Avertir le modérateur

Mondes arabes et musulmans

  • Attentat sur Charlie Hebdo:les anciens de l'école Estienne touchés au coeur !

     

    Les anciens élèves de l'école Estienne touchés au coeur dans l'attentat sur Charlie Hebdo

    https://www.facebook.com/video.php?v=10152691828851977

     

    Éric Le Ray Ph.D.

    Président depuis 1999

  • Scandale antisémite à la radio québécoise sur 98,5 fm la plus écouté au Québec


    http://www.jforum.fr/forum/international/article/scandale-antisemite-a-la-radio?utm_source=activetrail&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter+du+03-12-12-1

  • La nouvelle vulgate anti-juive, selon Pierre-André Taguieff par Robert Redeker, 17 août 2010

    MEDIAS

    La nouvelle vulgate anti-juive, selon Pierre-André Taguieff

    mardi 17 août 2010, par Robert Redeker


    Taguieff, étiologue de la nouvelle vulgate antijuive

    Pierre-André Taguieff ne cherche pas à plaire, il cherche le vrai – comme toute l’école du réalisme en philosophie politique, à laquelle, à la suite de Julien Freund, on peut le rattacher. La vérité dans le domaine politique n’a pas forcément le visage aimable qu’une humanité occidentale en quête d’euphorie acéphale recherche. Dans son dernier ouvrage, La Nouvelle Propagande antijuive, Taguieff passe au scanner le discours idéologique dominant, hostile à Israël.

    Accusations mensongères et stéréotypes

    Chaque instant le confirme : l’’antisionisme et l’anti-israélisme forment un consensus planétaire. Les télévisions, les radios, les journaux s’en font l’écho permanent. Ils semblent aussi naturels que l’air que l’on respire. La diabolisation sans nuances d’Israël est le pain quotidien des médias. Qu’Israël soit le Mal semble aller de soi. Pourtant, ces opinions qui se muent aussi en passions, sont des constructions idéologiques répandues par un habile travail de propagande que Taguieff démonte exhaustivement. Elles recyclent du vieux – les stéréotypes antijuifs traditionnels – dans du neuf. Les thèmes du crime rituel, de l’opposition d’Israël comme ennemi du genre humain à toutes les nations, du complot universel, se lisent aisément en filigrane derrière les accusations portées en flux continu contre ce pays. L’affaire al-Dura – la manipulation par les médias de la « mort d’un enfant » afin de diffuser une fausse nouvelle – en fournit un exemple. La fausse nouvelle du massacre de Jénine, qui ébranla l’opinion mondiale, permettant à tous les médias un déchaînement hystérique anti-israélien - avant que l’on découvre que ce massacre n’avait jamais eu lieu, pur mensonge palestinien –, offre à l’observateur des rhétoriques de propagande un cas d’école. Les clichés antijuifs y trouvèrent une nouvelle vie : du côté des propagandistes, mais aussi du côté des populations disposées à les croire. Ainsi, contre la vérité, une part importante de l’opinion internationale accepte la tromperie selon laquelle les Palestiniens de la bande de Gaza seraient l’objet d’un génocide.

    Mythe victimaire palestinien et crédulité occidentale

    La propagande antijuive a réussi à construire une victime aussi idéale que chimérique, une abstraction à usage des opinions occidentales : le Palestinien. Ce dernier, dans l’imaginaire des pays développés, a pris la place de la figure précédente de l’exploité, le Prolétaire. Dans ce fantasme, le Palestinien concentre toute la douleur du Monde tout en passant pour l’humain dont la révolte victorieuse signifierait la fin de toute oppression. Au Palestinien tout est permis, à Israël est refusé le droit même de se défendre : ainsi, le mur de protection est-il condamné par ces opinions, de même que toutes les opérations militaires destinées à assurer la sécurité de l’État hébreu. Implicitement, il est exigé des Israéliens qu’ils se laissent dévorer sans broncher par leurs ennemis, qu’ils acceptent que leur patrie soit réduite à néant comme le stipule la charte du mouvement islamo-terroriste qu’est le Hamas.

    Plusieurs données de psychologie de masse rendent compte de la crédulité des occidentaux face à la propagande anti-israélienne. La principale : le parti pris pour la victime, quelle qu’elle soit, dont il est supposé qu’elle ne saurait être injuste, même dans la cruauté assimilée à une juste revanche. Par ailleurs, le sentiment de culpabilité – à la fois pour l’histoire passée et la différence présente de niveau de vie – renforce cette adhésion au mythe palestinien.

    L’analyse de cette propagande met en évidence qu’au-delà d’Israël, c’est le Juif qui est visé. D’une part, Israël est le seul État au monde dont on conteste radicalement le droit à l’existence, et, d’autre part, l’antisionisme signifie le refus du droit du peuple juif d’avoir son État. La présence à peine dissimulée des vieux stéréotypes judéophobes dans la vulgate antisioniste est une preuve suffisante pour établir que l’antisionisme n’est que le masque de la haine antijuive, que le désir de voir disparaître Israël (fût-ce, de façon euphémisée, en l’encourageant à se changer en État binational, ou à accepter l’exigence du retour de tous les réfugiés) n’est que le paravent cachant le désir de voir disparaître les Juifs.

    Fusion inquiétante

    L’islamisation de l’antisionisme, via le Hamas, le Hezbollah et leurs relais en Europe, rend possible, selon notre auteur, une nouvelle ère de pogroms, elle rend même de nouveau pensable la liquidation physique de tous les Juifs. Ayant subjuguée l’univers journalistique, cette propagande peut mettre à son actif une autre très grande réussite : la jonction entre une partie de la gauche européenne (censée pourtant, dans la foulée de Marx, tenir toute religion pour l’opium du peuple) ainsi que des écologistes avec les islamistes radicaux.

    La Corée du nord coule un navire sud-coréen (49 morts), les massacres continuent au Darfour, en Somalie, la Turquie viole l’espace aérien de l’Iraq afin de bombarder les Kurdes, un peu partout dans le monde islamique le fanatisme massacre des chrétiens. Personne ne s’en offusque. Seul Israël est visé par une réprobation absolue. Derrière l’antisionisme, devenue haine planétaire des Juifs , se profile l’islamisme qui, idéologiquement, s’est agrégé à tous les mouvements occidentaux de contestation (extrême gauche, écologistes, altermondialistes, tiers-mondistes). Cette fusion de mauvais augure est le résultat de « la nouvelle propagande antijuive » qui constitue la matière de ce livre.

    L’analyse de Taguieff permet de comprendre comment et pourquoi.

    Robert Redeker

    Pierre-André Taguieff, La Nouvelle Propagande antijuive. Du symbole al-Dura aux rumeurs de Gaza, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Intervention philosophique », 2010, 553 p. ; prix : 29 euros

    http://www.surlering.com/article/article.php/article/penser-la-menace-islamofascisme-ou-totalitarisme-islamiste-

    PS : Cet article, censuré par la rédaction du supplément littéraire du Tageblatt (Luxembourg) en juin 2010, a été publié dans le magazine L’Arche, n° 626-627, juillet-août 2010, pp. 18-19. Pour avoir voulu publier cet article sur une question désormais interdite, Robert Redeker a été « viré » dudit supplément littéraire, auquel il collaborait depuis 1993.

  • Propagande Nazie dans le Monde Arabe, Par Jeffrey Herf,Yale University Press, 2009, 352 pages, critique par Daniel Pipes, avril 2010

    Pendant longtemps, l'impact du National-Socialisme au Moyen-Orient a paru bref et superficiel. A l'inverse du Communisme, dont les partis locaux, ainsi que l'influence extérieure transmise par l'intermédiaire du bloc soviétique, avaient duré des décennies, la période nazie s'étendit seulement sur près de six ans, de 1939 à 1945, avec une présence locale limitée, si l'on excepte les armées de Rommel en Afrique du Nord et un éphémère régime pro-nazi en Irak.

    Mais deux livres importants, et d'une grande puissance, viennent remettre les pendules à l'heure. Djihad und Judenhaas (2002), de Matthias Küntzel, traduit en anglais en 2007 sous le titre Jihad and Jew-Hatred : Islamism, Nazism and the Roots of 9/11, montre l'influence permanente des idées nazies sur les islamistes. Nazi Propaganda for the Arab World, de Jeffrey Herf, se concentre un peu plus tôt, sur la période des années 30 et 40, et sur les grands efforts déployés par Hitler et ses sbires pour diffuser leurs idées au Moyen-Orient. Après avoir lu Küntzel et Herf, j'ai réalisé qu'à mes connaissances sur le Moyen-Orient moderne, il manquait quelque chose d'essentiel : l'ingrédient nazi.

    En tant que spécialiste d'histoire allemande moderne à l'Université du Maryland, Herf met en lumière un ensemble d'informations nouvelles, à savoir les transcriptions d'émissions radios sur ondes courtes émises par les nazis en langue arabe, et scrupuleusement notées pendant trois ans par l'ambassade américaine au Caire. Ces documents révèlent pleinement, et pour la première fois, ce que Berlin disait quand il s'adressait aux Arabes (et, dans une moindre mesure, aux Iraniens). Page après page, ce livre montre en détail, et jusqu'au vertige, à quel point les Allemands poursuivaient deux buts avant tout : l'arrêt du Sionisme et la promotion de l'islamisme. Chacun d'entre eux mérite un examen attentif.

    La propagande nazie en arabe dépeignait la Seconde Guerre Mondiale, la guerre la plus importante et la plus destructrice de l'histoire, comme étant avant tout concentrée sur cette bande de terre située entre Mer Méditerranée et Jourdain. Cette interprétation flattait l'orgueil arabe et servait la théorie hitlérienne selon laquelle les Juifs voulait contrôler les pays arabes et, en fin de compte, le monde entier. Dans cette optique, les puissances alliées n'étaient que les pions de la conspiration sioniste, et l'Allemagne s'érigeait en chef de la résistance contre cette dernière.

    Selon ces émissions, la Palestine était la clef. Si les Sionistes l'emportaient, ils "contrôleraient les trois continents : l'Europe, l'Asie et l'Afrique. Ainsi ils seraient en mesure de gouverner le monde entier, et de répandre le capitalisme juif." Une telle éventualité aurait pour conséquence d'opprimer les Arabes et de faire disparaître l'Islam. "Si le Bolchevisme et la Démocratie l'emportent", annonçait la radio nazie, "les Arabes seront dominés à jamais, et l'Islam sera anéanti sans laisser de traces." Pour éviter ce sort, les Arabes devaient rejoindre l'Axe.

    Au cours de la guerre, les admonestations de Berlin devinrent encore plus furieuses. "Vous devez tuer les Juifs avant qu'ils n'ouvrent le feu sur vous", disait une émission de juillet 1942. Herf note avec une ironie amère : "A ce moment où les Juifs étaient totalement démunis, les émissions en arabe venant de Berlin adaptaient avec talent la ligne générale de propagande nazie concernant la domination juive de la coalition anti-hitlérienne à une vision arabo-islamique radicale."

    Au même moment, le régime nazi mettait au point une approche du monde musulman qui omettait pour la plus grande part les références aux Protocoles de Sages de Sion, à Mein Kampf ou à d'autres sources européennes, pour leur substituer de préférence des passages choisis du Coran.

    Les propagandistes de Hitler assuraient tout d'abord aux musulmans que les pays de l'Axe "respectaient le Coran, sanctifiaient les mosquées et glorifiaient le prophète de l'Islam". Ils citaient les travaux fort respectueux d'orientalistes allemands, les présentant comme d'importants signes de bonne volonté. Mais il y avait aussi ce que Heinrich Himmler appelait les "buts et idéaux partagés" de l'Islam et du National-Socialisme, qui incluaient le monothéisme, la piété, l'obéissance, la discipline, le sacrifice de soi, le courage, l'honneur, la générosité, la communauté, l'unité, l'anti-capitalisme ainsi qu'une célébration du travail et de la guerre.

    De surcroît, on disait aux musulmans que les Nazis et eux-mêmes oeuvraient ensemble dans un "grand combat pour la liberté" contre les Britanniques, la plus importante puissance coloniale au Moyen-Orient. Le régime dressait un parallèle entre Mahomet et Hitler, présentant l'Oumma comme une analogie approximative de sa propre notion de Volksgemeinschaft (communauté de peuples) totalitaire.

    Les Nazis présentaient l'Islam comme un allié, et, logiquement, appelaient à sa essor, tout en pressant les musulmans à agir pieusement et à imiter Mahomet. Les émissions arabes de Radio Berlin iront jusqu'à déclarer : "Allahou akbar ! Gloire aux Arabes, gloire à l'Islam !" Les Allemands jugeaient que les musulmans qui n'étaient pas assez vertueux (c'est-à-dire ne suivant pas le modèle idéologique nazi) représentaient un poids pour l'Oumma : "Musulmans, vous êtes maintenant en retard parce que vous n'avez pas montré assez de piété envers Dieu, et que vous ne le craignez pas." Non seulement en retard, mais également "envahis par des tyrans sans pitié." En ce qui concerne spécifiquement les Chiites, les Nazis sous-entendaient qu'Hitler était le Douzième Imam tant attendu, cette figure eschatologique musulmane de Jésus, qui combattrait l'antéchrist (c'est-à-dire les Juifs) et amènerait la fin du monde.

    Les Nazis relevaient le parallèle existant entre des citations du Coran (Sourate 5:82 : "Vous ne rencontrerez pas de plus grand ennemi des croyants que les Juifs") et les paroles de Hitler ("En résistant aux Juifs partout, je combats pour l'oeuvre du Seigneur"), transformant le Coran en un pamphlet anti-sémite dont le but premier était d'appeler à une haine éternelle des Juifs. Ils affirmèrent même faussement que Mahomet avait ordonné aux musulmans de combattre les Juifs "jusqu'à leur extinction".

    Dans la doctrine nazie, l'inimitié entre Juifs et musulmans datait du VIIème s. "Depuis les jours de Mahomet, les Juifs sont hostiles à l'Islam", rapportait-on pendant une émission. "Chaque musulman sait que l'animosité juive contre les Arabes date de l'aube de l'islam", déclarait-on dans une autre. "L'hostilité a toujours existé entre Arabes et Juifs, et ce depuis l'Antiquité", insistait-on une autre fois. Les Nazis utilisèrent ces fondements pour établir la base de la Solution Finale au Moyen-Orient, donnant aux Arabes l'instruction de "faire tout ce qui est possible pour que pas un seul Juif ne demeure en terre arabe."

    Herf met l'accent sur la remarquable symbiose entre les éléments allemands et moyen-orientaux : "Leurs passions et intérêts partagés eurent pour résultat de produire des textes et émissions que chaque groupe, seul de son côté, n'aurait pu faire." Plus spécifiquement, les Arabes apprirent "les points les plus subtils de la pensée conspirationniste antisémite", alors que les Nazis découvraient la valeur fondamentale de la Palestine. Herf décrit le rapprochement de thèmes nazis et islamiques comme étant "l'un des échanges culturels les plus importants du XXème s."

    Après avoir détaillé la propagande nazie en langue arabe, l'auteur évalue son impact. Il commence par noter la grande énergie consacrée à ces messages -mais aussi la qualité du personnel qui s'en occupait, leurs hautes connections dans les sphères nazies, les milliers d'heures de transmissions radio, et les millions de tracts imprimés.

    Il évalue ensuite les éléments montrant l'impact de l'Axe, lesquels indiquent le succès de ce dernier. Des estimations alliées en 1942 font état de ce que "les gens baignent littéralement dans la propagande de l'Axe", ou bien de ce que "plus des trois-quarts du monde musulman sont en faveur de l'Allemagne", avec "90% des Egyptiens, y compris leur gouvernement, qui pensent que les Juifs sont responsables des pénuries et de la hausse des prix des biens de consommations courante." Un rapport de 1944 révélait que "pratiquement tous les Arabes qui possèdent une radio (...) écoutent Berlin."

    Les réticences alliées à contredire la propagande nazie indique aussi le succès de l'Axe. De peur de s'aliéner les populations moyen-orientales, les Alliés, non sans humiliation, demeurèrent silencieux sur le génocide opéré contre les Juifs. Ils renoncèrent à réfuter les allégations selon lesquelles Londres, Washington et Moscou étaient dominés par les Juifs, pas plus qu'ils ne cherchèrent à dénoncer les interprétations coraniques erronées. De même, quand il s'agissait de soutenir le Sionisme, ils restaient sur une prudente réserve. Une directive américaine de la fin de 1942 reconnaissait que "le sujet des aspirations sionistes ne peut être mentionné, dans la mesure où (cela) mettrait en danger notre stratégie en Méditerranée Orientale."

    Ainsi, quand deux sénateurs américains en vue, Robert Taft, de l'Ohio, et Robert Wagner, de New York, proposèrent en 1944 une résolution visant à soutenir un foyer national juif en Palestine, Berlin, par sa radio arabe, traita cette initiative de tentative "pour éradiquer la civilisation islamique", et "pour anéantir le Coran." Pris de panique, l'exécutif appuya de tout son poids sur les sénateurs, jusqu'à ce que ces derniers acceptent de retirer leur résolution. De manière évidente, les offres nazies avaient au Moyen-Orient des résonances profondes.

    Et elles continuèrent à bien se porter après l'effondrement du nazisme et la fin de la guerre. L'échec de la poussée agressive du général nazi Erwin Rommel en Afrique du Nord signifiait que les ambitions nazies au Moyen-Orient, et en particulier la Solution Finale visant à anéantir les millions de Juifs qui y vivaient, ne seraient jamais mises en oeuvre. Mais les années de haine, à la radio et sur les tracts, ainsi que la répétition du grotesque et ambitieux message antisémite et pro-Islam détaillé par Herf, tout cela avait pris racine. Non seulement les nazis moyen-orientaux s'avérèrent presque invulnérable à l'épuration, mais ils purent prospérer, et furent même célébrés. Un exemple : en 1946, Hasan al-Banna, fondateur des Frères Musulmans, ne tarissait pas d'éloges sur l'un des Arabes favoris de Hitler, Haj Amin el-Husseini, le traitant de "héros (...) et d'homme du miracle." Pour faire bonne mesure, Banna ajoutait : "L'Allemagne et Hitler sont morts, mais Amin el-Husseini continuera la lutte." Reconnaissant son statut élevé, un officier britannique décrivait ce dernier en 1948 comme "le grand héros du monde arabe."

    Les idées répandues par les Nazis au Moyen-Orient ont connu un héritage double, et à long terme. D'abord, comme en Europe, ils utilisèrent des préjugés anti-Juifs déjà existants pour bâtir un édifice bien plus paranoïaque, agressif et meurtrier. Un rapport du renseignement américain de 1944 estimait que les matériaux antisémites constituait la moitié, pas moins, de toute la propagande allemande dirigée vers le Moyen-Orient. Les Nazis envisageaient virtuellement tous les développements dans cette région à travers le prisme juif, et y exportèrent leur obsession.

    Les fruits de cet effort, on peut les voir, pas seulement dans les décennies d'anti-Sionisme musulman acharné, incarné par un Arafat ou un Ahmadinejad, mais également dans la persécution des anciennes communautés juives dans des pays tels que l'Egypte et l'Irak, qui sont maintenant réduites à une quasi-extinction, ou bien dans l'emploi de Nazis tels que Johannes van Leers ou Aloïs Brunner à des postes gouvernementaux élevés. C'est ainsi que l'héritage nazi a pu opprimer la nation juive dans le Moyen-Orient d'après 1945.

    Deuxièmement, l'islamisme a revêtu une qualité nazie. Comme il m'est arrivé par le passé de critiquer l'emploi du terme Islamofascisme en arguant que cela provoquait la confusion de deux phénomènes distincts, je dois préciser que les preuves apportées par Herf me conduisent maintenant à reconnaître de profondes influences fascistes sur l'islamisme. Cela inclut la haine islamiste pour la démocratie et le libéralisme, ainsi que son mépris pour le multipartisme, sa préférence de l'unité contre la division, son culte de la jeunesse et son militarisme, son moralisme autoritaire, sa répression culturelle, et son économie dirigiste.

    En-dehors de ces spécificités, cette influence s'étend à ce que Herf nomme "une capacité à introduire un message radical susceptible d'entrer en résonance avec des sentiments déjà existants, tout en les approfondissant et les radicalisant." Bien qu'il soit un spécialiste universitaire de l'Europe, Herf, par son travail d'enquête au sein des archives américaines, a ouvert une nouvelle fenêtre sur le conflit israélo-arabe et l'islamisme, et posé plus généralement une borne sur le chemin menant à la compréhension du Moyen-Orient contemporain.

  • Article: Appuyons Israel: s'il tombe, nous tombons tous

     

    http://www.qic-cqi.org/spip.php?article216

     

    L’ex-Premier ministre espagnol José María Aznar écrit que

    Les destins d’Israël et de l’Occident sont inextricablement liés

    par Comité Québec-Israël

    17/06/2010

    Appuyons Israël : s’il tombe, nous tombons tous
    de José María Aznar, ex-Premier ministre d’Espagne (1996-2004)

    Source : The Times of London, 17 juin 2010

    La colère soulevée par Gaza est une distraction. Nous ne pouvons pas oublier qu’Israël est le meilleur allié de l’Occident dans une région agitée.

    Depuis trop longtemps, il est désormais démodé en Europe de prendre la parole en faveur d’Israël. Dans la foulée de l’incident survenu récemment en Mer Méditerranée à bord d’un navire plein de militants anti-israéliens, il est difficile de penser à une cause plus impopulaire à défendre.

    Dans un monde idéal, l’assaut par des commandos israéliens sur la Marmara Mavi ne se serait pas soldé par neuf morts et une vingtaine blessés. Dans un monde idéal, les soldats auraient été accueillis paisiblement à bord du navire. Dans un monde idéal, aucun État, encore moins un récent allié d’Israël comme la Turquie, aurait parrainé et organisé une flottille dont le seul but était de créer une situation impossible pour Israël, soit l’obliger à choisir entre renoncer à sa politique de sécurité et à son blocus naval, ou risquer la colère du monde.

    Dans nos rapports avec Israël, il nous faut dissiper les nuages de la colère qui trop souvent obscurcissent notre jugement. Une approche raisonnable et équilibrée doit englober les réalités suivantes : premièrement, l’État d’Israël a été créé par une décision de l’ONU. Sa légitimité, dès lors, ne devrait pas être en cause. Israël est une nation quoi dispose d’institutions démocratiques profondément enracinées. Il s’agit d’une société dynamique et ouverte qui a maintes fois excellé aux chapitres de la culture, de la science et de la technologie.

    Deuxièmement, de par ses racines, son histoire et ses valeurs, Israël est une nation occidentale à part entière. En fait, c’est une nation occidentale normale, mais confrontée à des circonstances anormales.

    Unique en Occident, Israël est la seule démocratie dont l’existence est contestée depuis sa création. D’abord, il a été attaqué par ses voisins par voie d’armes conventionnelles de la guerre. Puis, il a fait face au terrorisme qui a atteint son point culminant dans les vagues successives d’attentats suicide. A présent, sur l’ordre des islamistes radicaux et de leurs sympathisants, il fait face à une campagne de délégitimation via le droit international et la diplomatie.

    Soixante-deux ans après sa création, Israël se bat toujours pour sa survie même. Puni par une pluie de missiles au nord et au sud, menacé de destruction par un Iran visant à acquérir des armes nucléaires et pressé par ses amis et ses ennemis, Israël, il semble, ne connaîtra jamais un moment de paix.

    Pendant des années, l’Occident a concentré son attention tout naturellement sur le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. Mais si Israël est en danger aujourd’hui et toute la région glisse vers un avenir problématique inquiétant, la cause n’est pas l’absence d’accord entre les parties sur la façon de résoudre ce conflit. Les paramètres d’un éventuel accord de paix sont clairs, aussi difficile que cela puisse paraître pour les deux parties à faire le dernier effort en voie d’un règlement.

    Les véritables menaces pour la stabilité régionale, cependant, se situent dans la montée d’un islamisme radical qui voit la destruction d’Israël comme l’accomplissement de son destin religieux et, en même temps, dans le cas de l’Iran, comme l’expression de ses ambitions hégémoniques régionales. Les deux phénomènes constituent des menaces qui affectent non seulement Israël, mais aussi l’ensemble de l’Occident et le monde entier.

    Le cœur du problème réside dans la manière ambiguë et souvent erronée dont trop de pays occidentaux réagissent désormais à cette situation. Il est facile de blâmer Israël pour tous les maux du Moyen-Orient. Certains vont jusqu’à agir et parler comme si une nouvelle entente avec le monde musulman pouvait se concrétiser si seulement nous étions prêts à sacrifier l’État juif sur l’autel. Ce serait de la folie.

    Israël est notre première ligne de défense dans une région turbulente qui risque constamment de sombrer dans le chaos, une région vitale pour notre sécurité énergétique en raison de notre dépendance excessive au pétrole du moyen-oriental, une région qui forme la ligne de front dans la lutte contre l’extrémisme. Si Israël tombe, nous tombons tous.

    Pour défendre le droit d’Israël à exister en paix et dans des frontières sûres, il faut un degré de clarté morale et stratégique qui trop souvent semble avoir disparu en Europe. Les États-Unis montrent des signes inquiétants de prendre la même voie.

    L’Occident traverse une période de confusion sur l’avenir du monde. Dans une grande mesure, cette confusion est provoquée par une sorte de doute de soi masochiste à l’endroit de notre propre identité ; en vertu de la rectitude politique et d’un multiculturalisme qui de force nous met à genoux devant les autres, et d’une laïcité qui, ironie du sort, nous aveugle, même lorsque nous sommes confrontés à des djihadistes qui font la promotion de l’incarnation la plus fanatique de leur foi. Abandonner Israël à son sort, en ce moment critique, ne servirait qu’à illustrer combien nous avons sombré et combien inexorable notre déclin semble désormais être.

    On ne peut pas laisser cela se produire. Motivé par le besoin de reconstruire nos propres valeurs occidentales, exprimant une profonde inquiétude au sujet de la vague d’agression contre Israël, et conscient que la force d’Israël est notre force et que la faiblesse d’Israël est notre faiblesse, j’ai décidé de promouvoir une nouvelle initiative d’Amis d’Israël avec l’aide de quelques personnalités, dont David Trimble [ex-Premier ministre d’Irlande du Nord], Andrew Roberts [historien anglais], John Bolton [ex-ambassadeur américain aux Nations unies], Alejandro Toledo (ancien président du Pérou), Marcello Pera (philosophe et ancien président du Sénat italien), Fiamma Nirenstein (auteure et politicienne italienne), le financier Robert Agostinelli et l’intellectuel catholique George Weigel.

    Nous n’avons pas l’intention de défendre une politique spécifique ou un gouvernement israélien particulier. Les auteurs de cette initiative sont certains d’être parfois en désaccord avec certaines des décisions prises par Jérusalem. Nous sommes des démocrates, et nous croyons en la diversité.

    Ce qui nous lie, toutefois, est notre soutien indéfectible à Israël et à son droit d’exister et de se défendre. Que des pays occidentaux se rangent du côté de ceux qui remettent en question la légitimité d’Israël, jouent avec des questions de sécurité vitales pour Israël au sein des instances internationales, apaisent ceux qui s’opposent aux valeurs occidentales plutôt que de s’élever vigoureusement pour la défense de ces valeurs, n’est pas seulement une grave erreur morale, mais une erreur stratégique de premier ordre.

    Israël est une partie essentielle de l’Occident. L’Occident est ce qu’il est grâce à ses racines judéo-chrétiennes. Si l’élément juif de ces racines est déterré et Israël perdu, alors nous sommes perdus aussi. Que cela nous plaise ou non, notre destin est inextricablement lié.

  • LES PARTICIPANTS DE LA FLOTILLE QUI A VOULU ATTEINDRE GAZA ANCIENNE COLONNIE EGYPTIENNE

    MEMRI Middle East Media Research Institute

     

    Participants de la Flottille : Frères musulmans, résistants et salafistes dans le lot

    Les participants de la Flottille

    Ci-dessous
    des informations tirées des médias des pays arabes sur les membres de la Flottille de la liberté". Plusieurs d´entre eux appartiennent aux Frères musulmans. Pour plus d´information sur le sujet, voir aussi la Dépêche spéciale n° 2986 du MEMRI :
    Al-Aqsa TV, Gaza, le 28 mai 2010 : "Plus encore que de rejoindre Gaza, c´est le martyre que recherchent les héros de la flottille" : http://www2.memri.org/bin/french/latestnews.cgi?ID=SD298610


    Egypte

    Dans des sermons du vendredi, le Guide général des Frères musulmans Muhammad Badi a exprimé son soutien pour le Hamas, faisant à plusieurs reprises des déclarations favorables au djihad et à la lutte armée en Palestine, en Irak et en Afghanistan.

    La délégation égyptienne de la Flottille comprenait deux membres du bloc des Frères musulmans au parlement égyptien : Muhammad Al-Baltaji et Hazem Farouq.

    Al-Baltaji, secrétaire général adjoint du bloc parlementaire des Frères musulmans en Egypte, a déclaré lors d´une conférence tenue en mars 2010 : "Une nation qui excelle à mourir sera bénie d´Allah par une vie de dignité et le Paradis éternel." Il a également déclaré que son mouvement "ne reconnaîtra jamais Israël et ne renoncera jamais à la résistance" et que "la résistance est la seule feuille de route qui puisse sauver Jérusalem, réhabiliter l´honneur arabe et empêcher la Palestine de devenir une seconde Andalousie" [1].

    Liban

    La délégation libanaise de la Flottille, composée de six membres, était dirigée par l´avocat Hani Suleiman, qui avait également participé à une flottille de Gaza en février 2009. En 2006, il a signé un communiqué soutenant la résistance armée en Palestine, au Liban et l´Irak [3].

    Les trois autres membres de la délégation libanaise sont les correspondants de la télévision Al-Jazeera. [4] L´un d´entre eux, Abbas Nasser, a travaillé pour la télévision Al-Manar du Hezbollah de 1997 à 2003 ; il a alors affirmé aimer son travail car il se sentait en famille, précisant que la chaîne correspondait à son "orientation religieuse et politique." En 2003, il a également travaillé pour la chaîne iranienne Al-Alam [5].

    Hussein Shaker, aussi connu sous le nom d´"Abou Al-Shuhada ("père des martyrs"), faisait également partie de la délégation. Il plusieurs fois exprimé le désir de rencontrer "ses martyrs" (c.-à-d. des membres de sa famille tués pendant la guerre du Liban de 2006), et a dit que sa participation à l´expédition de la Flottille vengerait leur mort [6].

    Jordanie

    La délégation jordanienne comprenait des Frères musulmans de Jordanie, comme le chef de la délégation Wael Al-Saka, vétéran des Frères musulmans, [7] et Salam Al-Falahat, guide général des Frères musulmans en Jordanie de 2006 à 2008. [8] Dans une interview datant de l´an dernier, Al-Falahat a déclaré : "Nous, Frères musulmans en Jordanie, considérons la Palestine comme faisant partie des terres arabes et islamiques qui ne doivent pas être abandonnées ; au contraire, les défendre est un devoir national et jurisprudentiel... Nous considérons le mouvement Hamas en Palestine comme se trouvant à la tête du projet de libération arabe et islamique auquel appellent les Frères musulmans (...) Les Frères musulmans soutiennent le Hamas et tous les mouvements de résistance arabes de la région qui oeuvrent pour la libération." [9]

    Egalement dans la délégation jordanienne se trouvait le journaliste Mohammed Abou Ghanima, ancien chef des Frères musulmans du bureau d´information jordanien et membre du bureau politique du mouvement. Abu Ghanima publie fréquemment des articles faisant l´éloge du Hamas et condamnant l´Autorité palestinienne. Dans l´un d´entre eux, il attaquait le président égyptien Hosni Moubarak, appelant les Frères musulmans en Egypte à renverser son régime, même au prix de milliers de martyrs [10].

    Le journaliste Saud Abu Salam Mahfouz, membre des Frères musulmans au sein du parti politique jordanien le Front d´action islamique, est également directeur général du journal Al-Sabil, affilié aux Frères musulmans. Son fils, correspondant en Jordanie de la télévision du Hamas Al-Aqsa, a été arrêté en Egypte en 2008 [11].

    Syrie

    Le seul Syrien parmi les 700 participants de la Flottille était Shadha Barakat, envoyée comme représentante de l´Association civile de résistance au sionisme et d´aide à la Palestine, qui soutient la résistance armée en Palestine et en Irak. Son mari Ayman a déclaré qu´elle avait écrit une pièce sur le fondateur du Hamas, le cheikh Ahmad Yassine, et lui avait promis qu´en arrivant à Gaza, elle "projetait de se rendre chez [Yassine] pour humer le parfum de l´endroit où il a vécu". [12]

    Yémen

    Des militants actifs composent la délégation yéménite de la Flottille : trois députés du parti Al-Islah, parti islamiste proche des Frères musulmans [13]. Un autre député yéménite de la flottille, Hazza Al-Maswari, également du parti Al-Islah, a exprimé des sentiments anti-américains. En 2004, il s´est opposé à un programme yéménite de dialogue avec les prisonniers d´Al-Qaïda visant à modérer leurs opinions, et a récemment déclaré lors de la prière du vendredi : "Nous ne pouvons pas dire à des militants : ´Ne terrorisez pas les Américains´ ou ´n´attaquez pas leurs intérêts´. Ceux qui sèment la haine récolteront la haine."[14]

    Koweït

    Parmi les militants de la Flottille originaires du Koweït se trouvait le député salafiste Walid Al-Tabtabai, connu pour son soutien à la résistance armée en Palestine et en Irak. Il a dit : "Nous pensons que la résistance armée en Irak est légitime. Toute résistance contre un occupant est légitime (...)" [16]. Al-Tabtabai a également exprimé son soutien pour le Hamas, s´opposant au régime du président de l´Autorité palestinienne Mahmoud Abbas [17].


    Autre activiste important originaire du Koweït : Osama Al-Kandari, professeur de Hadith. En février 2009, il a signé un communiqué de soutien au Hamas et au djihad en Palestine contre les "ennemis juifs." [18]

    Bahreïn

    Le cheikh Jalal Al-Sharqi, à la tête de l´Association des érudits musulmans dans les pays du Golfe, était aussi à bord. Auparavant, Al-Sharqi avait signé une pétition d´oulémas appelant à reconnaître la légitimité du Hamas, et à ne pas l´empêcher de se procurer des armes. La pétition a justifié la position des "combattants de Gaza" attachés au djihad "contre les Juifs" et au martyre [19].

    Arabes israéliens

    Le Comité de suivi des Arabes israéliens a envoyé quatre de ses membres sur la flottille, dont le cheikh Raed Salah, chef de la branche nord du Mouvement islamique en Israël. Il a fait des déclarations en faveur du Hamas, remettant en question la légitimité de l´Autorité palestinienne. Auparavant, Salah avait déclaré, lors de la Conférence des Palestiniens en Europe : "Nous sommes ravis de cette flottille de la liberté (...) qui dans quelques jours va briser le blocus imposé à Gaza la libre, Gaza la noble, Gaza l´héroïque. Dans le même temps, nous voulons souligner devant tous que la Flottille de la liberté annonce une autre flottille. Savez-vous de quoi il s´agit ? Il s´agit de la flottille ramenant les réfugiés palestiniens dans notre pays, nos plaines, notre mer et notre terre, nos champs et nos bosquets." [20]

    L´Evêque Hilarion Capucci

    L´évêque Hilarion Capucci se trouvait également à bord. Dans les années 1970, il a été condamné et emprisonné en Israël pour contrebande d´armes en provenance du Liban vers l´OLP, mais a ensuite été libéré, à la demande du Vatican. Selon les participants de la flottille algérienne, Hilarion aurait déclaré qu´il "attendait le jour où il pourrait rentrer en Palestine et entendre les cloches de l´église et l´appel du muezzin "Allah Akbar" sous le ciel d´une Palestine libre. [21]

    Prêts à mourir

    Dans leurs déclarations, les participants de la flottille ont évoqué la possibilité qu´Israël utilise la force pour empêcher le navire d´atteindre la côte de Gaza, affirmant que cela ne les arrêterait pas. Certains se sont déclarés déterminés à briser le blocus, même si cela devait leur coûter la vie.

    Muhammad Al-Baltaji, de la faction des Frères musulmans au sein du parlement égyptien, a déclaré : "Les participants de la flottille ont deux objectifs : atteindre la bande de Gaza et briser le blocus, et dénoncer Israël s´il empêche la flottille de pénétrer dans la bande de Gaza, même au prix du martyre ou de l´emprisonnement." [22]

    Le chef de la délégation algérienne, Abd Al Razzaq Maqri, chef adjoint du Mouvement algérien de la Société pour la paix, plus grand parti islamiste d´Algérie, a déclaré : "Les Algériens à bord n´écouteront que les ordres de leurs supérieurs, qui cherchent à briser le blocus. [Les options sont] le martyre, l´emprisonnement, ou de briser [le blocus]. "[23]

    Le site du Mouvement donne pour titre à sa collection de photos de la flottille : "Photos de moudjahidine algériens." [24]

    Le coordinateur de la délégation algérienne Ahmad Brahimi a dit au sujet de sa délégation : "L´Algérie est connue pour son soutien de la cause palestinienne depuis l´époque de Salah Al-Din Al-Ayyoubi. Nos pères ont donné leur sang et leurs vies pour défendre la Palestine (...) et nous sommes les fils de ces pères." Il a ajouté que le seul but de la délégation était d´atteindre la bande de Gaza, et qu´Israël ne pourrait pas l´arrêter [25].

    Un autre participant, le procureur Fathi Nassar de Jordanie, a déclaré : "Les membres de la Flottille de la liberté sont fortement résolus à atteindre la bande de Gaza ou à mourir." [26]

    Rami Abdou, représentant de la Campagne européenne pour mettre fin au blocus de Gaza, a déclaré que la plupart des participants étaient disposés à donner leur vie pour atteindre la bande de Gaza. Il a souligné qu´ils ne permettraient pas aux forces d´occupation de remorquer le bateau à Ashdod [27].

    Ayman, mari de Shadha Barakat (délégation syrienne, voir plus haut), a dit que sa femme serait peut-être touchée au cours de l´entreprise, précisant qu´elle ne ferait "pas de trêve avec le sionisme" et que "depuis qu´elle est petite, elle rêve d´attaquer un Israélien." [28]

    Les participants écrivent leurs dernières volontés

    Lors d´une conférence de presse à Antalaya, en Turquie, les organisateurs de la flottille ont demandé à tous les participants de rédiger leurs dernières volontés [29]. À la suite de la conférence de presse, le député salafiste koweïtien Walid Al-Tabtabai n´aurait "pas hésité à écrire son testament, au mépris des menaces israéliennes." [30]

    Le père du militant koweïtien Abd Al-Rahman Al-Filkawi a déclaré au quotidien koweïtien Al-Watan que son fils lui avait dit que le moral des participants de la flottille était bon et qu´ils "se sacrifieraient pour l´amour d´Allah". Il a ajouté que son fils leur avait "dit avant d´embarquer qu´il deviendrait martyr pour Allah" [31]

    NOTESotes:

    [1] Ikhwanonline.com, 15 mars 2010.
    [2] http://www.inbaa.com 11 août 2008.
    [3] http://www.alwahdawi.net le 5 avril, 206.
    [4] Al-Akhbar (Liban), 1er juin 2010 ; Al-Safir (Liban), 1er juin 2010
    [5] http://www.nowlebanon.com , le 31 mai 2010 ;
    www.bintjubail.org 1er juin 2010.
    [6] http://www.inbaa.com 11 août 2008.
    [7]
    http://stocksexperts.net/archive/.php?t-11429.html , Al-Sabil (Jordanie), 31 mai 2010
    [8] Al-Sabil (Jordanie), le 31 mai 2010.
    [9] Al-Raya (Qatar), 23 septembre 2009.
    [10] http://ziad-1937.maktoobblog.com/ 3 décembre 2008.
    [11] Aljazeera.net , le 12 août 2009. Al-Sabil (Jordanie), 9 janvier 2010.
    [12] Al-Watan (Syrie), 1er juin 2010 ; http://alfikralarabi.net/vb 1er juin 2010.
    [13] http://almethaq.net , le 31 mai 2010.
    [14] http://www.anti-war.com/ips/sultan.php?articleid=2649 , le 25 mai 2010.
    [15] www.yemen-sound.com
    [16] http://www.alarabiya.net , le 29 mai 2004; www.news.gov.kw , le 24 avril 2004.
    [17] http://islamtoday.net le 7 mars 2010.
    [18] http://www.islamway.com , le 7 février 2009.
    [19] islamonline.net, le 16 février 2009 ; www.aqsatv.ps le 27 mai 2010.
    [20] http://alsedeek.com/alsedeek , le 10 mai 2010.
    [21] http://hmsalgeria.c4.ixwebhosting.com/ar/modules.php?name=News&file=article&sid=1669 , le 26 mai 2010.
    [22] www.ikhwanonline.com , le 27 mai 2010.
    [23] www.arab48.com , le 25 mai 2010.
    [24] http://www.hmsalgeria.net/ar/gazza_live/
    [25] http://www.insanonline.net , le 22 mai 2010.
    [26] Al-Haqiqa-Dawliyya (Jordanie), le 27 mai 2010.
    [27] http://paltimes.net/arabic/read.php?news_id=113072 , le 27 mai 2010.
    [28] Al-Watan (Syrie) 1er juin 2010.
    [29] http://www.aqsatv.ps/ar , le 27 mai 2010 ; alfikralarabi.net, 1er juin 2010.
    [30] Al-Rai (Koweït), le 30 mai 2010.
    [31] Al-Watan (Koweït), le 31 mai 2010.



    Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org .


    Pour consulter l´intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d´accès, visiter le sitewww.memri.org/french.


    Le MEMRI détient les droits d´auteur sur toutes ses traductions. Celles-ci ne peuvent être citées qu´avec mention de la source.

     

  • L'islam dans l'espace public en France à Paris en 2010

     


    Des sondages en Europe instructifs

     

  • Tolérance religieuse au Maroc: 17 chrétiens arrêtés pour prosélytisme: apres le départ des 300 000 juifs du Maroc c'est autour des chrétiens...à quand la réciprocité et la résistance à l'islam radical

    Tolérance religieuse au Maroc : 17 chrétiens arrêtés pour prosélytisme.

     

    La police judiciaire de Oujda a arrêté vendredi dernier 17 personnes dans la ville de Saïda, parmi eux des étrangers, qui ont assisté à une réunion publique qui n’était pas autorisée en vertu de la loi en vigueur. Cette réunion s’inscrivait dans le cadre de la propagation de la foi chrétienne, et visait à attirer de nouveaux adeptes parmi les citoyens.

    Un communiqué du ministère de l’intérieur cité par l’agence Maghreb Arabe Presse a rapporté que l’intervention de la police est intervenue après la réception des informations selon lesquelles un comportement suspect, ayant un rapport avec des travaux prosélytes, porterait préjudice aux valeurs religieuses du Royaume.

    La même source a souligné qu’au sein des détenus étrangers, deux missionnaires étaient originaire d’Afrique du Sud, et un du Guatemala, il a ajouté que dans le cadre de cette affaire, un ressortissant suisse avait été également arrêté accompagné de deux citoyens marocains.

    L’informateur a ajouté que les opérations de fouille ont permis la saisie de nombreux outils de prosélytisme, entre autres des livres, des CD en langue arabe et en d’autres langues étrangères.

    Après l’approfondissement des recherches par la police, différentes procédures d’expulsion seront appliquées à l’encontre des ressortissants étrangers détenus en conformité avec les exigences de la loi sur l’entrée et le séjour des étrangers au Royaume du .

    Le a expulsé en Mars dernier cinq femmes d’origine européenne après qu’elles aient été accusées d’exercer des activités missionnaires chrétiennes sur le territoire.

    SourceHespress
    Traduction de JustMe & Salima pour Bivouac-ID
    Information signalée par Juba Amazigh

  • Débat RAMADAN & CAROLINE FOUREST (16-11-2009) - 4

     

     

  • Débat RAMADAN & CAROLINE FOUREST (16-11-2009) - 3

     

     

  • Débat RAMADAN & CAROLINE FOUREST (16-11-2009) - 2

     

     

  • Débat RAMADAN & FOUREST (16-11-2009) - 1

     

     

  • ARAB PRESS NETWORK SUR LE BAROMÈTRE 2008 DES SALLES DE RÉDACTION

    366193812.jpgThe Arab Press Network Baromètre 2008 des salles de redaction.pdf

  • 90% des manuscrits scientifiques datant d'avant l'imprimerie serait issus du monde islamique: realité ou propagande ?

    Le 02-06-2008 dans Plume magazine


    90 % des manuscrits scientifiques datant d’avant l’imprimerie seraient issus du monde islamique
    Le directeur de la Bibliothèque et des archives nationales d’Iran, Ali-Akbar Ash’ari, est convaincu que 90% des manuscrits scientifiques datant d’avant l’imprimerie sont issus du monde islamique et 50% de ces documents proviennent d’Iran. Selon lui, la science moderne n’est pas née en Occident aux 18e et 19e siècles. Il lance un appel à ses concitoyens pour rassembler les archives dispersées à travers le monde relatives à l’Iran.

    Source : Tehran Times
    www.tehrantimes.com/Index_view.asp?code=169955

  • RENCONTRE À TUNIS SUR LE RÔLE DES TIC DANS LA PROMOTION DE L'IMAGE DE L'ISLAM

     1984350647.gif

    Rôle des TIC dans la promotion de l'image de l'Islam
    (6/5/2008)

    343575077.jpg Le travaux d'une rencontre sur le rôle des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans la promotion de l'image de l'Islam se sont déroulés à Tunis, avec la participation d'experts en communication de plusieurs pays arabes, dont le Maroc.

    Cette rencontre s'inscrit dans le cadre du programme de l'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture (ISESCO) visant à mettre les nouvelles technologies de l'information et de la communication, dans ses divers supports et composantes, au service de la correction de l'image erronée de l'islam et de la civilisation islamique.

    Intervenant à cette occasion, le représentant de l'Isesco, M. Mahjoub Ben Said, a indiqué que cette rencontre s'inscrit dans le cadre de la volonté d'être au diapason des évolutions que connaissent les secteurs des mass media et des technologies de l'information et de la communication, d'apprendre aux étudiants d'instituts, d'établissements de formation en communication dans le monde arabe à les utiliser pour répondre aux campagnes médiatiques islamophobes portant atteinte à l'Islam et à la civilisation musulmane. Il a également estimé que certains médias internationaux sont parvenus grâce à leur puissance de diffusion et à leur influence à véhiculer une fausse image de l'Islam et de la civilisation islamique, ce qui a permis de falsifier la réalité, d'abuser l'opinion publique et de la dresser contre les musulmans. Le responsable de l'ISESCO a fait remarquer que, depuis les événements du 11 septembre 2001, une prise de conscience générale s'est développée chez les responsables dans le monde islamique quant à la nécessité d'agir pour corriger l'image erronée de l'islam véhiculée par les médias occidentaux, soulignant l'importance d'adopter une approche impliquant aussi bien la recherche académique pour identifier et démasquer les images stéréotypées concernant l'Islam et les musulmans que la formation de communicateurs spécialisés capables de répondre aux campagnes de dénigrement médiatique.

    Les travaux de cette rencontre de trois jours porteront sur des thèmes ayant trait aux ''images stéréotypées sur l'islam dans les médias: de l'humiliation à l'intimidation et "la nécessité de promouvoir les techniques des relations publiques et de la proposition d'images alternatives". Une table ronde sera également organisée sur ''les moyens de former des étudiants au sein des instituts de presse dans le monde arabe aux techniques de la promotion de l'image de l'Islam''. Le Maroc est représenté à cette rencontre par le directeur des études à l’institut supérieur de l’information et de la communication de Rabat, M.Abderrahim Sami.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu