Avertir le modérateur

BRETAGNE & CELTITUDE

  • Décès de Claude Rolland, président de l'Union des bretons du Canada

    Je vous annonce le décès de Claude
    Rolland, président de l'union des bretons du Canada depuis 2003.

    La cérémonie à lieu aujourd'hui jeudi 24 juin à la Maison Funéraire
    Bleu Ciel Tél: 514-252-4377

    4250, Rue Ontario Est, Montreal,
    QC, H1V1K3 (JEUDI DE 13h à ...17h)

    jour de la Saint Jean au Québec.

    On va y chanter le chant national O Breizh ! biensur, Kousk Breiz Izel et Treegont Ble
    ZO...à bon entendeur..Éric Le Ray Kenavo

  • FRANCE: LA CONSTITION S'OUVRE ENFIN AUX LANGUES RÉGIONALES COMME LE BRETON

    79855456.pngL'amendement voté hier par les députés était attendu depuis longtemps en Bretagne. Il doit encore être adopté avec l'ensemble de la réforme.

    Article du 23 mai dans Ouest France 

    Les députés ont complété l'article 1 de la Constitution, ajoutant : « Les langues régionales appartiennent à son patrimoine ». Cet amendement surprise, lors de la discussion sur le projet de loi en cours d'examen à l'Assemblée, est passé comme une lettre à la poste, alors que cette reconnaissance des langues régionales fait l'objet d'une revendication de longue date, notamment en Bretagne.

    « La langue de la République est le français » et le reste (article 2). Au nom du gouvernement, Rachida Dati a préféré une insertion à l'article 1, après « L'organisation de la République est décentralisée ».

    On estime à moins de 300 000, soit moins de 10 % de la population, les locuteurs bretonnants. Et à 5 millions ceux qui parlent l'une des autres des principales langues régionales : occitan, alsacien, corse, catalan, basque et flamand. La ministre de la Culture, Christine Albanel, a promis une loi pour leur promotion. Au moins ne sera-t-elle plus anticonstitutionnelle.

     

    219455546.jpg


    Pour entériner le nouveau texte comme les autres mesures en discussion, encore faut-il que le projet de loi soit adopté dans son ensemble par l'Assemblée, le Sénat et le congrès du Parlement. L'amendement sur les langues régionales peut aussi dissuader certains élus de l'opposition de voter contre la réforme. Déjà, quatre députés socialistes de l'Ouest ont signé un appel en faveur de la réforme constitutionnelle, qu'ils jugent « prometteuse » et dont ils évalueront les avancées au terme des débats. C'est le cas de Patricia Adam et Jean-Jacques Urvoas (Finistère), de Dominique Raimbourg (Loire-Atlantique) et Guillaume Garot (Mayenne) qui ont joint leur voix à celles de Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis, Gaëtan Gorce, Didier Migaud ou Jean-Marie Le Guen, au total dix-sept députés socialistes. Le compte n'est plus loin pour atteindre les 3/5 des parlementaires.



    L'assemblée a entériné une disposition du projet de réforme des institutions interdisant au président de la République d'effectuer plus de deux mandats consécutifs. Plusieurs initiatives de la gauche ont été rejetées : la prise en compte du temps de parole du président de la République ; le vote des non-Européens aux élections locales.

    610066720.gifARTICLE DU TÉLÉGRAMME DU 23 MAI 2008

     Le Télégramme et la langue bretonne.pdf

  • BRETAGNE: AGENCE BRETAGNE PRESSE: LA SOCIÉTÉ NUMÉRIQUE, INTERNET ET MULTIMÉDIA

    http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=10532

    Conference debat : Locarn
    Publié le 30/04/08
    De notre correspondant: Philippe Argouarch
    La société numérique, internet et multimédia
    Jean-Pierre QUIGNAUX, un économiste , a travaillé comme expert dans la prospective dans de nombreuses institutions, Centre de prospective et d'évaluation du Ministère de la Recherche et de la Technologie, Secrétariat Général de la Défense Nationale, Assistance publique Hôpitaux de Paris, avant de rejoindre le Cabinet du Président du Conseil Général des côtes d'Armor Claude Lebreton.
    Au cours d'un débat à l' Institut de Locarn sur l'émergence de la Société de Connaissance et ses impacts sur la Bretagne, Jean-Pierre QUIGNAUX a présenté les antécédents historiques de la mondialisation et les modèles de la société numérisée et mondialisée.

    Vers un capitalisme cognitif

    Nous vivons la 3e mondialisation, la première fut celle des grandes caravanes transcontinentales, la deuxième fut celle des grandes découvertes transocéaniques et nous vivons la troisième : l'établissement des échanges mondiaux et de l'internet au service d'une société de la connaissance. Les TICS (technologies de l'information et de la communication) avec 10 % de l'économie et 30 % des brevets sont les moteurs de cette nouvelle révolution.

    Quignaux définit l'internet comme un « méta-réseau collaboratif et cognitif de reconnaissance et de métamorphoses des relations humaines à l'âge de l'anthropocène » où l'anthropocène est un nouvel âge géologique caractérisé par l'impact des hommes sur la planète.

    L'internet peut sauver la planète des impacts négatifs comme le réchauffement climatique en transformant énergie et matière, en quantité limitée, en intelligence, qui elle est illimitée.

    Pour comprendre la mutation que nous vivons, Quignaux plonge dans le monde cellulaire pour y reconnaître 3 aspects essentiels à ce modèle.

    La reconnaissance précède la connaissance
    les cellules doivent se reconnaître pour agir et entrer en interaction. Sans reconnaissance, elles meurent. Les sociétés modernes se comportent de la même manière. La reconnaissance dépend de la médiatisation et c'est l'image qui structure de plus en plus les représentations humaines.

    La fin du centralisme
    les neurone n'ont pas de chef, le cerveau c'est 100 milliards de neurones connectées et sans chef. C'est un système acentalisé, un réseau, Nous sommes passé du paradigme de la pyramide à celui du réseau.

    La danse et le jeu
    Finalement les neurones dansent en permanence ce qui est à l'origine de la créativité. Elles jouent. C'est l' échange permanent qui est à origine de la créativité. Créer c'est connecter des choses ensemble. De la même façon que l'évolution dépend du hasard des mutations, la créativité dépend du hasard des connexions et de l'interaction.

  • BRETAGNE: AGENCE BRETAGNE PRESSE: LE DRAPEAU BRETON SUR UNE TIMBRE POSTE

    http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=10508

    Depeche : Manx
    Publié le 28/04/08
    De notre correspondant: Philippe Argouarch
    Le drapeau breton sur un timbre poste
    Le 12 mai 2008, l'Île de Man sortira un timbre du « gwenn ha du », le drapeau breton. Ce timbre fera partie d'une série de huit timbres intitulée « Interceltique » où l'on trouve aussi l'Île de Man, l'Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande, la Cornouaille, la Galice et les Asturies.
    Hep brezhoneg, Breizh ebet

    Chaque timbre a un texte dans la langue nationale du pays et portant sur la langue du pays. Le timbre sur la Bretagne a « Hep brezhoneg, Breizh ebet » soit « Sans le breton, pas de Bretagne ». La démarche de l'Île de Man s'inscrit dans la solidarité interceltique, mais aussi dans celle de l'Assemblée générale des Nations Unies qui a proclamé 2008 « Année internationale des langues ».

    Les collectionneurs peuvent déjà commander la série des huit timbres sur le site du gouvernement manxois pour environ 10 euros [Voir le site] . Une version carte postale pré-affranchie sera aussi inaugurée lors du festival interceltique de Lorient 2008.

    Le berceau de la démocratie, des Droits des Femmes et de la dévolution

    L'Île de Man, un territoire autonome, considéré traditionnellement un des 5 pays dits « celtiques » reconnaît la souveraineté de la reine du Royaume-Uni, mais sans faire partie de ce royaume. Si la reine en est le chef d'État, Manx a son propre parlement et son propre gouvernement. Westminster ne peut pas imposer d'impôts sans le consentement du parlement, exactement comme la Bretagne avant la révolution. Le parlement manxois ou « Tynwald » a le pouvoir de faire les lois du pays et la justice de Manx est indépendante.

    Manx bat sa monnaie, la livre manxoise et peut émettre des timbres postes comme on vient de le voir. Par contre les Manxois ont la citoyenneté britannique.

    Manx a toujours fait preuve de vision puisque c'est le siège du premier parlement en Europe. Établi par les Vikings au 8e siècle, le Tynwald serait le plus vieux parlement au monde avec une existence continue. C'est aussi le premier État européen a avoir donné le droit de vote aux femmes (en 1881).

    Philippe Argouarch

    1827623706.jpg
    726608330.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu