La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

28/05/2008

FRANCE: ATELIER TIC SUR LES USAGES NUMÉRIQUES: RENCONTRES DU 5 JUIN 2008

39734794.jpg

 

 

 

 

Invitation à la rencontre du 5 juin 2008
Atelier TIC sur les usages numériques :
Information, formation et mise en oeuvre ...

 

Mercredi  5 juin 2008
10h - 12h
Parc Floral de Paris
Voir le plan

Inscription gratuite mais obligatoire

 

Dans le cadre des 12ème Assises de l'Association des Maires d'Ile-de-Fance, une rencontre TIC sur les usages numériques est organisée par ARTESI ILe-de-France et la Commission TIC de l'AMIF le jeudi 5 juin 2008 au parc Floral de Paris.

Les usages de l'internet et des outils informatiques sont en constante évolution. Il est donc indispensable que les élus et les agents des collectivités territoriales puissent suivre ces mutations en s'informant et en se formant pour mieux les mettre en œuvre.

Cet atelier permettra :

    * de mieux identifier les sources d'information TIC et les outils de veille des meilleures pratiques tant françaises qu'européennes
    * de lister les formations et cycles d'ateliers TIC existants en Ile-de-France
    * de présenter le nouveau cadre de soutien de la Région pour favoriser la refonte ou la création d'un portail internet citoyen intégrant les usages Web 2.0.

10h - 12h

Atelier TIC sur les usages numériques : information, formation et mise en oeuvre

Sylvie MERCIER, Présidente de la Commission TIC de l'AMIF et Yannick LANDAIS, Délégué Général d'ARTESI Ile-de-France, accueilleront au cours de cet atelier :

    * Daniel VAN LERBERGHE, Directeur de l'Institut POLITECH,  Bernard CORBINEAU, Responsable du master MITIC de l’Université de Marne la Vallée et ses étudiants pour présenter l'outil de veille "MutualiTIC"
    * Loic HAY, Chargé de mission Internet public et citoyen d'ARTESI Ile-de-France pour présenter l'appel à projet de la Région et les aspects Web 2.0.
    * Deux représentants de collectivités franciliennes témoigneront de la mise en œuvre concrète de ces nouveaux usages numériques.

A l'issu de cet atelier, les collectivités pourront rencontrer les étudiants en licence professionnelle et Master MITIC de l'Université de Marne-la-Vallée

Inscription gratuite mais obligatoire

 

FRANCE: LA VILLE NUMERIQUE ET MOBILE: QUELLES PERSPECTIVES ? INCIDENCES DES TIC SUR LE DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES LE JEUDI 12 JUIN

LA VILLE NUMERIQUE ET MOBILE : QUELLES PERSPECTIVES ?
Incidences des TIC sur le développement des territoires.
Jeudi 12 juin, 9H30 - 13h,
auditorium des Thermes, Enghien-les-Bains.
Dans le cadre du festival Les Bains Numériques

Le phénomène de métropolisation entraîne de profonds changements au sein des territoires. Les nouvelles technologies constituent des analyseurs de ces mutations, dont ils sont à la fois des produits et des producteurs. Cette rencontre vise à interroger la manière dont les nouveaux médias participent au développement des territoires contemporains, qu'ils soient administratifs, sociaux, économiques, politiques, ou culturels.
  
Intervenants :
- Bruno Marzloff, sociologue, spécialiste des questions de mobilité (Groupe Chronos - Ville 2.0).
- Xavier Comtesse, spécialiste des questions de gouvernance et de territoire (Fondation pour Genève).
- Maxime Schirrer, géographe, spécialiste de la relation du territoire et des TIC (OTEN – CNAM)
 
avec la participation de
- William Mitchell, professeur au MediaLab du Massachusset Institute of Technology.
- Vincent Lalanne, président de Culture et Départements.
- Dominique Pagès, enseignant-chercheur au CELSA, élue du 20ème arrondissement de Paris.

Informations et inscriptions (obligatoire) :  http://ludigo.net/index.php?rub=4&contentRight=2
 
 

*Le hub s'intéresse aux mutations sociales liées à l’émergence des technologies de l’information et de la communication (TIC)

 

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de notre édition en ligne Ludigo, où nous publions chaque mois un dossier spécial sur la place des TIC dans les évolutions qui touchent aux territoires contemporains. Vous pouvez découvrir le dossier « Territoires informés » du mois de mai : http://ludigo.net/index.php?rub=4&dossier=4&focus...

 

A la suite de cette rencontre, notre équipe souhaite mobiliser les différentes équipes et réseaux investis sur ces problématiques, pour l’édition d’une publication collective sur cette thématique. Cette publication mettrait en perspective les acquis de cette réflexion sur l’impact des TIC au sein du phénomène de métropolisation, en intégrant les contributions et analyses des acteurs spécialisés sur cette question.

 

Contact pour plus d'informations :

 

Kafui Kpodéhoun

Chef de projet

Le hub, plate-forme d’expérience.

01 43 14 71 60

06 15 43 12 63

19/05/2008

OCÉ LANCE L'IMPRESSION GRAND FORMAT COULEUR ÉCOLOGIQUE

950863370.gifArticle du 19 mai 2008 

Industrie Technologies-Océ.pdf

16/05/2008

CELA BOUGE CHEZ HP

 

740800701.jpg

 

Avec l'acquisition d'EDS, HP pourrait rattraper IBM | Matériel informatique.pdf

 

Hewlett-Packard rachète EDS.pdf

12/05/2008

ARTICLE SUR GRAPHILINE.COM: OCÉ DÉVOILE UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE D'IMPRESSION

2044522610.2.png Article du 09-05-08   : Matériels d'imprimerie _ Océ dévoile une nouvelle technologie d'impression révolutionnaire pour la Drupa.pdf

09/05/2008

FRANCE: ÉTUDE SUR LA REPROGRAPHIE À L'ÈRE DU NUMÉRIQUE 2002-2007 RÉALISÉE PAR INTERQUEST POUR LE SIN

La reprographie à l’ère du numérique

L’étude exhaustive sur la reprographie

et ses grandes tendances 2002 – 2007

réalisée par INTERQUEST

Le métier de reprographe – imprimeur numérique a considérablement évolué ces dernières années avec le développement des technologies de l’impression numérique et des NTIC. Une nouvelle donne s’organise entre les grands acteurs de la profession, les entreprises prestataires de services et les centres intégrés.

Il était important que l’organisation professionnelle représentant les entreprises de reprographie-le SIN-se pose les questions :

Où en est la profession ? Vers quoi tend-elle ? Quels sont les enjeux ?

Cette étude, très complète, apporte des information quantitatives et qualitatives permettant de préparer les réponses aux questions.

L’étude vous permettra notamment :

* D’obtenir des réponses aux interrogations sur l’avenir du métier,
* De mieux appréhender les besoins des clients,
* De mieux connaître l’évolution des marchés (entreprises et centres intégrés)
* D’anticiper les scénarios d’évolution les plus probables,
* De détecter les acteurs les mieux placés.

Que trouverez vous dans cette étude ?

* Une analyse comparative du marché des reprographes,
* Une analyse de l’activité des centres intégrés,
* Les commentaires des dirigeants, les projections des fournisseurs,
* Les conclusions et recommandations d’Interquest.

Pour prendre connaissance des principaux thèmes de l'Etude, cliquez ici

Themes_Etude_Reprographie.pdf

 

BON DE COMMANDE 

 

L’étude complète (260 pages)

500 € HT  (soit 598.00  € TTC) 

La Synthèse  (97 pages)

Membres du S.I.N  87 € HT (104.05 € TTC)

Non membres      127 € HT (151.89 € TTC)

Veuillez me faire parvenir __ exemplaire(s)     :q     De l’étude complèteq      De la synthèse 

J’effectue mon règlement :Par chèque à l’ordre du S.I.N., soit …………….. Euros.

Par virement bancaire, soit ………  Euros, au compte Crédit Mutuel – RIB : 10278 06039 000 259 74 741-29 

Nom  : ............................................................................................

Prénom : ........................................................................................

Société : .........................................................................................

Fonction/Service :........................................................................

Adresse :........................................................................................

                .........................................................................................

Code postal :..................................................................................

Ville/Pays : .....................................................................................

Tél. : ................................................................................................

Fax :  ...............................................................................................

E-mail : .......................................................................................... 

 

Merci de retourner ce bon au S.I.N. au 154 boulevard Haussmann  75008 PARIS

FRANCE: SYMPOSIUM 2008 DE L'IMPRESSION NUMÉRIQUE DU 18-06 AU 19-06 À PARIS ORGANISÉ PAR LE SYNDICAT DE L'IMPRESSION NUMÉRIQUE ET DES SERVICES GRAPHIQUES

Du : 18/06/2008

Au : 19/06/2008

Symposium 2008 de l'impression numérique

Novotel Paris Est

 

Après Drupa 2008, salon mondial dédié à l'imprimerie, le Symposium 2008 de l'impression numérique fera un zoom sur le futur des métiers de ce marché. Ouvert à tous les acteurs de la chaîne graphique, cette manifestation se veut un lieu d'échanges concrets permettant de définir une vision claire des perspectives technologiques dans un cadre privilégié afin de nouer des contacts et de connaître les dernières tendances du marché. Au programme : bilan technologique de la Drupa 2008, les nouvelles technologies internet au service des industries graphiques, traitement du document et circulation de l'information, stratégie de développement pour les entreprises

 Entrée gratuite sur inscription préalable : www.sin.fr

 

18/02/2008

IMPRESSION: HP FRANCE PARIE SUR LA GESTION DES FLUX DOCUMENTAIRES COMMES RELAIS DE CROISSANCE SUR LE MARCHÉ DE L'IMPRESSION PROFESSIONNELLE

4d49f9821e645227a2217de0f584203b.gif

HP impression variable 18-02-08.pdf

01/02/2008

FRANCE: UN FRANCAIS SUR TROIS A ACHETE SUR INTERNET EN 2007

8e4f24b77a3e8463cd28391a402a0152.png

 LA TRIBUNE.FR DU 01-24-08

 

Le chiffres d'affaires du commerce en ligne a bondi de 35% en 2007 avec 20 millions de "cyberacheteurs". Une croissance qui devrait se poursuivre dans les prochaines années.

Nouveau "boom" du e-commerce en France. Les ventes sur Internet ont bondi de 35% en 2007 pour un chiffre d'affaires de 16,1 milliards d'euros. Désormais, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) décompte 20 millions de cyber-acheteurs, soir un tiers de la population française.

"De plus en plus d'internautes se rendent compte qu'acheter sur Internet est facile et que tout se passe bien la plupart du temps. Il n'y pas un pays au monde où le commerce en ligne ne croît pas, la France s'inscrit dans cette tendance", explique François Momboisse, président de la Fevad, qui regroupe 375 entreprises. Le profil type du cyberacheteur est celui d'un homme aisé âgé de 35 à 49 ans, même si les femmes gagnent de plus en plus de "parts de marché" pour atteindre une proportion de 45% des cyberacheteurs, selon une étude du cabinet Médiamétrie, réalisée pour la Fevad.

Surfant sur cette popularité, 13.000 nouveaux sites marchands ont été créés en 2007, pour atteindre un total de 36.900 fin décembre. Parmi les quinze sites les plus visités en France, treize sont français et seulement deux étrangers (eBay et Amazon). Quel que soit le commerce, tous les secteurs profitent de l'essor, à commencer par les produits culturels, la haute technologie et les voyages, mais aussi le textile, les jouets et la cosmétique.

Et ce n'est pas fini. "Le montant du chiffre d'affaires (du commerce en ligne, NDLR) devrait doubler d'ici deux ans, pour atteindre 31,4 milliards d'euros en 2010", prédit ainsi le délégué général de la Fevad, Marc Lolivier.

Reste néanmoins que l'Hexagone accuse toujours un retard face à ses voisins, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, champions européens du e-commerce. Mieux équipés en matériels informatiques et en accès Internet, 55,1% des Britanniques et 43,8% des Allemands achètent en ligne, selon Médiamétrie.

En cause : le manque de confiance des Français dans le e-commerce. Ainsi, le taux de confiance progresse moins vite que le chiffre d'affaires, avec seulement 62% d'internautes disant avoir confiance dans le e-commerce en France, contre 58,1% enregistrés en 2006.

latribune.fr

KODAK UNE MEILLEUR IMAGE

 07077a74924f6d2582a6f252adfbefb8.png

 La Tribune.fr du 02-01-08

 

Les résultats de Kodak redorent son image

Le groupe américain d'imagerie a encore amélioré ses résultats au dernier trimestre 2007 grâce à la hausse des revenus de ses produits numériques.

2008 pourrait bien être une année à marquer d'une pierre blanche pour Eastman Kodak, si la tendance amorcée en 2007 se confirme. Le groupe d'imagerie américain a annoncé aujourd'hui mercredi 30 janvier 2008 des résultats encourageants pour son quatrième trimestre 2007, avec une hausse de 4 % de son chiffre d'affaires à 3,2 milliards de dollars et surtout un bénéfice net de 215 millions de dollars contre 16 millions un an plus tôt.

Après deux ans dans le rouge, le groupe avait renoué avec les bénéfices en 2006 mais restait en décroissance. Signe encourageant, l'amélioration s'est donc poursuivie en fin d'année et intensifiée puisque sur l'ensemble de l'année, le groupe a finalement vu son activité reculer de 3 % alors qu'en novembre dernier, il anticipait une baisse comprise entre 4 % et 7 %. Autre point rassurant, le groupe de Rochester a plus que divisé par deux sa perte opérationnelle, passée en un an de 599 millions de dollars à 209 millions.

Surtout, Kodak semble enfin commencer à récolter les fruit d'un repositionnement très tardif dans le numérique. Le recul de 15 % de ses activités traditionnelles (15 %) a de fait été largement compensé par la progression, dans les mêmes proportions, de ses activités numériques, qui pèsent les désormais les deux tiers du chiffre d'affaires du groupe (contre un quart pour les activités traditionnelles). Des chiffres qui tombent à pic alors le groupe arrive au terme d'un lourd et laborieux plan de restructuration de quatre ans, conduit par son PDG Antonio Perez, destiné à rattraper le retard pris par le spécialiste de la pellicule photo dans le numérique. Ce plan aura coûté 3,6 milliards de dollars au groupe, 27.000 suppressions de postes et plusieurs cessions et fermetures d'acitivités.

Aujourd'hui, Kodak, qui reste numéro trois (en volume) sur le marché de la photo, estime avoir achevé sa révolution numérique. Le groupe veut profiter de l'explosion des images numériques et du succès des réseaux sociaux tel Facebook pour s'imposer. L'objectif est de devenir incontournable dans la capture, le stockage, la restitution et le partage d'images tant sur le créneau professionnel que grand public.

Numéro un de l'impression numérique en magasin, le groupe revendique 80.000 kiosques dans le monde et doit lancer cette année des minilabs entièrement connectés. Il mise aussi beaucoup sur ses imprimantes multifonctions à jet d'encre, plus chères à l'achat mais censées baisser de 50 % le coût de l'impression à domicile. Kodak aurait dépassé son objectif de 500.000 unités vendues l'année dernière.

Clarisse Jay

CANON : RESULTATS RECORD EN 2007

 c60aa4b73a1faa8120cbb422b6a4f50a.png

La Tribune.fr du 01-30-08

 

Canon : résultats record en 2007

Le bénéfice net du groupe atteint 3,15 milliards d'euros, en hausse de 7,2%. Le chiffre d'affaires a également progressé de 7,8%. Le groupe vise de nouveaux résultats record en 2008.

Le groupe d'électronique japonais Canon a annoncé ce mercredi un bénéfice net en hausse de 7,2% pour son exercice 2007 à 488,33 milliards de yens (3,15 milliards d'euros), contre 500 milliards attendus et 455 milliards réalisés en 2006. Si le résultat 2007 est légèrement inférieur aux prévisions, il constitue néanmoins un record.

De son côté, le chiffre d'affaires annuel de Canon a progressé en 2007 de 7,8% sur un an à 4.481,35 milliards de yens (28,9 milliards d'euros), grâce aux gains de change. Les ventes restent toutefois inférieures aux prévisions de 4.560 milliards de yens espérés.

Le bénéfice d'exploitation a dans le même temps gagné 7% à 756,67 milliards de yens, un chiffre jamais atteint par le passé, en dépit d'investissements massifs en recherche et développement (+19,4% sur un an à quelque 368 milliards de yens).

Canon a vu toutes ses activités se développer, grâce à ses produits haut de gamme performants et rentables, du fait de l'efficience de ses structures de production et d'approvisionnment qui ont permis, selon lui, "d'absorber les effets de l'augmentation des coûts des matières premières".

Le groupe a profité de la demande forte de photocopieurs multifonctionnels, de la transition vers les modèles en couleurs dans les marchés développés, ainsi que du marché des imprimantes laser de bureau. Ses appareils photos, compacts ou à visée reflex et objectifs interchangeables, ont continué de bien se vendre, de même que les imprimantes à jet d'encre photo polyvalentes destinées au grand public.

Dans le domaine des équipements optiques industriels, les besoins des fabricants d'écrans à cristaux liquides (LCD) ont certes fléchi, mais le marché des appareils de contrôle pour l'industrie des semi-conducteurs s'est maintenu au même niveau que l'année précédente, ce qui a permis de contrebalancer.

Du côté des prévisions, Canon s'attend en 2008 à une progression de 5,3% de son chiffre d'affaires à 4.720 milliards de yens. Il estime pouvoir dégager un profit net annuel de 520 milliards de yens (3,35 milliards d'euros), soit une progression de 6,5% sur un an.

latribune.fr

30/01/2008

XEROX ANNONCE UNE TRANSFORMATION DE SA MARQUE

 3b71ae0575d921453b1a1f55b3cfd790.jpg

NOUVELLE IDENTITÉ VISUELLE: XEROX ANNONCE LA PLUS IMPORTANTE TRANSFORMATION DE SA MARQUE DEPUIS LE DÉBUT DE SON HISTOIRE

Cette nouvelle identité fait référence à l’engagement de l’entreprise tant auprès de ses clients que dans le domaine de l’innovation Xerox annonce la plus importante évolution de son identité institutionnelle depuis la création de l’entreprise. La nouvelle marque est conçue pour mieux refléter l’orientation client de Xerox, qui s’attache à développer continuellement des idées, des produits et des services novateurs répondant aux besoins des entreprises de toutes tailles. “Nous avons transformé Xerox en une entreprise qui connecte étroitement les clients, au sein d’une place de marché au contenu riche” déclare Anne Mulcahy, Xerox Chairman and Chief Executive Officer. “Notre nouvelle marque reflète qui nous sommes, les marchés que nous adressons et l’innovation qui nous différencie au sein de notre industrie. Nous nous sommes développés sur de nouveaux marchés, nous avons créé de nouvelles activités, développé de nouvelles technologies qui ont lancé de nouvelles industries – nous simplifions, nous accélérons et rendons moins onéreux le partage d’information pour nos clients.”

Le nouveau logo Xerox s’écrit en minuscules – en rouge vif – accolé à un symbole sphérique intégrant des lignes croisées afin d’illustrer le “X” représentant le lien entre Xerox, ses clients, ses partenaires, son industrie et l’innovation. Ce logo est également conçu pour être plus aisément animé sur des plates-formes multimédia.“Notre marque est l’un de nos actifs les plus estimés et la valeur qu’elle apporte à notre activité est considérable”, ajoute Ursula Burns, President de Xerox. “Nos clients, nos collaborateurs et nos actionnaires, se retrouvent entièrement dans les valeurs de la marque : qualité, innovation, orientation client et une culture riche. Aujourd’hui, nous renforçons toutes nos spécificités et nous donnons à notre marque le design contemporain qui correspond davantage au business d’aujourd’hui – un peu formel, bien plus vivant, en lien avec notre héritage et un signe vers le futur”.

Ces cinq dernières années, en plus du lancement de produits d’avant-garde offrant des vitesses inégalées, l’entreprise est allée plus loin que la conception de systèmes de copie et d’impression. Elle a également réalisé d’importants investissements dans les logiciels et les services : les nouvelles technologies et services ont généré des milliards de dollars de revenus récurrents pour Xerox. (Ainsi, au 3ème trimestre 2007, les contrats relatifs aux services ont généré près de 2,5 milliards de dollars de revenues immédiats, soit une hausse de 8% par rapport à l’année précédente).

Xerox a doublé la part de ses investissements de recherche et développement liés à ses offres de services.L’entreprise accélère l’adoption de la couleur au sein des environnements bureautiques à travers des technologies rendant l’impression couleur abordable et simple d’emploi. La recherche dans le domaine de l’impression couleur représente près de 50 % des 1,5 milliard de dollars que Xerox et son partenaire Fuji Xerox investissent chaque année dans la R&D. Les marchés de l’impression publicitaire et bureautique mettent en exergue des technologies telles que l’encre solide, l’impression continue en couleur et l’impression parallèle. Xerox a lancé plus de 100 produits au cours des trois dernières années, créant ainsi le plus vaste portefeuille de solutions du marché et de l’histoire de l’entreprise.

Les produits économisant l’énergie tels que les systèmes multifonctions de Xerox, et ceux générant peu de déchets grâce au recyclage des toners, l’utilisation de cartouches gratuites d’encre solide, et les consommables permettant d’économiser de l’énergie (le toner EA, le papier High Yield Business, et le papier certifié par le Conseil d’Intendance des Forets), démontrent que Xerox peut aujourd’hui offrir à ses clients une gestion complète de leurs besoins documentaires, tout en respectant l’environnement.

Avec une position financière renforcée, un réseau de distribution étendu, la nouvelle marque souligne la force de Xerox en tant que leader mondial de la gestion documentaire. Ces deux dernières années, Xerox a rétabli des dividendes, racheté des parts, est revenu à de bonnes notations sur les marchés boursiers et a continué à offrir de la valeur à ses actionnaires grâce à une croissance à deux chiffres de ses revenus.“De l’extérieur, j’ai assisté à la transformation de Xerox, qui est passé d’une entreprise de copieurs et d’imprimantes au statut de véritable partenaire, aidant les entreprises à mieux gérer l’information – que celle-ci soit sous format numérique, papier ou bien les deux”, déclare Angéle Boyd, group vice president, general manager, Imaging/Output Document Solutions, IDC. “Au même moment, Xerox a construit une entreprise plus solide et a attiré de nouveaux clients sur de nouveaux marchés. Changer la marque était donc une étape logique. Désormais, le visage de Xerox sied davantage au visage technophile et innovant de l’entreprise.” Le site web de l’entreprise : http://www.xerox.com, intègre d’ores et déjà la nouvelle identité visuelle de la marque. Xerox va désormais effectuer les changements de logo sur ses produits, ses infrastructures, ses véhicules, ses outils marketing. Cette transition devrait durer près de 18 mois. Fuji Xerox, une joint venture entre Xerox et Fujifilm Corporation, qui commercialise les systèmes Xerox sur l’Asie, fera évoluer la marque Fuji Xerox dans le temps.Ce nouveau design s’inspire des changements précédents du logo qui étaient des variations de la police de caractère du mot Xerox. Résultant d’une grande étude conduite auprès des salariés de Xerox, de ses clients et partenaires, la nouvelle marque a été développée par Interbrand. Cette annonce a été révélée le 7 janvier 2008 aux 57 000 collaborateurs de l’entreprise lors d’un webcast animé par Anne Mulcahy et Ursula Burns.En plus du nouveau logo, l’identité institutionnelle de Xerox comprend désormais une police déposée et des éléments visuels de sa marque utilisant une palette de 8 couleurs qui peuvent être appliqués sur différents supports allant de l’impression au web, en passant par les diffusions audio et vidéo et par les présentations interactives.

Xerox Corporation est le leader mondial de la gestion documentaire. L’entreprise propose le plus important portefeuille de systèmes documentaires couleur et monochromes, les consommables associés ainsi que les services de conseil et d’externalisation de gestion documentaire pour les entreprises de toutes tailles.



1

28/01/2008

XEROX: LES RÉSULTATS 2007 SONT EN LIGNE AVEC LES ATTENTES

La Tribune.fr - 24/01/08 à 14:59 - 305 mots

898da1ea914cca6f4bc63fe08bf20b2f.png

Xerox : les résultats 2007 sont en ligne avec les attentes

Le fabricant de photocopieur a vu son bénéfice fortement augmenter de 79% au quatrième trimestre. Le bénéfice annuel recule pour sa part de 6% à cause d'une comparaison défavorable. Le groupe maintient ses objectifs pour 2008.

Xerox publiait ce jeudi ses résultats pour 2007 qui ressortent conformes aux attentes. Le fabricant américain de photocopieurs a terminé l'année avec une forte hausse de son bénéfice au quatrième trimestre, en progression de 79% à 382 millions de dollars, à comparer avec un quatrième trimestre 2006 réduit par une charge exceptionnelle de restructuration.

Pour les trois derniers mois de l'année 2007, le chiffre d'affaires a augmenté de 11% à 4,88 milliards de dollars, aidé par le dollar faible et par l'acquisition du groupe Global Imaging Systems (GIS) en mai dernier.

Sur l'ensemble de l'exercice, le bénéfice annuel ressort en baisse de 6% à 1,13 milliard de dollars, mais par rapport à une année 2006 gonflée par une plus-value fiscale exceptionnelle. A éléments comparables, le bénéfice net 2007 a ainsi augmenté de 13%. Le bénéfice par action annuel s'établit à 1,19 dollar, conforme aux attentes. Pour sa part, le chiffre d'affaires a augmenté de 8% à 17,2 milliards de dollars.

Du coup, Xerox a maintenu ses prévisions pour 2008. Le bénéfice par action devrait être compris entre 1,31 et 1,35 dollar, en haut de la fourchette de prévisions des analystes qui tablent sur 1,31 dollar. Le groupe prévoit en particulier un bénéfice par action compris entre 0,25 et 0,28 dollar au premier trimestre de cette année.

Enfin, Xerox va soigner ses actionnaires. Le groupe va verser un dividende trimestriel, le premier en plus de six ans, le 31 janvier prochain.

latribune.fr

26/01/2008

XEROX EN PLEINE FORME QUATRIÈME TRIMESTRE

61cbf0c202e785234fdc27961caf353f.gifArticle du 24-01-08 AFP
 
Le leader mondial des imprimantes numériques et de la gestion informatisée de documents a publié un bénéfice en hausse très nette grâce aux ventes de systèmes couleur dont la marge est plus importante 
Xerox a annoncé jeudi un bénéfice net trimestriel de 382 millions de dollars, contre 214 millions un an plus tôt : une formidable hausse (79%) due pour l'essentiel aux ventes d'imprimantes haut de gamme (notamment couleur) et de services à forte valeur ajoutée mais aussi à une comparaison favorable avec un 4e trimestre 2006 qui avait été réduit par une charge exceptionnelle de restructuration. Hors exceptionnels, le bénéfice trimestriel ressort en hausse de 8%. La marge brute s'est un peu érodée à 40,5% contre 41%.
Le chiffre d'affaires trimestriel a, pour sa part, augmenté de 11% à 4,88 milliards de dollars, aidé par le dollar faible. Le groupe a notamment accru son chiffre d'affaires dans les équipements couleurs, qui offrent les meilleures marges, et qui ont représenté 50% de son chiffre d'affaires, contre 47%, un an plus tôt. Xerox a aussi augmenté ses ventes de 10% grâce à l'acquisition du groupe Global Imaging Systems (GIS) en mai dernier et, à hauteur de +5%, grâce aux effets de change. Cette hausse a été en partie effacée par une baisse générale des prix des équipements couleurs de 5% à 10%, et par une baisse de la production de produits noir et blanc.
Sur l'année 2007, en revanche, le bénéfice net est en baisse de 6% à 1,13 milliard de dollars mais par rapport à une année 2006 gonflée par une plus-value fiscale exceptionnelle. A éléments comparables, le bénéfice net 2007 a augmenté de 13%. Le bénéfice par action annuel était de 1,19 dollar, conforme aux attentes. Le chiffre d'affaires annuel atteint, lui, 17,2 milliards de dollars (+8%).
Xerox, qui a mené une restructuration, a rebondi après des difficultés fiscales au début de la décennie grâce à des bénéfices importants et à des gains de parts de marché. Il parie sur les marges plus élevées du numérique. Le groupe maintient ainsi ses prévisions 2008 d'un bénéfice par action compris entre 1,31 et 1,35 dollar, en haut de la fourchette de prévision des analystes qui tablent sur 1,31 dollar. Il escompte aussi au 1er trimestre 2008 un BPA de 25 à 28 cents, en bas de la fourchette des analystes qui attendent 28 cents.
En novembre dernier Xerox avait annoncé lundi que le redressement de ses comptes était suffisamment avancé pour lui permettre de verser à ses actionnaires un dividende trimestriel, le premier en plus de six ans, avec un versement prévu pour le 31 janvier. (Source AFP)

20/11/2007

Le chiffre d'affaire de HP franchit la barre des 100 milliards de dollars

692e716d80dc60653b363ef0af4ff5c4.gifLe chiffre d'affaires de HP franchit la barre des 100 milliards de dollars
[ 21/11/07  ]
Depuis son arrivée, en 2004, à la tête de HP, Mark Hurd aligne des résultats impressionnants. Aujourd'hui numéro un mondial de l'informatique, le groupe mise sur l'innovation pour contrer la menace croissante de ses rivaux asiatiques.


Pour le onzième trimestre de suite, les résultats du groupe ont dépassé prévisions et attentes.
DE NOTRE CORRESPONDANT À PALO ALTO.

Hewlett-Packard aura été la première entreprise high-tech a réaliser plus de 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel, 104,29 exactement, au cours de son exercice fiscal clos le 31 octobre. IBM, numéro un mondial pendant des décennies, est désormais loin derrière (91 milliards l'année dernière). Et, de fait, le chiffre d'affaires de HP pour l'année fiscale 2007 a même été supérieur aux prévisions de l'entreprise, ce qui est devenu une marque de fabrique pour le PDG, Mark Hurd. Depuis près de trois ans qu'il a remplacé Carly Fiorina, c'est le onzième trimestre consécutif au cours duquel les résultats financiers sont supérieurs à la fois aux prévisions des analystes et à ses propres estimations.

Grâce à un chiffre d'affaires qui a progressé au quatrième trimestre fiscal de 15 % (28,3 milliards de dollars) et à un bénéfice net en hausse de 28 % (2,16 milliards de dollars), le groupe californien a donc pu célébrer dignement ses 50 années de présence à la Bourse. Depuis le début de l'année, son cours a progressé de plus de 20 %. Ces résultats ont été dopés en particulier par les ventes d'ordinateurs portables, qui ont bondi de 49 %, ainsi que par le secteur des logiciels, qui a doublé sur un an grâce, notamment, à l'acquisition de Mercury Interactive, pour 4,5 milliards de dollars.

Contrastant avec les propos de John Chambers, PDG de Cisco, Mark Hurd a également pronostiqué une autre année de forte croissance pour 2008. HP devrait être en mesure de résister aux aléas de conjoncture et devrait souffrir relativement peu de la crise qui secoue de nombreux établissements financiers et bancaires dans le monde.

Relancer l'innovation
Surtout, HP bénéficie aujourd'hui des effets de la sévère potion que son PDG a administrée à son arrivée : 15.000 suppressions de postes et une chasse aux dépenses généralisée, élevée désormais au rang de valeur culturelle de l'entreprise.

« Les résultats sont si bons qu'ils en deviennent ennuyeux », a souligné l'analyste Dan Renouard, de Robert W. Waird & Co. Il n'empêche que, malgré une apparente facilité, le groupe de Palo Alto s'attend à devoir relever de nouveaux défis. En particulier liés à l'innovation produite par ses concurrents asiatiques. Pour ne pas être dépassé sur ce terrain crucial, Mark Hurd tente de remettre au goût du jour la célébrissime « HP Way ». Désormais, les 30.000 ingénieurs du groupe n'ont plus, comme avant, pour mission d'inventer de nouveaux produits et de compter sur les départements commerciaux pour les vendre, mais d'être eux-mêmes à l'écoute des besoins. Une approche qui se traduit concrètement par une politique d'acquisitions de start-up innovantes qui relaient l'information jusqu'aux centres de R&D.

Leur centre nerveux, le HP Lab, vient d'ailleurs d'être placé sous la direction d'un nouveau patron, Prith Banerjee, lui-même inventeur et entrepreneur. Il encourage ses équipes à « sortir de leurs laboratoires » afin d'anticiper la demande. Désormais, HP finance en interne moins de projets scientifiques, mais de façon plus lourde. Et uniquement ceux qui ont vocation à devenir des produits commerciaux à forte marge. Plus facile à dire qu'à faire, certes, mais jusqu'ici Mark Hurd a impressionné les observateurs par sa capacité à exécuter les objectifs fixés...

MICHEL KTITAREFF

456e74ddb7dfaa81405db7fe10261b9f.gif

 

 

HP, numéro un flamboyant du secteur

Edition du 20/11/2007 - par François Lambel

Première société du secteur informatique à passer la barre des 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires, HP affiche aussi une enviable rentabilité. Le groupe voit en rose un avenir perçu comme incertain par ses congénères.

Exercice 2007 (clôture au 31 octobre)
Chiffre d'affaires : 104,3 Md$ (+ 13,8%)
Bénéfices nets : 7,3 Md$ (+ 17,2 %)

4e trimestre 2007
Chiffre d'affaires : 28,3 Md$ (+ 15 %)
Bénéfices nets : 2,2 Md$ (+ 28%)


Non seulement HP finit son année fiscale en trombe, mais le numéro un mondial du secteur informatique révise à la hausse ses prévisions. Une posture qui contraste avec ses concurrents, bien plus circonspects sur l'avenir que ne l'est le groupe.

Le secret de ce mastodonte réside peut-être dans la diversité de son offre. Un pied dans le grand public, l'autre dans le professionnel, un oeil sur les imprimantes pendant que l'autre cherche les sociétés qui pourraient renforcer son pôle services et logiciels, HP démontre que la diversité peut rimer avec succès. Certes, le père-la-rigueur Mark Hurd, le P.D.G. le moins charismatique d'un secteur qui n'eut longtemps que des divas à ces postes, a serré très fort les boulons, mais il a aussi toujours refusé de dépecer HP en séparant les imprimantes, très rentables, du reste.

Au quatrième trimestre, en micro, HP a surfé sur la vague de la forte demande d'ordinateurs portables (+49% en valeur). La marge opérationnelle de la division micro a bondi de 75% à 589 M$. La vache à lait des imprimantes a donné 1,1 Md$ de marge brute sur un CA de 7,6 Md$.
Côté systèmes d'entreprise, le CA progresse de 10% à 5,2 Md$. Le CA serveurs x86 a augmenté de 14% à 3,12 Md$, avec une impressionnante hausse des serveurs lames (+78%).
Sur les autres serveurs, les Integrity (+59% à 718 M$) font plus que compenser la chute des activités des anciennes lignes (HP 9000/3000, DEC Alpha Server). Au final, le CA des serveurs critiques progresse de 5% à 1 Md$.
En revanche, la division stockage ne voit son CA progresser que de 7% à 1 Md$. Les baies de disques EVA progressent de 17%, mais cela ne compense qu'à peine la désaffection sur les autres produits, dont les bandes.

C'est toujours du côté des services que le groupe est le moins flamboyant. Le CA progresse de 7% à 4,4 Md$. C'est peu si l'on considère que, sur la dizaine d'acquisitions au cours de l'année, la plupart concernaient le logiciel. En tant qu'éditeur, HP revendique le sixième rang mondial.

03/11/2007

Impression numérique dans le vin !!! une étude de Marine ESTRABOLS et Guillaume THIVENT, élèves en licence professionnelle - EFPG janvier 2007

 

medium_logo-efpg_37.6.png

PLAN

I- Introduction

II- Les étiquettes

III - L'impression numérique des étiquettes

IV - Le marché des étiquettes de vin adhésives

V - Analyse stratégique

VI - Conclusion

VII- Bibliographie et Webographie

Etiquette_adhésive_de_vin_impression_numériq....pdf

http://cerig.efpg.inpg.fr/accueil.htm

medium_riches.heures.2.jpg

Scène de vendanges au pied du château de Saumur

Les très Riches Heures du Duc Jean de Berry (1416)

A la santé du confrère...

 

Hymne typographique qui s'entonne le verre à la main


À la?!… À la?!… À la?!…
À la santé du confrère,
Qui nous régal’aujourd’hui.
Ce n’est pas de l’eau de rivière,
Encor’moins de l’eau du puits.
À la?!… À la?!… À la?!…


À la santé du confrère,
Qui nous régal’aujourd’hui.
Pas d’eau?!… Pas d’eau?!… Pas d’eau?!…
À la santé d’Baptisse,
Plus l’on boit, plus l’on pisse,
À la santé d’Saint-Nicolas,
Plus l’on boira, plus l’on piss’ra
À la?!… À la?!… À la?!…


À la santé du confrère,
Qui nous régal’aujourd’hui.
Ce n’est pas de l’eau de rivière,
Encor’moins de l’eau du puits.
À la?!… À la?!… À la?!…


À la santé du confrère,
Qui nous régal’aujourd’hui.
Pas d’eau?!… Pas d’eau?!… Pas d’eau?!…
À boire?!… À boire?!… À boire?!…
Nous laiss’rez-vous sans boire??…
Non?!!!…
Car les typos n’sont pas si fous,
Pour se quitter sans boire un coup?!…
À la?!… À la?!… À la?!…


À la santé du confrère,
Qui nous régal’aujourd’hui.
Ce n’est pas de l’eau de rivière,
Encor’moins de l’eau du puits.
À la?!… À la?!… À la?!…


À la santé du confrère,
Qui nous régal’aujourd’hui.
Pas d’eau?!… Pas d’eau?!… Pas d’eau?!…

 
Il semblerait que notre "A la" remonte au Second Empire. En effet, une loi de Napoléon III durcit l'application de la loi Le Chapelier interdisant toute coalition ouvrière.  Exclues des ateliers, les assemblées typographiques se déroulèrent alors au domicile des confrères. A leur tour de rôle chacun recevait ses camarades d'atelier autour d'un verre. Lors de ces réunions on portait une santé au confrère amphitryon. Cela ne dura que fort peu car les typos retrouvèrent bien vite le chemin du marbre. Les paroles et la musique de cet hymne typographique sont de Adda-Dorgel et Paddy. Quant aux versions allemandes et anglaises, ce sont des adaptations libres. 

 

Le JDF ou Job Definition Format, étude de François-Xavier BRAULT et Clément PENEAU, étudiants Licence Professionnelle - EFPG de Mai 2007

medium_logo-efpg_37.2.png


PLAN 

I- Qu'est ce que le JDF

II - Étude de marché et perspectives d'évolution

III - Étude technique

IV - Conclusion

V - Glossaire

VI - Bibliographie - Webographie

JDF_Job_Definition_Format_gestion_flux_pr....pdf

http://cerig.efpg.inpg.fr/accueil.htm 

31/10/2007

L'étude "Flux numériques et transversalité des compétences" lancée en 2004 à l'initiative de la FICG et fincée par l'OPCA-CGM, vient de s'achever

medium_logoficg.gifL'étude "Flux numériques et transversalité des compétences", lancée en 2004 à l'initiative de la FICG et financée par l'OPCA-CGM, s'est achevée récemment. Plate-forme essentielle de réflexion sur l'évolution des emplois et des compétences impactées par le numérique, ce travail approfondi a été mené conjointement par le cabinet Screen Angel et l'IDICG et sera présenté dans les prochaines semaines à l'ensemble de la filière graphique. A-delà des constats et des pistes de réflexion, cette étude a donné lieu à un ensemble d'interviews et à une enquête approfondie adressée aux adhérents de la FICG.

Télécharger la synthèse du rapport Flux numérique et transversalité des compétences 

syntheseflux.pdf

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu