Web : cmo.uqam.ca/ColloqueWebParticipatif2008

    Format des propositions :

    Les propositions se font sous la forme d’un résumé (1500 caractères, espaces compris) accompagné d’un titre (180 caractères, espaces compris), du nom de l’auteur, son affiliation institutionnelle, ses coordonnées incluant son adresse de courrier électronique et une brève notice biographique (500 caractères, espaces compris). La proposition peut être rédigée en français ou en anglais, mais la présentation devra se faire en français.

    La sélection des propositions sera réalisée par les membres du comité scientifique. Les auteurs dont les propositions auront été sélectionnées recevront une notification d’acceptation fin février. Les textes complets des communications feront l’objet d’une publication.

    Responsables du colloque :

    • Florence Millerand, UQAM
    • Serge Proulx, UQAM

    Comité scientifique :

    • Nicolas Auray, Télécom ParisTech
    • Dominique Cardon, Laboratoire SENSE, Orange Labs (Paris)
    • Anne Goldenberg, UQAM
    • Florence Millerand, UQAM
    • Serge Proulx, UQAM
    • Julien Rueff, UQAM

    Comité d’organisation :

    • Claude Arsenault, assistante de recherche, membre du LabCMO
    • Guillaume Blum, assistant de recherche, membre du LabCMO
    • Jonathan Martel, adjoint de recherche, coordonnateur du LabCMO
    • Florence Millerand, professeur, membre du LabCMO, du GRM et du CIRST
    • Mélanie Millette, adjointe de recherche, coordonnatrice du GRM
    • Serge Proulx, professeur, directeur du LabCMO et du GRM, membre du CIRST
    TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME:Appel_ColloqueWebParticipatif2008.pdf
  • INVITATION: CONFÉRENCES PARIS CAPITALE DES LIVRES 1470-2007 À L'ÉCOLE ESTIENNE LE 13 DÉCEMBRE ET LE 20 DÉCEMBRE

     

    aa25b4a53eb958f66c75b0a1a8288c86.jpg


    PARIS CAPITALE DES LIVRES 1470-2007 


    A l'école Estienne au 18 bd Auguste Blanqui 75013 Paris, Métro Corvisar ou Place d'Italie

    JOURNÉE D'ÉTUDE À L'INITIATIVE DES ANCIENS D'ESTIENNE EN COLLABORATION AVEC L'EPHE

    LE 20 DÉCEMBRE 2007 DE 17 H 30 À 20 H 30

    DEUXIÈME TABLE RONDE DES AE EN COLLABORATION AVEC L'EPHE: 17 H 30 À 18 H 45 À L'ÉCOLE ESTIENNE EN B23

    "Qu'est-ce que l'histoire du livre à l'aube du IIIé millénaire ?"

    Modérateur: Éric Le Ray, président de l'Association des anciens élèves de l'école supérieure Estienne des Arts et Industries Graphiques.

    Mot d'accueil de Madame la Proviseur Catherine Kuhnmunch

    INTERVENANTS: FRÉDÉRIC BARBIER, JEAN-YVES MOLLIER, BRUNO RIVES (directeur de la Société TEBALDO, consultant pour le journal Les Échos, qui viendra nous parler du papier électronique)

    LE PAPIER ÉLECTRONIQUE LE SUPPORT DU IIIe MILLÉNAIRE

    TROISIÈME TABLE RONDE DES AE, EN COLLABORATION AVEC LE CNAM ET LE MUSÉE DE L'IMPRIMERIE DE LYON

    DE 18 H 45 À 20 H 00 À L'ÉCOLE ESTIENNE EN B23

    "Qu'est ce que transmettre un savoir et un patrimoine à l'aube du IIIé millénaire ?"

     INTERVENANTS: ANDRÉ GUILLERME (directeur de la chaire d'histoire des techniques CDHT/CNAM); ALAN MARSHALL, directeur du Musée de l'imprimerie de Lyon; JEAN-LOUIS ESTÈVE professeur à l'école Estienne, historien du papier

     

    CONCLUSION 20 H / 20 H 30 ECOLE ESTIENNE EN SALLE B23: Film de 35 minutes sur "l'école Estienne à l'aube du IIIe millénaire" réalisé par Aline Grosjean pour l'Association des anciens élèves de l'école Estienne. 

     

    Éric Le Ray Ph.D.

    Président de l'Association des Anciens d'Estienne

    d1eab69c0b17c889cc1cbfdd48789739.jpg 
  • FRANCE: LE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'USAGE DES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC-MIGRATIONS, FMSH) ET VECAM ORGANISERONT, UNE JOURNÉE RENCONTRE le 10 JANVIER, À LA MAISON SUGER, 54 bd RASPAIL-PARIS

    Bonjour,

    Le groupe de recherche sur l'usage des Technologies de l'Information et de la Communications (TIC-Migrations, FMSH)  et VECAM organiseront, une journée de rencontre sur les méthodes et les outils d'analyse sémantique et de visualisations, et leurs usages par les acteurs sociaux le jeudi 10 janvier, à la Maison Suger, 54 bd Raspail - Paris.

    Cet atelier est conçu comme un temps d'échange sur l'élaboration d'instruments d'analyse sémantique et de topographie du web. Il s'appuie sur le champ des migrations à travers deux études en cours. L'une porte sur l'analyse de la liste de discussion du Réseau Education Sans Frontière (RESF), et la seconde sur la communauté des blogueurs marocains. L'atelier vise aussi à mettre en regard les conditions de conception et d'usage d'instruments, d'outils et des dispositifs sociaux-techniques répondant aux besoins des acteurs sociaux (une présentation plus détaillée di-dessous).

    Les intervenants confirmés de cet atelier seront : Manuel Zacklad (UTT), Nicolas Auray (ENST), Céline Poudat (Sinequa), Dominique Cardon (France Telecom R&D), Vincent Calame (Fondation pour le progrès de l'homme), Marie-Madeleine Bertucci (Université de Cergy-Pontoise) et, sous réserve, Sylvaine Nugier (SOAD/EDF)

    Le programme détaillé de la journée sera bientôt disponible aux adresses suivantes : http://www.ticm.msh-paris.fr  et http://www.vecam.org

    Cet atelier est ouvert sur réservation par mail à tic-migrations@msh-paris.fr et/ou fredericsultan@gmail.com.

    Bien cordialement.
    Frédéric Sultan


    Atelier TIC et Migrations
    Analyse sémantique, visualisation et usages par les acteurs sociaux
    10 janvier 2008 – FMSH
    Programme TIC-Migrations - VECAM
    En collaboration avec Migrinter (Poitiers), SES/ENST (Paris)
    54, Bd Raspail – 75006 Paris

    Le programme TIC-Migrations est un programme thématique de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Ce programme explore l’impact des nouvelles technologies sur le monde des migrants : occupation des territoires numériques par les diasporas, politiques de gestion numérique à l’égard des migrants, perspectives épistémologiques renouvelées d’analyse des migrations à l’âge des TIC.


    L'atelier « analyse sémantique, visualisation et usages », vise à faire se rencontrer des chercheurs, des ingénieurs et des acteurs de terrain qui par différentes approches méthodologiques et technologiques tentent de comprendre le fonctionnement d'une communauté ou d'un réseau à travers ses usages d'Internet et des outils de communication numérique. L'atelier prendra appui sur deux cas spécifiques : la blogosphère des migrants marocains et la liste de discussion du Réseau Education sans Frontières.

    Les pratiques de communication reflètent l'état d'un champ, d'un domaine donné autant qu'elles permettent aux acteurs concernés de le constituer, de le transformer. Il n'est qu'à voir comment l'usage des TIC par les migrants leur permet de modifier les modalités de la mobilité et leur rapport aux territoires et, dans le même temps, comment ces même technologies sont mobilisées pour élever de nouvelles barrières infranchissables et justifier ces politiques publiques.

    De nombreuses recherches tentent d'exploiter la dimension sémantique du web et des outils de communication électronique pour mieux comprendre les mécanismes sociaux qui les animent. Les ingénieurs explorent les possibilités offertes par les liens hypertextes entre sites web, exploitent des corpus de textes publiés sur des sites internet, sur des blogs, les masses de messages échangés à travers des listes de discussion, voir les interactions sur des forums, ou même sur des média audio ou audiovisuel.

    Au delà de l'ingéniérie, les chercheurs interviennent dans la formulation des questions comme dans l'interprétation des données. Ils restent les maîtres de la carte, de sa production comme de son interprétation et, peut-être, de son usage. Les sciences du langage, de la communication, la sémiotique, la sociologie, l'économie et la politique, etc. produisent ensemble et séparément les instruments qui leur sont nécessaires. Ces instruments sont des composés de techniques, de méthodes et de pratiques.

    Mais un instrument de recherche n'est pas nécessairement celui qui aide un groupe de personnes à développer ses propres processus de communication. Quelles seraient les conditions requises pour élaborer ces instruments et permettre leur usage ?

    L'élaboration d'instruments pour l'animation de ces processus de communication posent un ensemble de problèmes spécifiques. Quelle est la nature de ces outils ? S'intègrent-ils aux dispositifs de communication ou donnent-ils lieu à un appareillage distinct ? Sont-ils automatisables ou bien doivent-ils faire l'objet d'une médiation ? Quelle part de connaissance méthodologique et technique est-elle requise pour ces pratiques ? Quelle doit être l'éthique qui accompagne leur usage ?

  • Programme Paris Capitale des livres 1470-2007

    Mesdames, Messieurs,
     
    Vous êtes cordialement conviés à l'inauguration de l'exposition
     
    La capitale des livres : le monde du livre et de la presse à Paris,
    du Moyen Âge à l'aube du XXIe siècle
     
    le jeudi 15 novembre 2007, à 18 heures,
    à l'espace d'exposition de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (rue Pavée, 75004)
     
    Le comité d'organisation vous adresse ses sincères remerciements pour votre précieuse collaboration au catalogue.
    Bien à vous,
     
    Juliette Guilbaud
    Secrétaire du comité

     

    brochure_verso-1.pdfbrochure_verso.2.pdfmedium_affiche_01.jpgmedium_affiche_02.jpg

  • CONFÉRENCE INAUGURALE DU PROFESSEUR ARNOLD MUNNICH SUR "ETHIQUE ET RECHERCHE BIOMEDICALE" DU LUNDI 14 JANVIER 2008

    Le Laboratoire d'éthique médicale (LEM) et de médecine légale de l'Université Paris-Descartes, la SFFEM et le réseau de recherche en éthique médicale de l'INSERM vous annoncent la prochaine conférence inaugurale, sous la présidence du Pr Jean-François MATTEI, qui sera prononcée le Lundi 14 janvier prochain à 18h au Grand Amphithéâtre 12, rue de l'école de médecine (métro Odéon)
    par le Professeur Arnold MUNNICH
    Le thème traité sera          « Ethique et Recherche Biomédicale »
     
    En l'attente de vous recevoir, recevez en cette période nos meilleurs souhaits de fin d'année.
     
    Professeur Christian Hervé
    Laboratoire d'Ethique Médicale, Médecine Légale,
    Droit de la Santé et de Santé Publique
    Réseau INSERM "recherche en éthique"
    Faculté de Médecine Paris 5
    Université Paris - René Descartes
    www.ethique.inserm.fr

  • LE SYSTEME DU QUEBECIUM A DÉCOUVRIR

    M., Mme, Message Québécium de décembre 2007. Le 4 XII 00h00
    Le système du Québécium démontre une fois de plus sa fécondité.                                                     
    Je voudrais vous signaler de mes contributions récentes, ajoutant à celles signalées dans mon message précédent en mars 2007. Vos commentaires seraient les bienvenus.


    Une référence d'ensemble est
    http://www.er.uqam.ca/nobel/c3410/quebecium.html
    Si vous éprouvez de la difficuté à ouvrir un document, procédez par l'index général
    http://er.uqam.ca/nobel/c3410/?M=D


    TEXTES
    997 Pierre Demers 2007  Système du Québécium.
    Le Platonicisme en biologie de l'évolution et en théorie de l'atome. Traduction interdite Pierre Demers 7XI2007 http://www.er.uqam.ca/nobel/c3410/QbPlaEvoAtoXI2007bis.htm

    993 Pierre Demers 2007  Système du Québécium.
    Solides sans volume. Traduction interdite.
    http://www.er.uqam.ca/nobel/c3410/QbSansvXI2007bis.htm

    992 Pierre Demers 2007 Système du Québécium.
    Méthodologie du système du Québécium. Traduction interdite.
    http://er.uqam.ca/nobel/c3410/QbMethodoX2007bis.htm

    Pierre Demers 

    http://er.uqam.ca/nobel/c3410/NoticePierreDemers.html 

  • COMPTE RENDU DU COLLOQUE "L'imprimé: un média du futur ?" du 15 et 16 novembre à Paris au Centre de conférence Pierre Mendès France

    medium_mediadufutur_400.jpgColloque exceptionnel sur l'avenir de l'imprimerie, les 15 et 16 Novembre à Paris


    Ce colloque, qui concerne l’ensemble de la filière graphique, se tiendra avec les principaux acteurs de la communication imprimée, a pour objectif d'initier une réflexion stratégique sur l’avenir de l’écrit, du papier et de l’imprimé.

    La Fédération de l’imprimerie et de la communication graphique (FICG), le Groupement des métiers de l’imprimerie (GMI) et le Syndicat national des industries de la communication graphique et de l’imprimerie françaises (SICOGIF) organisent les 15 novembre et la matinée du 16 novembre 2007 un colloque relatif aux Industries graphiques intitulé : « L’imprimé : un média du futur ? ».

    Ce colloque intervient dans le cadre d’une convention signée pour trois ans avec la Direction générale des entreprises (DGE) du ministère de l’économie, des finances et de l’emploi. La Confédération française de l’industrie des papiers, des cartons et celluloses (COPACEL) et la Fédération des industries des peintures, encres, couleurs, colles et adhésifs (FIPEC) sont associées à cet événement.

    Des professionnels du secteur des arts graphiques, du monde l’édition, de la communication débattront de l’avenir du support papier, des nouvelles opportunités du marché, mais aussi des enjeux environnementaux. Cette manifestation est destinée à restaurer l’image de la profession et apporter un message aux acteurs de la chaîne graphique.

    Jeudi 15 novembre et vendredi 16 novembre en matinée
    L’imprimé : un média du futur
    Centre de conférence Pierre Mendès France
    (dans les locaux du Minefe à Bercy)

     be604aa64d999c1473fa9645ad6edf3f.png

    COMPTE RENDU DU COLLOQUE PAR ANTOINE GAILLARD SUR WWW.GRAPHILINE.COM

    (1/6) 

     Les 15 et 16 novembre derniers avait lieu au Ministère de l'Economie ce colloque très attendu

     Près de 280 participants courageux, bravant les embouteillages parisiens provoqués par les grèves dans les transports publics, avaient fait le déplacement pour s'informer et débattre de l'avenir du secteur. Organisé par les trois syndicats patronaux de l'imprimerie, FICG, GMI et SICOGIF et la DGE de Bercy (Direction Générale des Entreprises), ce colloque, organisé autour de tables rondes, faisait suite à une étude exploratoire qui a permis de remettre de dresser un constat difficiel mais courageux qui a le mérite de donner des orientations indispensables qui doivent être prises par la profession.

     5ef3cca23c592d9b159071d55bc9daca.jpg

    Colloque sur l’avenir de l’Imprimerie (2/6) : les besoins et attentes des donneurs d’ordres

    Thematique : Impression

    Le 23-11-2007

    Les nouveaux critères de décision d’achat et de sélection de l’offre.

    Par Antoine Gaillard

    L’analyse du marché de l’imprimerie fait ressortir une profonde évolution des besoins et des attentes des donneurs d’ordres, que les professionnels du secteur doivent désormais intégrer au risque de se faire marginaliser.

    Parmi les nombreux critères qui ressortent des entretiens conduits lors de l’étude préalable au colloque, l’impact du coût, de la réactivité, de la proximité, de la flexibilité, de la disponibilité mais aussi et surtout de la tranquillité, apparaissent comme les principaux critères de sélection des acheteurs. 

     Ces différents critères peuvent se résumer en 6 grandes attentes :

    •    Compétitivité
    La compétitivité du fournisseur s’analyse au travers de deux éléments indissociables :
    La compétitivité prix :  si le prix est toujours un point fondamental pour le donneur d’ordres, il est pondéré à l’aune de la qualité et du délai.
    Innovation et adaptation : pour les donneurs d’ordres, un fournisseur compétitif doit     être proactif, à savoir être capable d’anticiper ses besoins et s’y adapter, tant en terme     d’impression pure que de process (e-commerce) voire de « création » ou     conceptualisation de nouveaux imprimés.


    •    Transparence et connaissance des coûts
    Aujourd’hui plus que jamais, le donneur d’ordres a besoin d’être rassuré sur le choix     de son prestataire d’imprimerie. Il souhaite pour ce faire comprendre pourquoi et     comment son imprimeur parvient à lui proposer « le meilleur prix ». Tout écart de prix     significatif par rapport au marché sera ainsi analysé afin de comprendre si le     fournisseur bénéficie d’un véritable avantage comparatif basé sur une technologie (e-printing par exemple) ou s’il s’agit d’un simple dumping peu pérenne et risqué en     terme d’achat.
    Cette exigence de transparence peut se matérialiser par des demandes de     décomposition des coûts, des contrôles du processus de production par le biais de     rapports d’étape, des demandes d’obtention de rapports financiers en temps réel, la     réalisation d’audits d’entreprise et la mise en place de plans de progrès de la part des     imprimeurs (afin de maîtriser leurs coûts dans le temps).
    Ces exigences, souvent peu comprises par les imprimeurs, trouvent notamment toute     leur justification pour l’élaboration de contrats de référencement par les donneurs     d’ordres.


    •    Réactivité

    Dans le contexte actuel de concurrence entre supports médias, la réactivité du     fournisseur est un élément clé de sa réussite, à toutes les étapes de la réalisation du     produit : création, pré-presse, impression, logistique…
    Cette réactivité ne peut se baser que sur des équipes parfaitement formées, proactives     et à même de comprendre et « imaginer » de nouveaux imprimés pour leurs clients.


    •    Services

    L’une des principales attentes des donneurs d’ordres réside dans le fait qu’ils attendent     beaucoup plus de leur fournisseur d’imprimerie que ceux-ci ne le font actuellement.     De simples transformateurs de papier, les imprimeurs doivent désormais se positionner     comme des prestataires de services à part entière, proposant une offre globale.
    Pour 1€ dépensé pour l’impression d’un document, une entreprise en dépense 6 autour     en création, logistique, distribution, puis éventuels archivage ou numérisation.
    Cette attente de services implique de la part des imprimeurs :
    De parfaitement connaître leurs coûts et donc de maîtriser leurs process.
    De disposer de collaborateurs formés, à même de commercialiser une offre de service globale.
    D’anticiper la réglementation environnementale et d’être force de proposition dans ce domaine.
    D’optimiser leur relation client notamment via l’e-printing.
    De disposer d’outils et de process de contrôle qualité opérationnels et réellement mis en œuvre.
    De développer leur activité dans la logistique et la distribution de l’imprimé.


    •    Sécurité & Développement durable

    Les donneurs d’ordres doivent désormais être sécurisés sur des aspects de plus en plus importants :
    Fiabilité du parc productif.
    Fiabilité et disponibilité des collaborateurs.
    Sauvegarde et protection des données confiées au fournisseur.
    Viabilité et pérennité financière du fournisseur.
    Les aspects liés au développement durable deviennent de plus, une exigence majeure des donneurs d’ordres :
    Origine et contrôle des sources d’approvisionnement
    Respect voire anticipation des réglementations liées à l’environnement
    Protection des salariés et sécurité au travail
    Choix de modes de transport générant le moins de CO2 possible.


    •      Accompagnement technologique & conseil

    Assurer une veille permanente en s’engageant à instaurer un circuit d’information systématique en regard de toute évolution de normes et standards et des usages professionnels.

    Etre capable d’implémenter des bases de données textes et images, intégrer des interfaces web et des réseaux d’échanges informatiques notamment pour des données variables.

    Dans ce domaine, l’imprimeur doit pouvoir être capable de conseiller le donneur d’ordres et pas simplement de s’adapter à ses exigences. Il doit pouvoir être capable de conseiller le choix des meilleurs process et méthodes de production et être force de proposition dans l ‘élaboration de nouveaux imprimés qui restent à inventer.

     56f997a3068f802dec3a2dac8107f671.jpg

     Colloque sur l’avenir de l’Imprimerie (3/6) : l’évolution du besoin d’impression

    Thematique : Communication, PAO - Prépresse, Multimédia, Impression, Emballage

    Le 23-11-2007

    L’évolution des besoins d’approvisionnement en médias imprimés s’apprécie en fonction de 5 critères principaux.

    Par Antoine Gaillard

    Ces 5 critères sont :

    La nature du contenu éditorial du message diffusé : actualité, notice technique, information commerciale, marketing direct, informations financières, etc.
    L’utilisation ou l’exploitation du contenu supposées être faite par son destinataire.
    La pertinence et la durée de vie du message diffusé.
    Le type, la nature de la cible visée et le nombre de destinataires concernés
    La possibilité de faire appel à d’autres médias complémentaires, jugés plus efficaces ou permettant d’atteindre un meilleur rendement.

    Trois types de comportements se distinguent parmi les acheteurs d’imprimés :

    Les acheteurs d’imprimés développant un communication basée sur des supports numériques
    L’imprimé devient marginal au détriment du CD ou du DVD. Sont concernées les entreprises réalisant beaucoup de documentation technique, non destinée au grand public avec mises à jour permanentes.
    Les acheteurs d’imprimés développant une communication par internet et pour lesquels l’imprimé devient un complément.
    Dans ce cas, l’imprimé peut également être utilisé pour transmettre un message à destination d’une clientèle très ciblée (marketing personnalisé, catalogues VAD ou mailing mailing personnalisés).

    Ce cas concerne également le secteur des banques et assurances dont une partie des achats d’imprimés est impactée par la dématérialisation (imprimés de gestion), mais pas l’ensemble des imprimés publicitaires.
    Les acheteurs d’imprimés dont les besoins vont rester stables ou se développer
    Ces derniers recherchent l’optimisation économique et la réactivité industrielle auprès de leurs fournisseurs.

    Ces donneurs d’ordres soulèvent une menace : celle des délocalisations.

     10d0ab0e62138355a26fdff05529465b.jpg

    Colloque sur l’avenir de l’Imprimerie (4/6) : les nouveaux enjeux stratégiques

    Thematique : Communication, PAO - Prépresse, Multimédia, Impression, Emballage

    Le 23-11-2007

    Les différents enjeux qui s'annoncent.

    Par Antoine Gaillard


    Besoins récurrents & Besoins ponctuels

    Les acheteurs d’imprimés considèrent dans leur très grande majorité que l’imprimé reste un support essentiel dans leur stratégie de communication. Ils pensent toutefois que des solutions alternatives ou complémentaires existent pour certaines catégories de documents.

    Les acheteurs d’imprimés distinguent deux types de besoins : les imprimés récurrents et les besoins ponctuels.

    Les imprimés récurrents :
    Ils ne posent pas de problème à priori pour les acheteurs qui attendent     néanmoins de la part des imprimeurs des solutions optimisant leur processus     d’approvisionnement : commandes et BàT par internet, statistiques en temps  réel, etc.
    Les imprimés ponctuels :
    Ce type d’imprimés sera de plus en plus impacté par la nouvelle stratégie marketing que les donneurs d’ordres développent, stratégie qui conduira à  l’apparition de nouveaux types d’imprimés et de nouveaux marchés, auxquels  les imprimeurs devront pouvoir s’adapter.

     Communication attractive et stratégie marketing ciblée

    Les donneurs d’ordres développent des stratégies de marketing de plus en plus ciblées et personnalisées. Ils souhaitent adresser des messages spécifiques à destination de profils types de consommateurs en captant l’attention du destinataire grâce à une présentation originale de leur offre. Dans ce contexte, l’imprimé devrait fortement évoluer, vers de plus courts tirages mais fortement personnalisés.

    Cette tendance entraîne de nouvelles contraintes pour les acheteurs, dans le choix de leurs prestataires d’imprimerie qui devront pouvoir répondre de façon globale aux besoins exprimés.
    Exemples de nouvelles exigences :
    Afin de disposer d’imprimés personnalisés, les donneurs d’ordres doivent pouvoir compter sur des prestataires capables de gérer des bases de données et de les exploiter en impression.
    Pour capter l’attention des lecteurs visés, les donneurs d’ordres doivent pouvoir compter sur des prestataires à même d’enrichir l’imprimé par une finition toujours plus élaborée : vernis sélectifs, façonnage complexes, ajout d’échantillonnage, découpe…
    Une offre à clarifier et à adapter

    Pour répondre à ces attentes, les donneurs d’ordres souhaitent pouvoir disposer d’un éventail de l’ensemble de l’offre, la plus lisible possible : création, pré-presse, impression, impression numérique, finition, logistique, routage et distribution.

    Leur objectif est de pouvoir choisir le prestataire le plus adapté à leur besoin, capable d’y apporter une réponse globale.

    Ils sont souvent confrontés à une mauvaise connaissance des procédés techniques de la chaîne graphique et de l’offre industrielle du secteur. Face à des imprimeurs ne sachant pas communiquer et n’ayant jamais mis en place de démarches marketing, il apparaît une difficulté à se comprendre et à avancer ensemble, imprimeurs et donneurs d’ordres semblant évoluer dans deux mondes parallèles.

    Dans ce contexte, les donneurs d’ordres reprochent aux imprimeurs :
    Un total manque de lisibilité
    Une réponse partielle à des besoins globaux
    Des délais de réalisation et des processus de commande archaïques
    Une structure de coûts insuffisamment transparente. 
    L’alternative de la plate-forme d’édition / de production
    Dans ce contexte, les donneurs d’ordres peuvent faire appel à des plate-formes de production qui apportent une réponse simple – et sans souci – à des besoins complexes. Ce type de prestation est souvent bien accueilli dans la mesure ou cette prestation englobe l’ensemble des besoins exprimés par le donneur d’ordres.

    Elles apportent un service global clé en main de la création au routage.

    En ayant recours à de tels prestataires, les donneurs d’ordres externalisent la gestion de leurs achats d’imprimerie afin de rationaliser leurs coûts, travailler en temps réel et disposer d’un service global.

     87a1658ad8d90f8acbbc2dbe931355b0.jpg

    Actualités du 23-11-2007   

    Colloque sur l’avenir de l’Imprimerie (5/6) : comment l’imprimeur doit-il adapter son offre produit et services ?


    L’imprimeur : du transformateur de papier au statut de société de service globale


    Les donneurs d’ordres expriment de nombreuses attentes vis à vis de leurs imprimeurs :
    Favoriser les partenariats


    Les imprimeurs doivent développer des partenariats afin de présenter des offres et solutions globales à leurs clients. Les alliances leur permettront, par la mutualisation des compétences et du parc productif et l’arrêt du surinvestissement, de retrouver une compétitivité perdue.


    Optimiser l’offre en matière d’impression personnalisée  et ciblée
    Capacité à exploiter et à gérer l’extraction de bases de données fournies, impression à la demande, impression de pré-séries en petites quantités (idem que dans le textile…), décomposition de l’impression en plusieurs versions (versionning), impression de données variables…


    Améliorer leur capacité de conseil et d’accompagnement
    Les donneurs d’ordres veulent avoir à faire à des interlocuteurs les aidant au mieux à définir leurs besoins pour obtenir des imprimés leur permettant de valoriser leur image et celle de leurs produits ou services.
     
    Garantir une totale transparence dans l’offre de produits et services
    En particulier en matière de prix ou l’imprimeur doit pouvoir décomposer son offre. A noter que face à des plate-formes de production totalement opaques, cette transparence des imprimeurs ne peut que leur servir et leur permettre de se différencier.
    Accroître leur réactivité en terme de délai
    De la conception des documents demandés et des services associés, à la réalisation de la commande : les process actuels doivent être automatisés ou raccourcis.

    Imprimer moins mais imprimer mieux
    Ce, en respectant les attentes des donneurs d’ordres…
    Intégrer stratégiquement le développement durable
    Les donneurs d’ordres se disent sensibles au discours de proximité de la production vs le CO2 transport. Aux imprimeurs d’anticiper les normes environnementales et de respecter celles existant afin de démontrer que le média papier ne pollue pas et qu’il est respectueux de l’environnement.


    Anticiper le devenir de l’imprimé via l’e-printing
    Les commandes se feront par flux électronique pour des productions de papiers de plus en pus ciblées et en faibles ou moyennes quantités. Il est stratgique pour les imprimeurs de se positionner sur des marchés annexes comme la gestion des banques d’images en ligne pour leurs clients et de développer des démarches d’e-printing et de web to print. En permettant à leurs clients de créer eux-mêmes leurs imprimés à distance, en développant le travail collaboratif, les imprimeurs leurs fourniront des services à forte valeur ajoutée tout en réduisant drastiquement leurs coûts de production, par l’automatisation de leurs opérations de pré-presse notamment.


    Ce type de démarche permettra également aux imprimeurs d’inventer de nouveaux types d’imprimés et d’aller les commercialiser auprès de leurs clients, répondant parfaitement à leur nouveau positionnement dans le domaine du service.
    Mettre en place des stratégies marketing et communiquer
    Développer une offre de service globale nécessite de la part des imprimeurs notamment la mise en place de véritables stratégies commerciales et marketing à l’instar de ce que mettent en œuvre la plupart des entreprises industrielles. Cette évolution indispensable ne pourra être mise en œuvre que si les imprimeurs recrutent des compétences pointues dans ce domaine.


    Antoine Gaillard © www.Graphiline.com

     

  • SYMPOSIUM NETSUDS 2007: ACCÈS AUX TIC ET SERVICE UNIVERSEL EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE. COMPARAISONS ET DYNAMIQUES. CAMPUS NUMÉRIQUE FRANCOPHONE DE L'AUF À DAKAR 26-28 NOVEMBRE 2007

    SYMPOSIUM NETSUDS 2007
    Accès aux TIC et service universel en Afrique Sub-saharienne

    Comparaisons et dynamiques

    Campus numérique francophone de l'AUF à Dakar

    26-28 novembre 2007

     

    Présentation de l'action et problématique: intérêt du sujet: SymposiumNetsuds.2007.pdf

     

    Par le Groupe de recherche international du CNRS, NETSUDS

    Avec la collaboration

     

    du projet d'Appui au désenclavement numérique (ADEN) du Ministère français des Affaires étrangères, de l'Agence de régulation des télécommunications et des postes du Sénégal (ARTP), des universités de Saint Louis et de Bambey, de l'Institut Panos Afrique de l'Ouest, projet du centre sur les politiques internationales des TIC, Afrique centrales et de l'Ouest (CIPACO).

     


  • 3e colloque étudiant du Groupe de recherche sur l'édition littéraire au Québec. Appel de communications La lecture: agents, pratiques, usages et discours. Article à remettre avant le 1 er décembre 2007 pour colloque du 29-02-08 Université de Sherbrooke

    Version_actualisee_Appel_de_communications_colloque_etudiant_GRELQ3e_2008.doc

    Le colloque aura lieu le vendredi 29 février 2008 à l'Université de Sherbrooke. La priorité sera accordée aux étudiant(e)s de 2e cycle ayant entamé la rédaction de leur mémoire de maîtrise et aux étudiant(e)s de 3e cycle. les propositions, adressées à Laure Miranda et Nicholas Giguère, doivent contenir:

     1) le texte de la proposition (250 mots)

    2) les coordonnées de l'étudiant(e)

    a. adresses électronique et post

    b. numéro de téléphone

    c. niveau d'études et université d'affiliation

    d. nom du directeur (trice) de mémoire ou de thèse 

     

    Les communications devront être inédites et ne pas excéder 20 minutes. Elles pourront faire l'objet d'une éventuelle publications, à la suite d'une évaluation par un comité scientifique. Les propositions doivent parvenir avant le 1 er décembre 2007 à l'adresse suivante:laure.miranda@usherbrooke.ca

    Pour information à suivre, prière de consulter: www.usherbrooke.ca/grelq/

     

     

  • Conférence d'Hélène Lamarre de l'Université de Montréal à l'UQTR sur le "Transport des sédiments dans les cours d'eau à lit de graviers: méthodes, processus et perspectives"

    Bonjour,

    Vous êtes cordialement invité à assister à la prochaine conférence, qui se tiendra le jeudi 8 novembre à 16 h au local 3095 du pavillon Ringuet à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

    Conférencier : HÉLÈNE LAMARRE, Université de Montréal Titre : Transport des sédiments dans les cours d'eau à lit de graviers: méthodes, processus et perspectives 

    Nous vous attendons en grand nombre!

    Linda Abran-Savard pour Gilbert Cabana, Ph.D.Directeur du comité de programme de cycles supérieursen sciences de l'environnement

    Linda Abran Savard
    Commis - services académiques et administratifs
    Département de chimie-biologie
    3483, Léon-Provancher
    (819) 376-5011 poste 3348

  • Free Software as a Social Innovation

    Free Software as a Social Innovationstacs-fs-london.pdf

    London, 2nd November 2007

    Apply to the event here »


    The Event

    Free Software is a unique social innovation which promotes an empowered, sustainable and inclusive information society through its freedoms of use, studying, modification and redistribution. Popular Free Software applications include the Firefox web browser, the Wordpress blog engine and the Juice podcast receiver. The philosophy behind Free Software has also inspired new social projects like Wikipedia, Creative Commons and Open Access.

    Free Software Foundation Europe and M6-IT would like to invite you to a one day event at The Hub in London on the 2nd of November. The event will help people learn more about Free Software and provide opportunities for hands-on experience with the technology. It's organised as part of the work in the STACS project.

    Spaces are limited and people with little or no experience of Free Software and those who can help spread awareness of Free Software in their field or geographical area will be prioritized.

    We understand that not everyone will be able to cover the costs of visiting the event and we are willing to contribute towards travel and accommodation costs. We invite you to fill out an application by the 19th of October 2007 at the latest. The selected attendees will be contacted by the 22nd of October.

    Venue

    The Hub is an incubator for social innovation. It's a place for people to meet, learn and connect with each other to make things happen. The Hub in London is located on 5 Torrens Street which is conveniantly close to the tube station Angel on the Underground Northern Line.

    Schedule
    Thursday 1st November
    20.00    Get-together dinner

    Friday 2nd November
    09.00    Free Software as a Social Innovation
    10.30    Coffee/tea break
    11.00    Empowering NGOs with Free Software
    12.30    Lunch
    14.00    Hands-on experience with Free Software
    16.00    Coffee/tea break
    16.30    Hands-on continued..
    18.00    Social event and dinner

    http://fsfeurope.org/projects/stacs/ 

     

    for more information go there

    Free Software Foundation Europe

    Talstraße 110, 40217 Dusseldorf,Germany

    E-Mail: office@fsfeurope.org

    Phone: +49 700 373387673

  • CASBC/ACEHL Conference and journal submission request before 31 december 2007

    Dear CASBC/ACEHL members
    We had a splendid conference last month at the Congress, and I hope everybody is having a good summer and getting on with interesting book-culture/book-history work for next year`s meeting at UBC in Vancouver.  At the Saskatoon conference we had a presentation on the journal History of Intellectual Culture  and their call for papers (article submissions) is now extended to members of our association more broadly. Please send any submissions to Paul Stortz at his address below.   
    Members should also be aware of the Papers/Cahiers of the Bibliographical Society of Canada, which publishes articles in both French and English.
    best wishes,
    Leslie

    Call for Papers

    Encouraged by the Canadian Association for the Study of Book Culture
    third annual conference that took place during the Congress of the
    Social Sciences and Humanities in Saskatoon, Saskatchewan, 29-30 May
    2007, History of Intellectual Culture* www.ucalgary.ca/hic/ is currently
    accepting papers from members of the CASBC who gave papers at the
    Congress, and from CASBC members in general. The theme is on the History
    of Books and the Making of Knowledge, but we will accept papers that are
    broadly related to book cultures. If HIC receives enough papers, we will
    include the papers as either a special issue or have a thematic section
    in an upcoming issue. The papers are required to be fully formatted
    along the lines of a formal submission and in English only. For
    submission guidelines, please see the journal website. The deadline for
    the Call is 31 December 2007. Please send all submissions to Paul Stortz
    pjstortz@ucalgary.ca.

    *History of Intellectual Culture is an international peer-reviewed
    open-access academic electronic journal that provides a forum for
    publication and discussion of original research on the socio-historical
    contexts of ideas and ideologies and their relationships to community
    and state formation, physical environments, human and institutional
    agency, personal and collective identity, and lived experience. The
    journal highlights the viability and vibrancy of intellectual history as
    a scholarly field, presents new perspectives for research and analysis,
    and promotes critical discussion among researchers, scholars, and
    students across disciplines.



    Leslie Howsam
    President, CASBC/ACEHL (www.casbc-acehl.dal.ca)
    Professor, Dept. of History, University of Windsor
    Windsor, ON Canada N9B 3P4  --  lhowsam@uwindsor.ca
    Phone: 519-253-3000, ex 2330  -- FAX: 519-971-3610

  • Communiqué du Comité sectoriel de main-d'oeuvre des communications graphiques du Québec au sujet de la nomination d'Eric Le Ray dans son comité de veille technologique en remplacement de Michel Cartier

     http://www.qi-quebecimprimerie.com/php/accueil.php
     
    Le Comité sectoriel de main-d'oeuvre des communications graphiques du Québec ( CSMOCGQ ) annonce la nomination de Eric Le Ray au sein de son comité de veille technologique. M. Le Ray remplace Michel Cartier, professeur honoraire en communication de l'UQAM, figure de proue dans les médias depuis une quarantaine d'années, comme commentateur de l'actualité des industries graphiques. Stagiaire postdoctoral à la Chaire de recherche industrielle Quebecor sur l'impression et les communications graphiques de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Centre intégré en pâtes et papiers, Eric Le Ray est également directeur général de la société EPC @ Partners, auteur du blog Electronic Paper & Communication et animateur de l’émission radiophonique "Arrêts sur médias", un média qui parle des médias, sur www.radio-shalom.ca.

    http://www.impressionsgraphiques.qc.ca/medium_logo_acc2.gifmedium_t_comite.gif

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu